Audiovisuel: Djamel Kaouane assure Zouaoui Benhamadi de son soutien et celui du gouvernement 

0
1663
En recevant hier dans son département ministériel le président de l’Autorité de régulation de l’Audiovisuel (ARAV), Zouaoui Benhamadi, le ministre de la Communication, Djamel Kaouane, a tenu à le rassurer en lui exprimant son soutien et celui du gouvernement pour qu’il puisse accomplir sa mission et assumer pleinement ses responsabilités.
Selon le ministère de la Communication, ce premier contact a permis au ministre de « s’enquérir des rôles et missions de l’Autorité de régulation de l’Audiovisuel et d’assurer son président de la disponibilité entière du ministère de la Communication et, à travers ce dernier, du gouvernement à lui apporter aide et soutien afin de lui permettre d’assumer pleinement ses responsabilités tel que le stipulent les textes de loi en vigueur ». 
Pour rappel, des dizaines d’intellectuels, d’artistes, de journalistes et d’académiciens se sont rassemblés samedi dernier devant le siège de l’ARAV, en protestation contre « les dépassements » enregistrés dans certains programmes de la grille spécial ramadhan de la chaine de télévision privée Ennahar et contre l’atteinte à la personne de l’écrivain algérien Rachid Boudjedra. 
Reçu par le président de l’ARAV, l’écrivain Rachid Boudjedra, accompagné de plusieurs sympathisants, a dénoncé le traitement qui lui a été réservé par cette chaine, lors de son programme de caméra cachée, qu’il a qualifié de « terrorisme », affirmant qu’il était « en état de choc », en raison de l’atteinte à sa personne. M. Boudjedra a fait savoir qu’il comptait, demain dimanche, lancer une action en justice contre cette chaine, avec un collectif d’avocats, soutenant que le principal objectif de sa démarche était de « mettre un terme à la médiocrité qui caractérise ce type de chaînes ». Par ailleurs, il s’est félicité de l’élan de solidarité des citoyens « aussi bien en Algérie qu’à l’étranger ». Pour sa part, M. Zouaoui Benhamadi a exprimé sa solidarité avec M. Boudjedra, se disant très honoré de recevoir l’écrivain et ses sympathisants qui sont venus « défendre une cause juste », ajoutant qu’il « est entièrement d’accord avec la plupart des points contenus dans la pétition… et qu’il comprend leurs revendications ». « l’ARAV n’a pas, en de pareils cas, le pouvoir de sanctionner qui relève, plutôt, des prérogatives de la justice » a-t-il ajouté, appelant à « ne pas porter de jugement hâtif sur ces chaines privées qui ont comblé un vide médiatique » Plusieurs personnalités artistiques, intellectuelles , médiatiques et politiques étaient présentes à ce rassemblement au niveau du siège de l’ARAV. 
Pour sa part, le poète Achour Fenni a indiqué que « plus de mille personnes ont signé jusque là la pétition, dont des journalistes, des intellectuels, des présidents d’associations et des défenseurs de droits », appelant à mettre fin à « l’utilisation des médias pour heurter la sensibilité des familles algériennes et porter atteinte aux valeurs de la société à travers des programmes faisant l’apologie de la violence ». 
Les contestataires ont appelé dans leur communiqué, les autorités compétentes, à leur tête les ministère de la Justice, de l’Intérieur et la Communication et l’ARAV à « mettre un terme à la médiocrité, à réprimer les dépassements et les dérapages et à sanctionner les contrevenants à la loi et aux principes de la déontologie ». Ils ont par ailleurs exhorté la société civile, les écrivains et les journalistes à « agir pour défendre leur position au sein de la société et leur droit à donner leur avis sans faire l’objet d’attaques ou de railleries en raison de leurs opinions ou convictions ». 
Le président de l’ARAV avait appelé à la nécessité de « parachever l’aspect disciplinaire et réglementaire » du champ audiovisuel pour en assurer la bonne organisation afin d’éviter « des dépassements » constatés notamment durant le mois sacré du Ramadhan. Il avait estimé qu’avec l’application rigoureuse de la réglementation « on peut aller vite dans la régularisation des chaînes privées (qui sont de droit étranger), après, bien sûr, leur mise en conformité avec le cahier des charges ». 
M. Benhamadi a pointé du doigt des émissions, notamment les caméras cachées, qui sous couvert de divertissement, montrent des séquences dont « la brutalité et la vulgarité » sont une « insulte à la dignité humaine ». Selon lui, c’est aux « personnes mal représentées, de se plaindre et de faire pression sur ces chaînes en ayant recours à la justice », soulignant que l’ARAV pouvait intervenir notamment quand elle constate un « dépassement grave », touchant notamment aux symboles de l’Etat. 
« Nous sommes abasourdis par tant de légèreté dans certains programmes », a-t-il regretté avant d’appeler à la nécessité « d’entreprendre une réflexion pour la construction du paysage audiovisuel national ». 
L’ARAV avait exhorté, avant le début du mois sacré du Ramadhan, les chaînes de télévision algériennes à observer les « principes d’intérêt général » afin d’éviter les « dérives » constatées les années précédentes, tout en élaborant des programmes spéciaux pour le Ramadhan  »qui soient un espace d’éveil à la fois spirituel et rationnel, conciliant authenticité et modernité ».