Palestine: 157 installations de l’UNRWA endommagées et blocage de l’entrée des aides à Ghaza

0
839

Le porte-parole de l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA), Kazem Abu-Khalaf, a révélé que les attaques incessantes de l’occupation sioniste contre l’agence onusienne dans la bande de Ghaza avaient endommagé 157 de ses installations, entraînant la réduction de ses services.

Dans une déclaration à l’APS, dimanche, M. Abu-Khalaf a souligné que l’UNRWA fonctionnait avec des moyens réduits, plusieurs de ses installations ayant été converties en centres d’accueil pour les déplacées ou ayant été bombardées et endommagées. En effet, depuis le 7 octobre dernier, 157 installations de l’UNRWA ont été touchées, directement ou indirectement, dans 345 incidents militaires distincts ayant entraîné la mort de 165 de ses membres, soit le plus grand nombre de victimes dans les rangs de l’ONU depuis sa création, a-t-il déploré. Une situation qui a lourdement impacté le travail de l’agence, dont seulement un tiers des effectifs est en mesure de rejoindre son lieu de travail, a-t-il ajouté, précisant que les installations de l’UNRWA subissaient des agressions sionistes quasi quotidiennes avec des incursions dans ses locaux. L’agence a recensé 151 incidents, dont l’incursion d’un char militaire, la conversion de certaines installations en centres de détention ou d’interrogatoire et la présence de snipers sionistes sur les toits des locaux, a détaillé M. Abu-Khalaf, ajoutant que «c’est la preuve que l’action militaire n’épargne rien ni personne dans la bande de Ghaza, pas même les civils réfugiés dans les locaux onusiens en quête de sécurité». Le représentant de l’UNRWA a, par là même, fustigé les allégations de l’entité sioniste sur l’UNRWA, à l’origine de la détérioration de la situation humanitaire déjà critique, notamment sur le plan sanitaire, dans la bande de Ghaza, où, a-t-il dit, seulement 12 hôpitaux sur 36 continuent de fonctionner partiellement aux côtés de trois hôpitaux de campagne d’une très faible capacité et de 70 centres de santé partiellement fonctionnels. Pour donner une idée du désastre sanitaire en cours à Ghaza, M. Abu-Khalaf a cité, à titre d’exemple, un hôpital à Rafah ne disposant que de cinq lits d’accouchement, alors qu’il prend charge jusqu’à 78 accouchements par nuit, sans parler des accouchements prématurés, conséquence directe de la situation catastrophique sur place. La bande de Ghaza étant connue pour son grand nombre de naissances par rapport aux autres villes palestiniennes, l’UNRWA «s’attend à enregistrer quelque 5500 nouvelles naissances pour le mois de mars».

L’UNRWA pointe l’absence de volonté politique au niveau international

Le porte-parole de l’UNRWA a pointé le mutisme international devant la tragédie humanitaire en cours à Ghaza et l’absence de toute volonté politique au niveau international pour permettre l’entrée des aides dans l’enclave sinistrée, où seulement 94 camions d’aides par jour sont autorisés contre 500 auparavant, c’est dire l’ampleur de la tragédie humanitaire. «La communauté internationale propose différentes voies d’acheminement de l’aide humanitaire à Ghaza, dont le largage et la construction d’un port, alors que des solutions plus réalistes et plus pratiques pour sauver les Palestiniens existent déjà, à savoir l’acheminement des aides par route via les sept  points de passage vers l’enclave», a affirmé M. Abu-Khalaf. En empêchant l’entrée des aides, les autorités d’occupation sionistes utilisent clairement la nourriture et l’eau potable comme «armes de guerre» alors que l’enclave est menacée par la famine. Selon des rapports onusiens, 4 personnes sur 5 souffrant de faim dans le monde se trouvent à Ghaza. La malnutrition aigüe a doublé en l’espace d’un mois dans le nord de la bande de Ghaza, notamment chez les enfants, a alerté l’UNICEF. Au 11 mars, le nombre de décès dus à la famine et à la malnutrition dans la bande de Ghaza est passé à 27. Pour le porte-parole de l’UNRWA, la situation dans l’enclave n’est pas prête de s’améliorer. Il pense au contraire qu’elle sera encore plus désastreuse à l’avenir, citant, à ce propos, une étude américaine basée sur les avis d’experts, selon laquelle «si la guerre prend fin entre février et août prochain, il y aura plus de 6650 morts supplémentaires en attendant le rétablissement des systèmes d’alimentation en eau potable et d’assainissement et la prise en charge des malades et des blessés». Revenant, par ailleurs, sur les accusations sionistes portées injustement contre l’UNRWA sur un prétendu soutien d’employés de l’agence au mouvement Hamas, le responsable onusien les a qualifiées de «coup fatal» ayant conduit 16 pays, dont 7 gros bailleurs de fonds, à suspendre leurs aides à Ghaza. Depuis, l’agence et les pays amis œuvrent sans relâche pour les convaincre de revenir sur leur décision, a-t-il fait savoir, précisant que le Canada, la Suède et l’Australie avaient décidé de reprendre le financement de l’UNRWA.

La présidence palestinienne avertit une nouvelle fois contre toute opération militaire sioniste à Rafah

La présidence palestinienne a, de nouveau, mis en garde contre l’intention de l’armée de l’occupation sioniste de mener une opération militaire dans la ville de Rafah, située dans le sud de la bande de Ghaza, ravagée par une agression barbare depuis plus de cinq mois.  Dans une déclaration publiée par l’agence de presse Wafa, elle a demandé vendredi une intervention urgente de la communauté internationale pour empêcher cette «agression dangereuse», qui exacerberait les souffrances de la population de l’enclave. La présidence palestinienne a, en outre, réaffirmé son rejet de tout «déplacement» et souligné la nécessité d’arrêter l’agression en cours, d’obtenir le retrait de l’armée sioniste de la bande de Ghaza et de forcer l’occupant à appliquer les résolutions internationales. La semaine passée, le porte-parole de la présidence palestinienne, Nabil Abu Rudeineh, avait déjà mis en garde contre toute attaque de l’armée sioniste contre la ville de Rafah. Nous mettons en garde contre la gravité des déclarations des dirigeants sionistes, dans lesquelles ils ont confirmé les préparatifs en vue de l’agression contre la ville, qui abrite plus de 1,8 million de Palestiniens, dont la plupart ont été déplacés de force de leurs maisons détruites par les forces d’occupation sionistes dans le nord de l’enclave palestinienne», avait-il indiqué dans une déclaration, reprise par Wafa. L’agression sioniste génocidaire en cours à Ghaza a fait, depuis le 7 octobre 2023, 31 553 martyrs et 73 546 blessés, selon un bilan donné samedi par le ministère palestinien de la Santé.

Cisjordanie : 435 Palestiniens sont tombés en martyrs sous les balles de l’armée sioniste depuis le 7 octobre

Depuis le 7 octobre dernier en Cisjordanie occupée, ont indiqué des sources palestiniennes. Selon ces sources, un Palestinien est tombé en martyr samedi sous les balles des soldats sionistes alors qu’il se cachait dans un cimetière de la ville d’El Khalil en Cisjordanie occupée, portant à 435 le nombre de martyrs palestiniens tombés depuis le 7 octobre 2023, date du début de l’agression sioniste contre la bande de Ghaza. L’agression sioniste sauvage contre Ghaza a fait, depuis son lancement, au moins 31 553 martyrs et 73 546 blessés, selon un bilan donné samedi par le ministère palestinien de la Santé.

Les forces sionistes arrêtent 65 travailleurs palestiniens à Jaffa

Le secrétaire général de la Fédération générale des syndicats palestiniens, Shaher Saad, a déclaré que les forces sionistes ont arrêté 65 travailleurs palestiniens, lors d’une violente campagne dans le centre-ville de Jaffa. M. Saad a indiqué, dans un communiqué publié samedi, que les forces sionistes ont arrêté 65 travailleurs palestiniens, lors d’une violente campagne de raid dans le centre de la ville de Jaffa, ajoutant que 36 d’entre eux ont été transférés pour enquête. Il a appelé les fédérations et syndicats internationaux ainsi que l’Organisation internationale du travail à faire pression sur les gouvernements pour qu’ils mettent fin à l’agression contre le peuple palestinien, et de fournir la protection nécessaire aux travailleurs palestiniens dans leurs lieux de travail dans les territoires occupés.

Cisjordanie occupée : plus de 7605 Palestiniens arrêtés par l’occupant sioniste depuis le 7 octobre dernier

La Commission des affaires des prisonniers et ex-prisonniers et le Club du prisonnier palestinien ont annoncé samedi que le bilan des Palestiniens arrêtés par les forces d’occupation, depuis le début des agressions sionistes contre Ghaza, s’est élevé à plus de 7600 détenus, après l’arrestation de 20 Palestiniens en Cisjordanie occupée durant les dernières 24 heures. Dans un communiqué de presse, ces mêmes sources ont expliqué que «le nombre total des arrestations après le 7 octobre 2023 s’est élevé à environ 7605», ajoutant que ce chiffre inclut ceux dont la détention a été maintenue et ceux qui ont été libérés après leur interpellation. Selon le communiqué, l’armée d’occupation sioniste a arrêté «depuis la  matinée de vendredi et la matinée de samedi) au moins 20 citoyens en Cisjordanie occupée, dont des anciens prisonniers». Selon la Commission et le Club, les arrestations sont réparties entre les gouvernorats de Tulkarem, El Khalil, Tobas, Beït Lahm, Naplouse, Jénine et Al Qods. Dans ce même contexte, les organisations palestiniennes ont dénoncé «des abus, des passages à tabac et des menaces à l’encontre des détenus et leurs familles, ainsi que des actes de saccage perpétrés dans les maisons de Palestiniens et la confiscation d’argent et de véhicules». Depuis le 7 octobre 2023, l’entité sioniste mène une agression génocidaire contre la bande de Ghaza, faisant des dizaines de milliers de martyrs, de blessés et de disparus, dont la plupart sont des femmes et des enfants, selon des données officielles palestiniennes.

Ghaza : un député français appelle au boycott des entreprises soutenant l’entité sioniste

Le député français du parti «La France insoumise», Thomas Portes, a appelé, dimanche, au boycott des entreprises qui soutiennent l’entité sioniste dans son agression génocidaire contre la bande de Ghaza, en cours depuis plus de cinq mois. «Boycottez l’apartheid» de l’entité sioniste. «Le déplacement forcé des Palestiniens doit prendre fin», «Le retour est le droit des Palestiniens», a écrit, entres autres, le député sur son compte X (anciennement Twitter). L’appel au boycott des produits en provenance de l’entité sioniste en France est, pour rappel, désormais légal. La Cour d’appel de Paris a émis le 14 mars un arrêt autorisant l’appel au boycott des produits. La Cour européenne des Droits de l’Homme (CEDH) avait statué depuis le 11 juin 2020 de manière très claire sur le droit d’appeler au boycott, soulignant que «l’appel au boycott de produits issus d’un Etat relève de l’expression politique, protégée par l’article 10 de la Convention européenne des Droits de l’Homme, et ne peut pas, en lui-même, être qualifié comme un appel à la discrimination.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici