Le cerveau des femmes et des hommes fonctionne différemment selon une étude

0
100

On a souvent l’impression que les cerveaux des hommes et des femmes ne fonctionnent pas de la même manière. Et cela semble bien être le cas, en effet. Les chercheurs de Stanford Medicine sont parvenus à confirmer cette théorie par le biais d’une intelligence artificielle (IA). Le modèle d’IA qu’ils ont développé, est parvenu à déterminer avec précision le sexe des individus à partir d’analyses cérébrales, avec plus de 90 % de réussite. Ce qui confirme l’existence de différences significatives entre les sexes dans l’organisation du cerveau. Leur découverte a été publiée dans la revue Proceedings of the National Academy le 20 février 2024.

Une IA différencie le cerveau des hommes et des femmes

Pour mettre au point leur intelligence artificielle, les chercheurs ont dans un premier temps développé un outil qui apprend à classer les données d’imagerie cérébrale. Ils lui précisaient à chaque fois s’il s’agissait de scanners cérébraux de patients masculins ou féminins. L’outil a alors commencé à “remarquer” des éléments l’aidant à faire la différence lui-même. «Ce modèle a démontré des performances supérieures à celles des études précédentes, en partie parce qu’il utilisait un réseau neuronal profond qui analyse les IRM dynamiques. Cette approche capture l’interaction complexe entre les différentes régions du cerveau», indique le communiqué. L’équipe lui a soumis environ 1.500 scanners cérébraux provenant d’établissements situés aux États-Unis et en Europe. L’IA a identifié le sexe du participant avec exactitude dans plus de 9 cas sur 10. «Le succès du modèle suggère que des différences sexuelles détectables existent dans le cerveau, mais qu’elles n’ont tout simplement pas été détectées de manière fiable auparavant», expliquent les auteurs. «L’une des principales motivations de cette étude est que le sexe joue un rôle crucial dans le développement du cerveau humain, dans le vieillissement et dans la manifestation de troubles psychiatriques et neurologiques», précise le Dr Vinod Menon, professeur de psychiatrie et de sciences du comportement. «L’identification de différences sexuelles cohérentes et reproductibles dans le cerveau adulte en bonne santé est une étape cruciale vers une compréhension plus approfondie des vulnérabilités spécifiques au sexe dans les troubles psychiatriques et neurologiques.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici