Hydrogène vert: Mohamed Arkab : «L’Algérie possède tous les atouts pour jouer un rôle de premier plan sur le marché mondial»

0
145

Le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, a affirmé, ce jeudi, que les «préparatifs étaient en cours» pour mettre en œuvre la feuille de route relative au développement de l’hydrogène, basée sur la stratégie nationale de cette filière, en réunissant toutes les conditions nécessaires pour créer un environnement économique et écologique qui permette de concrétiser cette démarche.

«Une bonne préparation a été effectuée pour mettre en œuvre la feuille de route de développement de l’hydrogène et réunir toutes les conditions nécessaires à la création d’un environnement écologique et économique  attractif à même de développer cette filière, placée parmi les priorités du gouvernement », a précisé M. Arkab qui supervisait l’ouverture d’un atelier de présentation et de promotion de la stratégie nationale de développement  de l’hydrogène, en présence de la ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables, du ministre de l’Industrie et de la Production pharmaceutique, du commissaire aux Energies renouvelables et à l’Efficacité énergétique, ainsi que des cadres du secteur et de nombre de diplomates. A ce propos, il a rappelé que «l’Algérie possédait des potentialités considérables en matière d’hydrogène vert, de même qu’elle possède tous les atouts pour jouer un rôle de premier plan sur le marché mondial de  l’hydrogène vert». Rappelant les orientations du président de la République lors du Conseil des ministres, tenu en décembre 2022, et les résultats de la réunion du gouvernement, M. Arkab a cité notamment l’établissement d’une feuille de  route pour la mise en œuvre de la stratégie nationale de développement de l’hydrogène, à travers la préparation d’un écosystème propice au développement de cette filière, considérant que la première étape consistait à «promouvoir cette stratégie conformément au plan d’action adopté». Cela traduit, selon le ministre, «la forte volonté et la vision future des  hautes autorités du pays en ce qui concerne la production et le développement de l’hydrogène propre, pour en tirer profit à moyen et long termes dans tous les volets économiques et environnementaux». M. Arkab a, en outre, estimé que cette stratégie servira de référence pour les acteurs nationaux et internationaux, car elle leur donne une image  précise et prospective sur les procédures et les mesures qui seront prises par les pouvoirs publics pour développer le secteur de l’hydrogène en Algérie. En adoptant la feuille de route inspirée de la stratégie nationale de développement de l’hydrogène, nous «pourrons traduire dans la réalité cette vision qui nous permettra de garantir un meilleur avenir pour notre pays et  les générations futures», a-t-il ajouté. Dans ce sillage, le ministre a appelé à faire face à nombre de défis, à trouver des solutions idoines, en particulier celles relatives à la maitrise industrielle et technologique au moindre coût dans toutes les chaînes de valeur, et à œuvrer pour la sécurisation d’un marché pour les projets futurs, notamment pour ceux destinés à l’exportation. Parmi les solutions possibles, estime-t-il, figure l’établissement de partenariats stratégiques à long terme avec les partenaires intéressés par le positionnement sur le marché mondial de cette filière, en relevant le  défi du financement et en réunissant les conditions favorables au succès de tout projet. Le ministre de l’Industrie et de la Production pharmaceutique, Ali Aoun, a, de son côté, affirmé que le gouvernement a fait du développement de l’hydrogène «une priorité et un objectif stratégique à la lumière de la  nouvelle politique économique», mettant en avant les différents atouts de l’Algérie notamment l’énergie solaire, outre les avantages octroyés par la loi sur l’investissement pour faciliter l’acte d’investissement et établir des partenariats et des projets de coopération avec les partenaires étranger. La ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables, Fazia Dahleb, a, à son tour, estimé que « la feuille de route adoptée définit les grandes lignes pour développer la filière de l’hydrogène et permettre à l’Algérie de devenir un principal acteur en matière d’énergie ». «L’hydrogène vert constitue une opportunité pour contribuer au développement et s’orienter vers une économie verte», ajoute la ministre, soulignant que l’Algérie ambitionne d’accélérer sa transition énergétique,  notamment dans un contexte de défi énergétique mondial lié aux changements  climatiques». Ce contexte, dit-elle, requiert l’intensification de l’action entre son secteur et celui de l’Energie afin de faire face aux impacts négatifs des changements climatiques. Le commissaire aux Energies renouvelables et à l’efficacité énergétique  (CEREFE), Noureddine Yassaa a, quant à lui, souligné que «stratégie nationale de développement de la filière de l’hydrogène s’inscrit dans le  cadre d’une vision inclusive jetant les fondements d’un système énergétique flexible et durable à même de réaliser une sécurité énergétique sur le long terme en Algérie et lui permettre de renforcer sa place et son rôle pivot en la matière». Le développement de la filière de l’hydrogène, ajoute M. Yassaa, notamment l’hydrogène vert «permettra d’insuffler une célérité à la réalisation des projets des énergies renouvelables et diversifier les sources d’énergie dans une stratégie bien définie, et ce pour une transition énergétique fluide et progressive».

N. I.