Soudan: Les belligérants signent un accord pour la protection des civils

0
145

L’armée soudanaise et les Forces de soutien rapide (FSR) ont signé dans la nuit de jeudi à vendredi un accord dans la ville portuaire saoudienne de Jeddah prévoyant de dégager des couloirs pour permettre aux civils pris au piège de sortir des zones de combat tout en laissant entrer l’aide humanitaire, ont rapporté des médias.

 Les belligérants se sont mis d’accord pour «créer des passages sécurisés pour que les civils puissent quitter les zones de combats vers la direction de leur choix».Ils se sont également engagés à «autoriser et faciliter rapidement le passage de l’aide humanitaire» ainsi que «le passage des humanitaires vers et dans le pays».Ils ont souligné que les intérêts du peuple soudanais étaient prioritaires et ont accepté de permettre à tous les civils de quitter les zones assiégées, d’après elle. L’accord souligne la souveraineté et l’unité du Soudan et salue les efforts de médiation d’autres pays. Il appelle également à l’arrêt de toutes les attaques susceptibles de nuire aux civils, selon la même source. Les deux parties ont entamé des pourparlers samedi dernier à Jeddah en vue de parvenir à un cessez-le-feu qui faciliterait l’acheminement de l’aide humanitaire d’urgence dans ce pays ravagé par le conflit. Depuis le 15 avril, le Soudan est le théâtre d’affrontements armés meurtriers entre l’armée soudanaise et les RSF dans la capitale Khartoum et dans d’autres régions. Ces affrontements meurtriers ont fait au moins 550 morts et 4.926 blessés, selon les chiffres publiés début mai par le ministère soudanais de la Santé

524 morts et 2872 blessés, selon le syndicat des médecins

Le Syndicat des médecins du Soudan a annoncé, dans un communiqué publié jeudi soir, que le bilan des affrontements était passé à 524 morts et 2.872 blessés, depuis le 15 avril. Le dernier bilan annoncé par le Syndicat médical (non gouvernemental), mercredi, faisait état de 517 morts et 2.701 blessés civils. Le communiqué ajoute : «Les affrontements se poursuivent entre les forces armées et les Forces de soutien rapide et plus de victimes sont en train de tomber».Mardi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a révélé qu’au moins 604 personnes ont été tuées depuis le début des affrontements armés au Soudan à la mi-avril. Le Syndicat des médecins soudanais a indiqué, dans un autre communiqué publié jeudi, que 67% des hôpitaux dans les zones d’affrontements sont hors service. Le communiqué ajoute que «sur 88 hôpitaux de base de la capitale et des gouvernorats, 59 sont hors service tandis que 29 autres fonctionnent totalement ou partiellement. Certains d’entre eux fournissent des services de premiers secours et sont menacés de suspension en raison du manque du personnel médical, des fournitures médicales, de l’eau et de l’électricité.