Sonelgaz: Le projet d’interconnexion du réseau électrique du sud avec le réseau national lancé

0
218

Le projet d’interconnexion du réseau électrique du sud du pays avec le réseau national a été lancé, ce mardi Alger, à travers la signature des contrats de réalisation entre le Groupe GRTE, filiale de Sonelgaz, et des entreprises locales d’ingénierie et de réalisation.

Ce projet d’interconnexion du réseau «Pôle Aïn Salah-Adrar-Timimoun» (PIAT) au réseau interconnecté national (RIN), d’un coût total de 1 milliard de dollars (135,46 milliards de dinars), vise la réalisation d’une double ligne de transport électrique de très haute tension (THT) de 400 kilo-Volts (kV) entre Hassi R’mel et Timimoun d’une longueur de 700 km. En présence du ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, et du PDG du Groupe Sonelgaz, Mourad Adjel, douze conventions ont été signées par le PDG de la Société algérienne de gestion du réseau de transport d’électricité (GRTE), Nabil Yousfi, d’une part, et les directeurs des entreprises concernées dans le projet. Ce projet, dont le but principal est le renforcement de l’approvisionnement en énergie électrique au niveau des wilayas du Sud du pays, traversera les wilayas de Laghouat, Ghardaïa, El Ménéa et Timimoun. Il comprend également la réalisation de trois postes haute tension (400/220 kV) dans les wilayas de Timimoun, El Ménéa et Adrar ainsi que l’intégration de la tension de 60 kV à El Ménéa, Timimoun, Adrar et Aïn Salah par l’installation de plusieurs postes de transformation 220/60 kV et un réseau de transport de 60 kV. Lors d’un point de presse en marge de la cérémonie de signature, le ministre de l’Energie et des Mines a mis en avant l’importance de «cette grande réalisation pour l’avenir énergétique du pays» pour fournir l’énergie électrique à l’ensemble du territoire national, dans le cadre des instructions du président de la République mises en œuvre à travers le programme du gouvernement. De plus, M. Arkab a fait savoir que cette interconnexion, devant être réalisé entièrement par des capacités algériennes, doit permettre de soutenir le développement économiques, industriel et agricole des wilayas du Grand Sud à travers une alimentation électrique conséquente répondant aux standards internationaux, avec un réseau national de transport électrique de plus de 33 000 km de haute tension. Il s’agit également, a expliqué M. Arkab, de soutenir le développement du réseau d’énergies renouvelables et les réalisations du secteur ferroviaire qui envisage la réalisation d’une ligne entre Béchar et Adrar et d’une autre entre Ghardaïa et El Ménéa-Aïn Salah et Tamanrasset. Le ministre a également évoqué l’étude de la réalisation d’une ligne de transport électrique THT de près de 1300 km reliant directement la wilaya de Ghardaïa à la wilaya de Tamanrasset dans le cadre d’un pont électrique Algérie-Afrique. «Le but de ce futur réseau est de fournir de l’électricité aux pays au sud de l’Algérie dont le Mali et le Niger», a-t-il indiqué.