Conflit Israelo-Palestinien: Avec l’arrivée d’une délégation du Hamas en Égypte,la perspective d’une trêve se renforce à Ghaza

0
90

Les efforts diplomatiques en vue d’une trêve dans les combats à Ghaza associée à la libération d’otages s’intensifient dimanche, alors qu’Israël poursuit ses frappes sur le territoire palestinien assiégé et menacé de famine.

Un haut responsable du Hamas a annoncé qu’une délégation du mouvement donne ce lundi au Caire sa réponse à une proposition de trêve israélienne associée à la libération des otages, près de sept mois après le début de la guerre, déclenchée par l’attaque sanglante du mouvement islamiste palestinien contre Israël le 7 octobre.Une délégation du Hamas arrivera lundi en Égypte pour remettre sa réponse à la récente contre-proposition israélienne en vue d’une trêve dans les combats dans la bande de Gaza. Un dirigeant a déclaré ce dimanche n’avoir « aucun problème majeur » avec le texte. « L’atmosphère est positive, sauf nouveaux obstacles posés par Israël », a indiqué un responsable du mouvement palestinien à l’AFP sous le couvert de l’anonymat. « Aucun problème majeur n’est soulevé dans les observations et demandes que soumettra le Hamas au sujet du contenu de la proposition » remise par l’Égypte, a affirmé ce responsable.La perspective d’une trêve se renforce à Gaza. Ce lundi 29 avril, le mouvement islamiste du Hamas donne sa réponse à une proposition de trêve dans la guerre avec Israël à Gaza, associée à une libération d’otages.« L’atmosphère est positive, sauf nouveaux obstacles posés par Israël », a indiqué à l’Agence France-Presse (AFP) un responsable du mouvement islamiste qui a requis l’anonymat. «  Aucun problème majeur n’est soulevé dans les observations et demandes que soumettra le Hamas au sujet du contenu de la proposition » lors de cette réunion, a-t-il ajouté.Il s’agit d’une proposition élaborée par l’Égypte et amendée par Israël. Elle avait été présentée en réponse au Hamas qui, mi-avril, insistait sur un cessez-le-feu permanent dans la bande de Gaza, une hypothèse qu’Israël refuse d’envisager.Une réunion tripartite doit avoir lieu au Caire entre l’Égypte, le Qatar et le Hamas, dont la délégation sera conduite par Khalil al-Hayya, membre de la branche politique du mouvement pour la bande de Gaza et très impliqué dans les négociations, a indiqué à l’AFP un haut responsable du Hamas sous le couvert de l’anonymat..Pendant ce temps, la guerre ne connait aucun répit dans le petit territoire assiégé où le Hamas a pris le pouvoir en 2007. L’armée israélienne a indiqué dimanche avoir frappé « des dizaines de cibles terroristes » dans le centre de Gaza.Elle affirme préparer par ailleurs une offensive terrestre à Rafah où s’entassent un million et demi de Palestiniens, principalement des déplacés. De nombreuses capitales et organisations humanitaires redoutent un bain de sang dans cette ville déjà régulièrement bombardée par l’armée.Depuis l’Arabie Saoudite, où se tient à partir de dimanche une réunion spéciale du Forum économique mondial (WEF), le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a appelé les Etats-Unis a empêcher une invasion terrestre à Rafah. Si elle devait avoir lieu, cette opération serait le « plus grand désastre de l’histoire du peuple palestinien », a-t-il déclaré.Le secrétaire d’État américain Antony Blinken est également attendu en Arabie Saoudite, où il discutera notamment « des efforts en cours visant à parvenir à un cessez-le-feu à Gaza qui permette la libération des otages », selon le département d’État.A Beyrouth, le ministre français des Affaires étrangères, Stéphane Séjourné, discutera dimanche de son côté avec des responsables libanais, des moyens d’éviter une extension du conflit.Depuis le début de la guerre, les échanges de tirs à la frontière nord d’Israël sont quotidiens entre l’armée israélienne et le mouvement islamiste libanais Hezbollah

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici