En recevant jeudi dernier le président du comité militaire de l’OTAN, Chanegriha affirme: L’Algérie fermement attachée à sa souveraineté nationale

0
202

 En recevant jeudi dernier l’Amiral Rob Bauer, président du Comité militaire de l’OTAN qui effectue une visite officielle en Algérie à la tête d’une importante délégation militaire, le Général d’Armée Saïd Chanegriha, Chef d’Etat-major de l’ANP, a mis en avant la coopération entre l’Algérie et l’OTAN dans le cadre du dialogue méditerranéen et l’instauration d’un partenariat solide et fructueux entre les deux parties, ainsi que la création d’une dynamique de concertation et de dialogue.

Il a souligné à cette occasion que l’Algérie « s’en tient fermement à sa décision souveraine et à l’exercice de sa pleine souveraineté sur l’ensemble du territoire national ». « Je tiens à rappeler que l’Algérie a consenti un lourd tribut pour son indépendance, tout au long de son parcours combattant, de 1830 à 1962, où 5.630.000 Algériens sont tombés en martyrs, dont 1.500.000 durant la Révolution du 1er novembre 1954 et ce sont ces sacrifices incommensurables qui ont présidé à l’adoption par l’Algérie de la politique de non alignement », a-t-il rappelé.  « Ainsi, l’Algérie, qui est fière de son passé et jalousement attachée à son indépendance, se tient fermement à sa décision souveraine et à l’exercice de sa pleine souveraineté sur l’ensemble de son territoire national », a-t-il soutenu. A son tour, l’Amiral Rob Bauer a salué le rôle pivot que joue l’Algérie dans la préservation de la sécurité et de la stabilité dans la région. L’Algérie qui a toujours privilégié la voix du dialogue et de la concertation pour le règlement des crises et des conflits, vient, encore une fois, de réaffirmer cette position qui fait partie des principes cardinaux de sa diplomatie. Le président de la République avait réaffirmé les positions constantes de l’Algérie en faveur des causes justes et en soutien aux peuples opprimés qui luttent pour la liberté, en tête desquelles les questions palestinienne et sahraouie. Le chef de l’Etat a indiqué que « l’Algérie qui est bien placée pour évaluer le prix à payer pour arracher la liberté, ne renoncera jamais à son soutien aux causes justes et aux peuples opprimés qui luttent pour leur liberté ». Sur le plan régional, le Président Tebboune a mis en avant les efforts consentis par l’Algérie pour parvenir à des solutions pacifiques, rassembler les belligérants et rapprocher les positions et les vues. Récemment, le Général d’Armée Saïd Chanegriha n’a pas manqué de réitérer, encore une fois, la disponibilité de l’ANP à faire face à toutes les menaces qui guettent le pays. Il a, par la même occasion, salué les efforts consentis pour renforcer les capacités opérationnelles de notre Armée, tout comme il s’est félicité de la symbiose et de la cohésion qui existent entre le peuple et son Armée à même de déjouer toutes les tentatives visant la stabilité du pays. Il a relevé que la multiplicité des menaces et des défis qui se posent à notre pays, « imposent le maintien de la disponibilité opérationnelle à ses plus hauts niveaux, le suivi permanent de l’évolution de la situation sécuritaire dans la région, la préparation des forces avec la rigueur requise et l’intensification des exercices de différents échelons, en vue de maitriser les systèmes d’armes en dotation et mettre nos ressources humaines en phase avec l’évolution significative des arts de la guerre moderne ». Récemment, Chanegriha avait insisté sur la nécessité pour l’ensemble des personnels d’accomplir les missions assignées avec la rigueur requise, allant de pair avec les efforts sincères de construction de l’Algérie nouvelle. «Sous la conduite et l’orientation du Président de la République, chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale, nos personnels militaires, à tous les niveaux de la hiérarchie, se doivent de prouver, sur le terrain, leur capacité à promouvoir l’Armée nationale populaire, digne héritière de l’Armée de libération nationale, au niveau qu’elle mérite », a-t-il souligné. Pour de nombreux observateurs, le ciblage de l’Algérie, au regard de tous ses éléments de force, est à inscrire dans le modus operandi de groupes tendancieux, internes et externes, pour la fragiliser à travers ses frontières, protégées par l’ANP, d’autant qu’elles sont devenues des foyers de tension, en particulier à l’Ouest avec la présence de l’entité sioniste, ajoutant que cette présence constitue le plus grand danger au vu des positions de l’Algérie. Le contexte actuel est très compliqué suite aux conditions difficiles que traverse la région. Cela impose une vigilance permanente et un déploiement rigoureux et exige des éléments de l’ANP d’être omniprésents et sur tous les fronts à l’intérieur du pays pour faire face aux groupuscules terroristes résiduels ainsi que sur la bande frontalière. Le président de la République, faut-il le rappeler, avait affirmé à maintes reprises, qu’avec l’appui de notre Armée nationale populaire et avec une volonté inébranlable, l’Algérie occupe la place qui lui sied, sur les plans régional et international. Il avait affirmé récemment que sa plus grande préoccupation actuellement était de parachever la concrétisation des 54 engagements pris devant le peuple algérien. Le Chef de l’Etat avait rappelé son souci d’opérer les réformes promises au peuple algérien à la vitesse qu’il juge nécessaire pour changer la situation, reconnaissant que le rythme avec lequel il avance peut parfois dépasser certains départements ministériels qui prennent du temps pour s’adapter. Passant en revue les réalisations de ces trois dernières années, le Chef de l’Etat a cité la Constitution qui a « changé beaucoup de choses », à l’instar de la moralisation de la vie publique et la valorisation du rôle du mouvement associatif et de la jeunesse, soutenant que cette démarche avait permis au « train qui pendant 30 ans était à la dérive de revenir sur la bonne voie ». Le Président Tebboune a réaffirmé, à cet égard, la détermination de l’Etat à poursuivre la lutte contre la corruption, notamment en ce qui à trait au recouvrement des fonds pillés et détournés, annonçant que 20 milliards de dollars avaient déjà été recouvrés à l’intérieur du pays. Concernant certaines propositions relatives à des mesures de grâce au profit des auteurs de dilapidation et de détournement des deniers publics, M. Tebboune a dit rejeter cette idée qui s’oppose aux principes « de la morale et de la loi ». Il a également affirmé rejeter toutes les disparités entre les composantes du peuple, estimant que l’Algérie était au bord du gouffre et qu’il fallait régler la situation, raison pour laquelle il a décidé de commencer avec l’amélioration du pouvoir d’achat des citoyens. Dans ce contexte, il a réaffirmé son engagement à poursuivre l’augmentation des salaires des travailleurs et à prendre les mesures nécessaires, l’année prochaine, pour assurer une vie décente aux citoyens, tout en veillant à la régulation des prix, du taux d’inflation, et au renforcement de la production nationale. Il a insisté, en outre, sur la nécessaire généralisation de la numérisation qui deviendra un jour une réalité. Concernant les fonds circulant sur le marché parallèle, il a relevé qu’aucun chiffre n’existe sur le véritable montant de ces fonds, estimant que le plus important était d’éradiquer ce phénomène et de faire bénéficier l’économie nationale de ces fonds à travers la création de la richesse et des emplois. Il a indiqué, à ce sujet, que l’Algérie fournissait toutes les garanties pour capter les investissements directs étrangers (IDE) dans divers secteurs, ajoutant que la prochaine période verra la concrétisation de nombreux projets d’investissement. D’autre part, le Président de la République n’a eu de cesse d’insister auprès du gouvernement sur la nécessité d’accorder un intérêt accru à la situation sociale du citoyen et veiller à l’amélioration de son pouvoir d’achat, tout en insistant sur le rôle du gouvernement dans la garantie de la disponibilité et de la stabilité des prix des produits alimentaires. En préconisant une vision réaliste et rationnelle qui préserve l’équilibre macro-financier de l’Etat, le président de la République aura prouvé, une fois de plus, tout l’intérêt qu’il accorde à la préservation du pouvoir d’achat des citoyens, notamment les couches sociales les plus défavorisées. Il s’agit d’une vision prévoyant un allègement des charges inhérentes aux mesures prises par le gouvernement avec pour objectif de préserver le pouvoir d’achat et les acquis sociaux décidés par l’Etat en faveur des citoyens.

T. Benslimane

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici