Commerce extérieur: Les hydrocarbures continuent à représenter l’essentiel des ventes

0
1242

Les hydrocarbures ont continué à représenter l’essentiel des ventes algériennes à l’étranger durant les quatre premiers mois 2017. Le volume global a, de surcroît, augmenté de plus de 35% pour atteindre la part des 94,26%. Le secteur des hydrocarbures qui représentait «27% du PIB en 2014 et 19% du PIB en 2015» a vu son taux fléchir en 2016.

La situation a été imputée à la baisse des prix des hydrocarbures. Malgré cela, le secteur a réussi à augmenter sa valeur ajoutée. Une forte contribution qui représente toutefois une entrave constante à l’évolution des exportations «hors hydrocarbures». Ces dernières demeurent toujours marginales, avec une part de 5,74% du volume global des exportations malgré la hausse comparée aux données des quatre mois 2016. Selon un bilan du Centre national de l’informatique et des statistiques (CNIS), les principaux produits hors hydrocarbures exportés durant les quatre premiers mois 2017, sont constitués essentiellement par le groupe «demi-produits». Ce groupe représente une part de «4,49% du volume global des exportations soit l’équivalent de 535 millions de dollars US». Le groupe «biens alimentaires» vient en seconde position avec une part de «0,83% soit 99 millions de dollars US suivi par le groupe «produits bruts» avec la part de 0,21% soit en valeur absolue 26 millions de dollars US, et enfin les groupes «biens d’équipement industriels» et «biens de consommations non alimentaires» avec les parts respectives de 0,17% et 0,04%». Durant les deux premiers mois de 2017, la valeur ajoutée du secteur hors hydrocarbures a aussi été qualifiée de faible. La caté- gorie n’a enregistré détenu que «7,6% du volume global des exportations soit une valeur de 460 millions de dollars US». Ces faibles taux nous poussent à nous questionner sur le défi que s’est tracé l’Algérie, pour diversifier son économie. En effet, d’aucuns attestent que pour bâtir une économie diversifiée l’Algérie doit se tourner vers les atouts des autres secteurs, à l’instar de l’Agriculture et l’Industrie. Ceci dit, la contribution de certains secteurs demeure tout autant faible ou plus ou moins appréciable. Le secteur de l’Industrie a enregistré au 4e trimestre 2016, une croissance de «3,5% au lieu de 3,2% durant la même période de l’année précédente». Pour sa part, le secteur de l’Agriculture n’a pas pu se redresser, et pour cause la baisse de 4,1% de son activité, enregistrée à la même période, en comparaison avec le 4e trimestre 2015. Il en est de même pour le secteur du Bâtiment et Travaux publics et Hydraulique. Le secteur n’a que faiblement progressé au courant du quatrième trimestre 2016, avec «4,8% contre 5,6%» durant la même période de l’année précédente.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here