L’obésité  en Algérie: Un fléau qui pèse très lourd

0
69
la société algérienne de lutte contre l’obésité  et les maladies  métaboliques ( S.A.O.M.M)

Afin de combattre ce fléau  et les maladies métaboliques  qui y sont associées, une société  algérienne  regroupant  des médecins spécialisés  annonce son plan d’action.

Présidée par Amar Tbaibia professeur  et chef de service en médecine interne,  la société algérienne de lutte contre l’obésité  et les maladies  métaboliques ( S.A.O.M.M) a dressé mercredi  devant un parterre de journalistes  son plan d’activité  pour atteindre des objectifs bien déterminés  à  l’instar de la dynamique des échanges  de compétences  et d’informations  entre les professionnels  de la santé, associations et autres sociétés savantes pour harmoniser  les pratiques et améliorer la prévention, et surtout  la prise en charge de l’obésité  et des maladies métaboliques.

 Dans son intervention le Pr Tbaibia  explique que le fléau d’obésité  prend de l’ampleur et engendre des maladies à savoir le cancer colorectal et du sein, les problèmes cardio-vasculaires,  le diabète  ainsi que des problèmes d’ordres psychologiques.  « Les personnes obèses sont exposées à plusieurs maladies graves, à l’instar des maladies cardiovasculaires, de l’Hypertension artérielle (HTA), du diabète et du cancer ». Il a précisé  que « le monde en 2021 souffrait de trois pandémies que sont le diabète, en tête de liste, suivie de l’obésité puis de la Covid-19 ».

Les personnes obèses ont été les plus exposées à contracter les formes graves du coronavirus, a-t-il ajouté, précisant que les obèses et diabétiques figuraient en tête des cas contaminés au coronavirus ayant été hospitalisées.

Pour sa part, le professeur Samia Zekri  s’est longuement étalée sur le bilan alarmant  relatif  à  l’augmentation  de l’obésité  notamment  en Algérie. “Pas moins de 21% des adultes  en Algérie  souffrent  d’obésité, ce qui représente plusieurs millions de personnes et une hausse de 76% a été  enregistrée  depuis 2007.”

Ainsi  les représentants  de la société ont souligné  que leur rôle  principal consiste en l’accompagnement des  pouvoir publics face ce phénomène qui  prend de l’ampleur depuis quelques années, par l’abandon par la société algérienne du mode alimentaire traditionnel sain du bassin méditerranéen, d’ailleurs classé par l’UNESCO patrimoine mondial immatériel, et le suivi du modèle occidental riche en sel, en sucre et en matières grasses sans parler des additifs et autres produits chimiques.

Pour prévenir cette maladie dangereuse, les spécialistes ont souligné la nécessité d’encourager la pratique du sport, la sensibilisation à une alimentation équilibrée et la lutte contre le tabagisme, en impliquant tous les acteurs de la société dans la prévention de cette maladie.

Sarah Cheriet

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here