La marche quotidienne: Un remède simple pour maintenir un cerveau en bonne santé et prévenir la maladie d’Alzheimer

0
206

Chaque année, en janvier, des millions de personnes prennent la résolution de perdre du poids ou de mieux manger. Pour atteindre ces objectifs, beaucoup s’engagent dans des programmes intensifs d’exercice, souvent trop exigeants, ce qui conduit à l’épuisement et aux blessures.

Pourtant, il est important de savoir que l’exercice physique modéré et adapté n’est pas seulement bénéfique pour le corps, mais aussi pour le cerveau. De nombreuses études montrent que l’exercice physique est un des principaux facteurs modifiables du mode de vie qui peuvent améliorer la santé du cerveau et réduire le risque de déclin cognitif. Comme pour tous les organes du corps humain, les capacités fonctionnelles du cerveau diminuent progressivement avec l’âge, affectant l’apprentissage, la mémoire et la prise de décision. L’Institut de Cardiologie de Montréal rappelle que cette baisse de performance cérébrale est liée à des changements structuraux, notamment une réduction du volume cérébral et de l’hippocampe ainsi qu’une diminution de l’intégrité de la matière blanche et grise dans les régions impliquées dans les processus cognitifs supérieurs. Cependant, ce déclin n’est pas irréversible. Parmi les nombreux facteurs qui peuvent ralentir la dégradation des fonctions cognitives et prévenir les démences, l’activité physique est le plus étudié et documenté. Une étude récente révèle qu’effectuer seulement 4 000 pas par jour pourrait suffire à maintenir la santé du cerveau et prévenir les démences, y compris la maladie d’Alzheimer. Ainsi, l’exercice n’a pas besoin d’être intense ou prolongé pour avoir des effets positifs sur le cerveau, selon les chercheurs du Pacific Neuroscience Institute Brain Health Center, du Providence Saint John’s Health Center et de l’Université Washington à St. Louis. L’étude, qui a analysé les scintigraphies cérébrales par IRM de 10 125 personnes, montre que celles pratiquant régulièrement une activité physique, telle que la marche ou la course, présentent un volume cérébral plus important dans certaines zones spécifiques, comme le lobe frontal et l’hippocampe. Ces zones sont cruciales pour la prise de décision et la mémoire. De plus, la matière grise, essentielle au traitement de l’information, et la substance blanche, qui connecte différentes régions du cerveau, sont également mieux préservées. Bien que le volume cérébral accru ne garantisse pas automatiquement une amélioration des capacités cognitives, il est souvent considéré comme un bon indicateur. « Nous avons constaté que même des niveaux modérés d’activité physique, comme moins de 4 000 pas par jour, peuvent avoir un effet positif sur la santé du cerveau », explique le psychiatre et neuroscientifique David Merrill. « C’est bien moins que les 10 000 pas souvent suggérés, ce qui en fait un objectif plus réalisable pour beaucoup. » L’étude n’entre pas dans les détails sur les mécanismes précis par lesquels l’exercice stimule le cerveau, mais l’hypothèse principale est qu’il améliore la connectivité neuronale et augmente les taux sanguins de facteurs de croissance favorisant la plasticité cérébrale, notamment dans l’hippocampe. « Nos recherches soutiennent des études antérieures montrant que l’activité physique est bénéfique pour le cerveau. Elle réduit non seulement le risque de démence, mais aide également à maintenir la taille du cerveau, ce qui est crucial en vieillissant », ajoute le radiologue Cyrus Raji. La démence, un terme générique désignant un ensemble de symptômes affectant les fonctions cérébrales, trouve souvent son origine dans la maladie d’Alzheimer, responsable de 60-70% des cas. Une étude de 2020 publiée dans The Lancet a identifié une douzaine de facteurs de risque modifiables, dont l’activité physique, augmentant le risque de maladie d’Alzheimer. Les chercheurs insistent sur l’importance de sensibiliser aux bienfaits de l’exercice, surtout chez les personnes âgées. « Notre étude montre la synergie entre le corps et le cerveau. Une activité physique accrue prédit un cerveau vieillissant en meilleure santé », concluent-ils. L’exercice physique peut aussi indirectement améliorer la mémoire et la réflexion en améliorant l’humeur, le sommeil et en réduisant le stress et l’anxiété. Si les recherches se concentrent principalement sur la marche, il est recommandé de pratiquer cette activité à raison de 150 minutes par semaine, en commençant par quelques minutes par jour et en augmentant progressivement la durée. Neila M

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici