El Oued: Nécessaire concrétisation des accords de jumelage pour le développement des régions frontalières Algéro-tunisiennes

0
91

La nécessité de mettre sur terrain les accords de jumelage, mécanisme d’enclenchement du développement des régions frontalières, a été soulignée par les participants à la 22 édition du symposium international « développement des régions frontalières Algéro-tunisiennes, par l’activation des accords de jumelage »,  tenue, dimanche à El-Oued.

Dans son allocution d’ouverture de cette rencontre, le Dr. Derradji Mekki, doyen de la faculté de droits et sciences humaines à l’université « Chahid Hamma Lakhdar » d’El-Oued, a affirmé que « le développement des régions frontalières algéro-tunisiennes est résolument imposé par les mutations régionales et internationales conjoncturelles », soutenant que « la logique des alliances et blocs dans le glossaire politique est considérée comme une alternative stratégique à une position positive au sein de cette carte internationale ».Selon l’intervenant, la tenue de cette rencontre scientifique à dimension internationale s’imbrique au titre des objectifs de l’institution universitaire de « s’aligner à la feuille de route tracée par les pouvoirs publics tendant à tisser des relations de coopération et de partenariat avec les pays maghrébins voisins, la Tunisie et la Libye notamment ».Pour sa part, le secrétaire général du Conseil consultatif de l’Union du Maghreb arabe (UMA), M. Said Mokadem, a, dans sa communication intitulée « Promotion et développement des régions frontalières Algéro-tunisiennes, modèle », souligné que « la dimension historique et le destin commun dans le contexte des alliances et blocs internationaux, recommande de pencher sur l’établissement de rapports de coopération et de partenariat entre les trois pays, Tunisie, Libye et Algérie, susceptibles de promouvoir la dynamique économique commune, notamment au volet de la création des zones de libre échange des marchandises, de compétences et d’expériences dans les domaines de l’agriculture, l’industrie et la culture ».Se félicitant des projets de coopération et de partenariat entre les deux pays, Tunisie et Algérie, le représentant de la délégation tunisienne, le Dr. Nadji Bekkouche, expert en droit constitutionnel et président du centre des études fiscales, a affirmé que « ces rencontres scientifiques spécialisées sont appelées à faire un socle et élan au développement effectif bilatéral entre les deux pays frères à la faveur de la promotion du développement local et des échanges commerciaux ».Co-initiée par les facultés, de droit et sciences politiques, et sciences sociales et humaines, en coordination de laboratoires universitaires, cette rencontre de deux jours a été mise à profit par les participants, experts, juristes et économistes, pour soulever une série de questions allant dans le sens de la dynamisation et la concrétisation clauses prévues aux accords et projets de jumelage entre les deux pays, afférents à divers domaines, dont les échanges commerciaux des marchandises, des équipements et matériels, de l’agriculture, de l’industrie, de la culture, de l’enseignement supérieur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici