Face à la transition énergétique mondiale, la stratégie de l’Algérie dans le développement des énergies renouvelables: Efficacité énergétique,  énergie solaire, hydrogène vert, bleu et blanc

0
284

 Gouverner c’est prévoir d’où l’importance pour l’ensemble des pays de se préparer à ces nouvelles mutations, le développement des énergies renouvelables contribuant à la transition énergétique.

L’Algérie entend rattraper le retard  en investissant, certes toujours dans les énergies traditionnelles , rattraper  son retard  en investissant   dans les énergies renouvelables composées  notamment du solaire et de l’hydrogène , tout en n’oubliant pas  un des plus grands réservoir, source de gaspillage et de pollution  l’efficacité énergétique. C’est dans ce cadre que le 24 mars 2024 , le  groupe Sonelgaz a signé, des contrats avec les sociétés nationales et étrangères pour la production de 3.000 mégawatts d’énergie solaire photovoltaïque pour la réalisation d’un premier projet d’une capacité de 2.000 mégawatts sur  les 22.000 prévus horizon 2030/2035,  consistant en la réalisation de 15 centrales solaires photovoltaïques réparties sur 12 wilayas

1.- D’ici 2030/2035, les investissements prévus dans le cadre de la transition énergétique USA/Europe/Chine, Inde devraient dépasser les 4000 milliards de dollars/an où les grosses compagnies devraient réorienter leurs investissements pour le développement des énergies renouvelables, les industries écologiques et l’efficacité énergétique. Plus globalement, le plan climat des grandes puissances  prévoit d’investir dans les segments  intelligents  au niveau des bâtiments( nouveaux logements plus durables et éco-énergétiques,) des  infrastructures d’eau, de transport à travers  une réorganisation de l’industrie automobile, les voitures hybrides et électriques, supposant l’installation de de dizaines de millions au niveau mondial de bornes de recharge publiques sur le territoire, durant une période  transitoire certains pays  instaurant   une prime à la conversion. Pour l’Europe par exemple, la Commission européenne a fixé, avec le règlement d’exécution 2020/1294 du 15 septembre 2020, les règles du nouveau mécanisme de financement des énergies renouvelables. Chaque État membre doit contribuer à l’objectif européen de 32% d’énergies renouvelables en 2030.. Une trajectoire indicative a été  fixée pour chacun d’entre eux, pour la période 2021-2030, avec des points de référence à atteindre entre 2025 et 2027, devant mobiliser au moins 1000 milliards d’euros d’investissements durables dans les dix années à venir avec des incitations pour attirer les financements privés, grâce notamment au rôle essentiel que jouera la Banque européenne d’investissement. La Chine et l’Inde ont un fort engagement pour la transition énergétique. Par exemple, selon le rapport de Global Wind Energy Council , la Chine et l’Inde font partie des cinq pays regroupant 73% de l’ensemble des capacités éoliennes mondiales installées. En termes d’énergie solaire, le soutien des gouvernements indien et chinois stimule la compétitivité de leurs filières solaires, faisant d’eux les premiers acteurs au niveau mondial. La Chine pour tenter de réduire la pollution atmosphérique due à cet usage incontrôlé du charbon, investit massivement dans les énergies renouvelables:  elle  prévoit d’investir d’ici 2030, environ 375/400/ milliards de dollars Quant à l’Inde, elle s’est engagée à fortement développer les énergies renouvelables, en disposant en particulier de 100 GW de capacités solaires et de 60 GW éoliens d’ici à fin 2022 contre 16,6 GW solaires et 32,7 GW éoliens à fin novembre 2017), devant mobiliser pour cette période près de 190 milliards de dollars selon les estimations de la Climate Policy Initiative (CPI). Les USA/Europe qui représentent actuellement plus de 40% du PIB mondial pour une population inférieure à un milliard d’habitants poussent à l’efficacité énergétique et à la transition énergétique afin de lutter contre le réchauffement climatique. Car si les Chinois, les Indiens et les Africains avaient le même modèle de consommation énergétique que les USA et l’Europe, il faudrait cinq fois la planète actuelle. Je rappelle que selon le rapport de l’ONU une sécheresse sans précédent frappera l’Afrique du Nord et l’Afrique sub saharienne entre horizon 2025/2030 .-En décidant un investissement massif dans le cadre de l’efficacité énergétique, les énergies alternatives aux fossiles classiques dont les énergies renouvelables,  USA, l’Europe, /Chine/Inde  locomotive de l’économie mondiale (70% du PIB mondial)  ont les moyens de leurs politiques. Le monde devrait connaître horizon 2030 un profond bouleversement de la carte énergétique et donc du pouvoir économique mondial, l’énergie étant au cour de la sécurité des nations (interviews- Pr A. Mebtoul AfricaPresse Paris, American Herald Tribune et Financial Afrik  2018//2023 – le professeur Abderrahmane Mebtoul a présidé avec les meilleurs experts des deux rives de la Méditerranée praticiens, experts et opérateurs, représentant l’Algérie, courant 2019/2020, la commission de la transition énergétique, des 5+5+ Allemagne où les axes de la transition énergétique ont été définis). Afin de rattraper son retard, l’Algérie entend  investir , en privilégiant un partenariat gagnant -gagnant,  certes toujours  dans les énergies fossiles traditionnelles mais décarbonées dont le biogaz qui contribue à la transition énergétique,   autour de trois axes directeurs  Le premier axe directeur pour l’Algérie  est l’amélioration de l’efficacité énergétique avec la révision des méthodes de construction, car les anciennes normes induisent une forte consommation d’énergie, alors que les techniques modernes économisent de 40 à 50% de la consommation (étude réalisée sous notre direction assisté par le bureau d ‘études américain Ernst & Young 2008, une nouvelle politique de subventions des carburants Ministère de ’l’énergie 2008, 7 volumes 680 pages) . Une nouvelle politique des prix s’impose renvoyant à une nouvelle politique des subventions ciblées , les subventions généralisées, injustes, occasionnant un gaspillage des ressources. Le  deuxième  axe est lié au développement des énergies renouvelables devant combiner le thermique et le photovoltaïque, le coût de production mondial ayant diminué de plus de 50% et il le sera plus à l’avenir. Avec plus de 3 000 heures d’ensoleillement par an, l’Algérie a tout ce qu’il faut pour développer l’utilisation de l’énergie solaire. Mais le soleil tout seul ne suffit pas. Il faut la technologie et les équipements pour transformer ce don du ciel en énergie électrique .Le programme algérien consiste à installer une puissance d’origine renouvelable de près de 22000 MW, dont 12 000 MW seront dédiés à couvrir la demande nationale de l’électricité et 10 000 MW à l’exportation, d’ici 2030, l’objectif étant de produire 40% des besoins internes en électricité à partir des énergies renouvelables alors qu’en 2021, cela représente seulement 1% donc cela nécessite d’importants financements et faire face à la forte consommation intérieure qui selon les données du gouvernement   représente en 2023 45% de la production et pourrait aller vers 80%  horizon 2030. Le  troisième  axe est le  développement de  l’hydrogène vert ,  bleu et l’hydrogène blanc souvent oublié  le Ministère de l’Energie, prévoyant  d’investir 20 à 25 milliards de dollars à l’horizon 2040 : ce programme serait   divisée en trois grands phases : le démarrage via des projets pilotes (2023 à 2030), l’expansion et la création de marchés (2030 à 2040) et l’industrialisation et la compétitivité du marché (2040 à 2050). À horizon 2040, l’Algérie prévoit de produire et d’exporter 30 à 40 TWh d’hydrogène gazeux et liquide, avec un mix à la fois composé d’hydrogène bleu, produit à partir de gaz, et d’hydrogène vert fabriqué par électrolyse grâce aux importantes ressources solaires du pays, avec pour objectif de fournir à l’Europe 10 % de ses besoins en hydrogène vert, d’ici à 2040. Il ne faudrait pas oublier également le développement de l’hydrogène blanc qui  ne résulte pas d’un procédé « humain » comme l’électrolyse où une transformation issue du gaz, sa  formation est dite « naturelle » et peut résulter de différents mécanismes : Une réaction d’oxydoréduction qui altère des métaux qui contiennent du fer au niveau hydrothermal et entraine la production d’hydrogène ; une eau à forte teneur en éléments tels que du plutonium ou de l’uranium subit une radiolyse et un rayonnement ionisant peut alors causer la rupture des molécules d’eau (H2O), scission qui peut provoquer à son tour la libération d’hydrogène naturel. ‘hydrogène blanc présente deux avantages de taille par rapport aux autres types d’hydrogène : contrairement à certaines méthodes de fabrication telles que le vapore formage, sa production ne s’accompagne d’aucune émission de dioxyde de carbone, car il est généré naturellement par la Terre.

En conclusion, la    structuration du Mix  énergétique mondiale  au 01 janvier 2023 est composée du pétrole 32% , du gaz naturel 24%, du charbon 27% ,du nucléaire 3% , du renouvelable Y compris l’énergie hydraulique 14%.Cette structure  est appelée à évoluer entre 2030/2040/2050   avec une croissance du gaz qui représenterait plus de 30%, le pétrole 25% , le  nucléaire 10% ,  l’hydraulique et, les énergies renouvelables dans toute leur composante y compris l’hydrogène vert et bleu 35%  et  entre 2035/2040/2050 environ  60 à 65% de la consommation mondiale d’énergie  sera constituée de la  combinaison du gaz naturel,  des énergies renouvelables  l’Énergie hydraulique., l’’Énergie éolienne, l’Énergie solaire, la Biomasse ,  la Géothermie,  le développement de  l’hydrogène vert  bleu et blanc .Aussi, les  changements économiques survenus depuis quelques années dans le monde ainsi que ceux qui sont appelés à se produire dans un proche avenir, doivent nécessairement trouver leur traduction dans des changements d’ordre systémique destinés à les prendre en charge et à organiser leur insertion dans un ordre social qui est lui-même en devenir, une stratégie axée sur la bonne gouvernance, la valorisation du savoir avec l’objectif horizon 2030/2040, la transition numérique et énergétique .

A.M

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici