Santé cérébrale: Ce type de produit augmenterait le risque de maladies neurologiques

0
94
partial view of shopper putting detergent into shopping basket in supermarket

Des chercheurs américains estiment que l’exposition répétée à deux substances chimiques présentes dans des produits du quotidien augmenterait le risque de maladies neurologiques.

Ce sont des produits que l’on utilise couramment pour garder une maison propre : les produits ménagers. Ils ont largement été utilisés dans la lutte contre la pandémie de Covid-19. Mais des chercheurs américains s’inquiètent de leurs potentiels impacts sur la santé cérébrale. En effet, selon les spécialistes de la faculté de médecine de l’université Case Western Reserve, aux États-Unis, la présence des produits chimiques présents dans de nombreux produits ménagers, de soins, mais aussi d’objets du quotidien, pourrait être liée à des maladies neurologiques telles que la sclérose en plaques et les troubles du spectre autistique. Leurs résultats sont publiés dans la revue Nature Neuroscience. En préambule de leurs recherches, les spécialistes notent que les problèmes neurologiques touchent des millions de personnes à travers le monde, “mais seule une fraction des cas peut être attribuée à la seule génétique, ce qui indique que des facteurs environnementaux inconnus contribuent largement aux maladies neurologiques”, indiquent-ils. Les chercheurs se sont plus particulièrement intéressés aux produits chimiques présents au quotidien pouvant impacter les oligodendrocytes du cerveau. Il s’agit d’un “type de cellule spécialisé qui génère l’isolation protectrice autour des cellules nerveuses” dont la destruction est à l’origine de maladies neurologiques. Parmi les 1800 produits chimiques analysés, les chercheurs se sont concentrés sur ceux étant susceptibles d’impacter négativement les oligodendrocytes du cerveau. Deux catégories de produits ont retenu l’attention des chercheurs : les retardateurs de flamme organophosphorés, que l’on retrouve dans les meubles par exemple, et les composés d’ammonium quaternaire, présents dans de nombreux produits de soins personnels et désinfectants. Mais quelles seraient les conséquences de ces produits chimiques sur les oligodendrocytes du cerveau ? Pour le découvrir, les auteurs de l’étude ont exposé des souris aux retardateurs de flamme organophosphorés et aux composés d’ammonium quaternaire. “Nous avons découvert que les oligodendrocytes, mais pas les autres cellules cérébrales, sont étonnamment vulnérables aux composés d’ammonium quaternaire et aux retardateurs de flamme organophosphorés”, souligne dans un communiqué Erin Cohn, auteur principal de l’étude. Plus précisément, l’exposition aux produits chimiques, entraînait la mort ou des retards de développement des oligodendrocytes chez les souris.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici