Equipe nationale: L’heure est au rattrapage !

0
300

Pas le temps de cogiter. Alors que la défaite cuisante face à la Guinée n’est pas encore digérée, la sélection nationale s’est envolée, hier après-midi, à destination de Kampala City pour y affronter, lundi à 17h, l’équipe ougandaise.

Un match comptant pour la 4e journée des éliminatoires pour la Coupe du monde 2026. Au vu du classement du Groupe G, à l’issue de la 3e journée, les cartes sont complètement redistribuées. On constate un regroupement en tête de quatre équipes partageant la première place avec six points chacune. Il s’agit de l’Algérie, la Guinée, l’Ouganda et le Mozambique, alors que le Botswana (3 points) et la Somalie (0 point), ferment la marche. Ce n’est pas le scénario attendu, mais à présent il s’agit, pour les Verts, d’éviter de nouvelles complications. Cela passe inexorablement par une victoire à Kampala. Les poulains de Petkovic sont-ils en mesure de ramener les trois points dans leurs bagages ? Si on se fie à leur piètre prestation contre les Guinéens, ce jeudi, il n’y a pas de quoi être optimiste. Mais voilà, en football aucun match ne ressemble à un autre. Atal et ses camarades sont capables d’un sursaut d’orgueil sachant qu’une nouvelle contre performance pourrait compromettre leurs chances de qualification. Pour ce faire, il va falloir apporter des changements au sein de l’équipe, comme l’a laissé entendre le coach national. D’ailleurs, à ce propos, Petkovic a eu une discussion franche avec Bennacer avant le départ vers Kampala. L’absence du milieu de terrain du Milan AC lors de la rencontre contre le Syli National a surpris beaucoup de monde. Les explications du sélectionneur pour justifier sa mise sur le banc n’ont pas été vraiment convaincantes. Son groupe n’ayant pas réussi à mater les Guinéens, il est dans l’obligation de changer son fusil d’épaule. D’autant que plus que la défaite, c’est le rendement des joueurs alignés qui est remis en cause. Que ce soit en défense, au milieu ou en attaque, aucun élément n’a vraiment répondu aux attentes des supporters de l’équipe nationale. Petkovic parle d’un déficit mental et une absence de communication. C’est à lui de trouver rapidement les solutions et de rectifier le tir. En tant que technicien avéré, il doit justifier son statut sous peine d’attirer davantage les foudres des fans dont certains regrettent déjà le départ de Belmadi, même si ce dernier a échoué dans sa mission.Pour cette rencontre, l’entraîneur national doit composer sans son capitaine d’équipe, Yacine Brahimi, décevant face à la Guinée et qui souffre d’une lésion aux ischio-jambiers. D’ailleurs, le joueur d’Al Gharafa a été autorisé à quitter le groupe.    « J’ai ressenti une douleur au niveau des ischio-jambiers. J’ai fait le test avec le médecin et il a découvert un petit œdème et donc une lésion. Je suis triste de ne pas pouvoir jouer ce match, mais j’ai pleinement confiance en mes coéquipiers », a-t-il déclaré avant de quitter le Centre technique national de Sidi Moussa (CTN). On pensait que Petkovic allait le remplacer en appelant un nouveau joueur. Tout le monde pensait évidemment à Belaili, finalement il n’en fut rien. Visiblement, le coach fait toujours confiance au même groupe. Un groupe qui est dans l’obligation de se rattraper.

Ali Nezlioui

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici