Migrations et réfugiés: L’Algérie traite le phénomène dans «le respect le plus strict» des Droits de l’homme

0
67

La membre de l’Assemblée populaire nationale (APN), Farida Ilimi, a affirmé, lundi en Turquie, que l’Algérie traitait le phénomène des migrations et des réfugiés dans «le respect le plus strict» des Droits de l’homme, insistant à ce propos sur «la nécessaire coordination internationale» pour la gestion de cette crise.

Lors de sa participation à une conférence parlementaire internationale sur les pactes mondiaux sur les migrations et les réfugiés, Mme Ilimi a précisé que «l’Algérie, sous la direction du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, accorde une grande importance aux dimensions humanitaires dans le traitement de ce phénomène qui touche beaucoup les catégories vulnérables comme les enfants, les femmes et les personnes âgées, souvent exposées à diverses formes d’exploitation», ajoutant que «notre pays traite ce phénomène complexe dans le respect le plus strict des droits et de la dignité de l’homme». Après avoir rappelé l’adhésion de l’Algérie à la plupart des chartes et conventions internationales sur les Droits de l’homme, la députée a appelé à «l’impératif de remédier aux causes des migrations qui sont souvent dues à l’instabilité politique, aux conflits armés, au terrorisme, à la criminalité organisée et à la pauvreté», indiquant que «la gestion de cette crise complexe exige la conjugaison et la coordination des efforts de la communauté internationale». Dans ce sillage, elle a mis en avant «les efforts consentis par l’Algérie qui ont abouti à la signature de l’accord de paix et de réconciliation au Mali, outre son rôle aux côtés des pays voisins dans l’instauration de la paix en Libye», et son appel à «inclure la question des migrations dans les politiques du développement national et régional, en adéquation avec les objectifs du développement durable 2030». La députée a en outre relevé «la nécessité de trouver des solutions efficaces pour éviter les crises, notamment à travers le soutien au développement et la coordination entre les pays d’origine et d’accueil en ce qui a trait au retour et à  l’admission des migrants dans le cadre d’accords bilatéraux». Au terme de son intervention, Mme Ilimi a mis en garde contre «les discours haineux et toutes formes de discrimination contre les migrants».

Ali Oumniguen

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here