Infrastructures: « Le stade de Tizi-Ouzou », un véritable joyau qui voit enfin le jour

0
123

L’inauguration, hier par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, du nouveau stade Hocine-Ait Ahmed de Tizi-Ouzou, vient enrichir indéniablement le parc des infrastructures sportives chez nous.La région hérite d’un véritable écrin architectural, sans doute l’un des plus beaux et les plus impressionnants du pays. 

Le stade entièrement couvert et d’une capacité de 51 000 places environ, est implanté au milieu d’un complexe olympique omnisports de six hectares, doté également d’un stade d’athlétisme de 6 500 places, un terrain d’entraînement en gazon naturel, ainsi que 12 bâtiments et annexes. C’est un acquis considérable à condition qu’il soit exploité à bon escient. Dans ce domaine, on y met toujours des réserves, surtout lorsqu’on voit comment le Stade de Baraki et celui d’Oran sont gérés et utilisés actuellement. Mais une chose est sûre, c’est le plus beau cadeau que l’on puisse faire à un club comme la JSK, l’équipe la plus titrée du pays, dotée à présent d’une infrastructure moderne qui devrait l’aider à se développer et à prendre une autre dimension. La semaine dernière le MCA a hérité d’un nouveau stade à Douéra. Ils sont désormais deux clubs à ne plus souffrir du souci de la domiciliation, même si la JSK n’avait pas vraiment connu ce problème. Elle n’aura plus à accueillir ses adversaires au vétuste stade du 1er-Novembre qui n’offre plus les commodités adéquates et s’avère trop exigu pour un club de l’envergure de la JSK. On aimerait que d’autres équipes bénéficient à leur tour des mêmes avantages pour mettre tout le monde à pied d’égalité. En tout cas, les pouvoirs publics font des efforts colossaux pour rattraper le retard dans ce domaine. Il y a une réelle volonté politique de construire de nouveaux stades modernes que ce soit au nord ou au sud du pays. Il y a des projets dans ce sens et des villes comme Sétif, Ouargla, Bechar, Bejaia et bien d’autres auront également leurs propres infrastructures à moyen terme. C’est sans doute le meilleur moyen de développer la pratique sportive chez nous à tous les niveaux. Il reste cependant le problème de la capitale qui malgré la mise en fonction des stades de Baraki et de Douéra, en plus du stade du 5-Juillet, il y a toujours un manque d’infrastructures eu égard au nombre élevé des clubs algérois. Cela dit, la pression va diminuer, mais comme on l’a relevé plus haut, tout dépend de la manière comment ces enceintes sportives vont être exploitées. Il va falloir faire preuve de maîtrise et de bon sens pour ne léser personne.En attendant que d’autres projets similaires voient le jour, on est ravi de voir le pays se doter de nouveaux stades et de nouvelles infrastructures sportives. Le meilleur investissement possible pour relever le niveau de la pratique sportive dans le pays.

Ali Nezlioui  

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici