Ligue des champions: La JSK peut-elle rejouer le match contre l’EST ?

0
1467

Ce qui s’est passé, samedi soir, au stade de Radès à Tunis, sort complètement de l’ordinaire. En effet, de graves incidents ont émaillé le match retour des quarts de finale de la Ligue des champions ayant opposé l’ES Tunis à la JSK (1 – 1).

Un résultat qui qualifie le club tunisien au prochain tour sous réserve de l’enquête diligentée par la CAF comme l’a annoncé Veron Mosengo- Omba, le secrétaire général de l’instance africaine. «Les scènes qui se sont déroulées à Tunis sont inacceptables et nous ne pouvons pas tolérer cela dans le football. Nous condamnons avec la plus grande fermeté les actions indisciplinées de certains supporters. La CAF va confier l’affaire à ses structures judiciaires pour une enquête plus approfondie», a-t-il déclaré.La JSK, pour sa part, a envoyé un rapport à l’instance africaine de football « comportant de solides pièces matérielles ». Faut-il s’attendre à ce que l’EST soit disqualifiée ou au moins est-ce que la rencontre soit rejouée ? Il ne faut pas donner de faux espoirs aux supporters de la JSK. Le fait que le match soit allé à son terme, le résultat devrait être homologué, d’autant que c’est le commissaire au match qui a décidé la reprise du match, après plus de minutes de heurts entre les services d’ordre et les supporters locaux . Si sanctions il y aura, elles concernent le rendez-vous des demi-finales de l’Espérance qui risque de jouer son prochain match à domicile à huis clos, voire dans un autre stade.Pour rappel, en 2016 l’ESS a été disqualifiée de la compétition suite à un envahissement du terrain par ses supporters face à Mamelodi Sundowns. Après dix minutes d’arrêt, l’arbitre avait décidé de renvoyer les deux équipes aux vestiaires. La CAF a ensuite donné match perdu pour l’Entente. Cette fois, l’arrêt a duré plus de 40 minutes à la seule différence que le public de l’EST n’a pas pénétré sur le terrain. A aucun moment, les joueurs n’ont été mis en danger, car les incidents se sont déroulés pendant la mi-temps. Mais il faut dire que les heurts entre les fans de l’Espérance et les forces de l’ordre ont été d’une rare violence.  Un feu a été allumé en tribunes qui a nécessité l’intervention des sapeurs-pompiers et un supporter local s’est baladé avec une tronçonneuse dans le stade. Un fait insolite et d’une extrême gravité sur lequel la commission devrait se pencher sérieusement. C’est même unique dans les annales du football africain. Cela mérite des sanctions appropriées et exemplaires. La balle est dans le camp des responsables de la CAF à qui on reproche parfois leur partialité. Des voix s’élèvent pour dire que si ces incidents s’étaient produites chez nous, le club algérien aurait été immédiatement sanctionné et le match aurait été suspendu. Mais comme la rencontre s’est déroulée en Tunisie chez un cador du Continent, la CAF ferme les yeux comme d’habitude. Il est vrai que cette politique de deux poids deux mesures crée un sentiment d’injustice. La JSK est dans son droit de se plaindre et de demander réparation, car ce qui s’est passé à Radès est condamnable et n’honore nullement le football africain

Ali Nezlioui