Coup d’envoi officiel de l’année universitaire 2022-2023: Enjeux et perspectives pour l’université algérienne

0
90

Un million sept cents mille (1 700 000) étudiants et étudiantes, accueillis dans les différents établissements universitaires du pays, dont 333 000 nouveaux inscrits, parmi les nouveaux bacheliers.

Déclare le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Kamel Baddari, qui a donné, hier, le coup d’envoi officiel de l’année universitaire 2022/2023, à partir de l’Université Mustapha-Stambouli, à Mascara. Accompagné des autorités locales et de représentants de la communauté universitaire, M. Baddari a ainsi donné à partir de Mascara le coup d’envoi de la nouvelle année universitaire qui compte cette année  pas moins de 1 700 000 étudiants et étudiantes, accueillis dans les différents établissements universitaires du pays, dont 333 000 nouveaux inscrits, parmi les nouveaux bacheliers. Sur le plan des infrastructures, le secteur de l’Enseignement supérieur a été renforcé pour cette rentrée universitaire par la réception de 45 000 nouvelles places pédagogiques à travers le pays, en plus de 20 000 lits réceptionnés dans plusieurs résidences universitaires dans plusieurs wilayas. Le secteur a également bénéficié de l’ouverture de 2100 nouveaux postes d’enseignants afin de renforcer l’encadrement pédagogique des établissements d’Enseignement supérieur, ce qui a permis d’atteindre 65 000 enseignants de différents grades dont 47% ayant le grade de professeurs. L’Université Mustapha-Stambouli de Mascara accueillera, cette année un effectif de 22 500 étudiants dans les premier et deuxième cycles ainsi que 800 autres en doctorat en plus de 5922 nouveaux bacheliers, le tout réparti sur sept facultés. Pour cette nouvelle saison, l’Université a lancé deux spécialités, celles d’ingéniorat en informatique et d’ingéniorat en sciences et technologies. Au cours de sa visite à Mascara, le ministre a inauguré un centre de recherche à la Faculté des sciences naturelles et de la vie au quartier de Sidi Saïd, ainsi qu’une résidence universitaire Kettoufi-Mohamed d’une capacité de 2000 lits. M. Baddari s’est également enquis de certains projets de recherche initiés à l’Université de Mascara. Les Universités algériennes ont connu  cette année  l’ouverture de nouvelles spécialités en vue d’une meilleure adaptation  aux besoins des entreprises  nationales et de l’économie algérienne.

Ahsene Saaid

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here