Des craintes sur la mutation du virus de la grippe aviaire chez les Hommes

0
169

Une nouvelle crainte se dessine après le Covid-19, celle d’une possible mutation du virus de la grippe aviaire qui finirait par se transmettre d’humain à humain et non plus seulement d’animal à humain.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a fait part de son « énorme inquiétude » jeudi face à la propagation croissante de la souche H5N1 de la grippe aviaire à de nouvelles espèces, y compris les humains. En effet, selon les chiffres, le taux de létalité du virus sur l’homme depuis 2003 et à 52%. Le traumatisme de la pandémie de Covid-19 a laissé des traces. A tel point que les autorités sanitaires sont sur le qui-vive face à une potentielle nouvelle catastrophe. La propagation de la souche H5N1 de la grippe aviaire à d’autres espèces est surveillée de très près. Une crainte se dessine, celle que le virus de la grippe aviaire mute et finisse par se transmettre d’humain à humain et non plus seulement d’animal à humain. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) parle d' »une énorme inquiétude » car depuis 2003, 889 cas humains de grippe aviaire ont été recensés dans 23 pays. Avec au total, 463 décès, portant le taux de létalité à 52%. “Ces alertes de létalité élevée, elles affolent parce que le chiffre d’une personne sur deux qui meurt de la grippe ce ne sont évidemment pas les chiffres habituels”, indique l’organisation. Aujourd’hui, aucun vaccin humain n’existe contre ce virus. Pour lutter contre la propagation de la grippe aviaire chez les animaux et les hommes, plusieurs outils comme la prévention ou encore l’abattage des bêtes porteuses de la maladie. Mais une crainte persiste, celle de la mutation du virus expliquent les spécialistes. « À partir du moment où il y aurait des cas humains qui se déclencheraient entre les individus, on se retrouverait avec un scénario beaucoup plus catastrophique puisque la transmission créerait ces fameux clusters et obligerait à dépister, à tracer, à isoler… Ce risque est réel et il faut s’y préparer”, pointent-t-ils.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici