Palestine: Livraison d’aide meurtrière à Ghaza et attaque contre des journalistes au 177e jour d’agression sioniste

0
83

L’entité sioniste a délibérément bombardé les tentes abritant des journalistes sur la cour de l’hôpital des Martyrs d’Al Aqsa à Deir al Balah et tiré, encore une fois, sur des Palestiniens qui attendaient l’arrivée de l’aide humanitaire, faisant des martyrs et blessés, dimanche au 177e jour de son agression génocidaire contre Ghaza.

Les attaques sionistes se poursuivent dans le territoire palestinien assiégé et dévasté, notamment autour de plusieurs hôpitaux. Au moins 75 personnes sont tombées en martyrs dans la nuit dans de nouveaux bombardements et attaques terrestres, pour la plupart des femmes et des enfants, selon le ministère palestinien de la Santé à Ghaza. Dans un communiqué, le bureau des médias à Ghaza a déclaré que l’entité sioniste avait commis «un nouveau massacre en bombardant les tentes abritant des journalistes et des personnes déplacées à l’hôpital des Martyrs d’Al Aqsa». «Nous tenons l’occupation et la communauté internationale entièrement responsables de ce crime», ajoute le communiqué. Le bureau des médias a également déclaré que plus de 400 personnes, dont du personnel médical, des patients et des personnes déplacées, étaient tombées en martyrs lors du siège de 13 jours du complexe médical Al Chifa dans la ville de Ghaza. Il a ajouté que les forces sionistes détenaient 107 personnes, dont 30 patients et 61 agents de santé, dans des conditions «inhumaines» à l’hôpital. A Khan Younès, au sud de Ghaza, au moins 13 Palestiniens sont tombés en martyrs, dimanche matin, dans une série de frappes aériennes et d’artillerie sionistes, a rapporté l’agence de presse palestinienne (WAFA). Onze personnes sont tombées en martyrs et des dizaines blessées lorsque les forces sionistes ont pris pour cible des civils à BaniSuheila, à l’est de Khan Younès. Dans la région d’Al Masawi, à l’ouest de Khan Younès, une femme et sa fille sont tombées en martyrs dans un bombardement d’artillerie, selon WAFA. Les frappes aériennes sionistes ont également visé une tour résidentielle dans le quartier d’Al Asra, dans la ville de Ghaza. Ces attaques incessantes et le siège sioniste ont aggravé la crise humanitaire et l’acheminement de l’aide à l’intérieur de Ghaza. Le Croissant-Rouge palestinien a déclaré que cinq personnes sont tombées en martyrs et des dizaines d’autres blessées par des tirs, lors d’une rare distribution d’aide dans le nord de Ghaza. Les livraisons d’aide deviennent de plus en plus difficiles à mesure que les besoins des habitants de Ghaza augmentent. Les Nations unies et leurs partenaires ont averti que «la famine pourrait survenir dès ce mois-ci dans le nord de Ghaza (largement isolé)». Les responsables humanitaires affirment que «les livraisons par voie maritime et aérienne ne suffisent pas» et que l’entité sioniste doit autoriser beaucoup plus d’aide par route. Jeudi, la Cour internationale de justice, plus haute juridiction de l’ONU, a ordonné à l’entité sioniste d’ouvrir davantage de points de passage terrestres et de prendre d’autres mesures «nécessaires et efficaces» pour faire face à la crise humanitaire dans l’enclave palestinienne. Entre-temps, certains pays étrangers ont intensifié les largages aériens d’aide, mais plusieurs personnes ont été tuées par la chute de caisses ou se sont noyées en tentant de récupérer des colis en mer.

Ghaza : 14 Palestiniens tombent en martyrs dans de nouveaux bombardements de l’entité sioniste

Au moins 14 Palestiniens sont tombés en martyrs, dimanche, dans de nouveaux bombardements de l’aviation et de l’artillerie de l’entité sioniste à Ghaza, soumise à une agression continue depuis 177 jours, a rapporté l’agence de presse palestinienne (Wafa). Onze Palestiniens sont tombés en martyrs et des dizaines d’autres ont été blessés lors d’un bombardement de l’occupant sioniste ayant visé un groupe de citoyens à BaniSouhaila, à l’est de Khan Younès, souligne Wafa qui cite des sources médicales. Selon les mêmes sources, une femme et son enfant sont également tombés en martyrs dans un bombardement d’artillerie de l’occupant sioniste qui a pris pour cible une maison à Al-Mawasi, à l’ouest de Khan Younès. Des sources locales ont, en outre, indiqué que de violentes explosions ont secoué des zones situées à l’ouest de la ville de Khan Younès, dans le sud de la bande de Ghaza, tandis que l’aviation sioniste a bombardé une tour résidentielle dans la ville d’Al-Assira, au nord-ouest d’Al-Nuseirat, au centre de l’enclave palestinienne. Au centre de la bande de Ghaza, un homme âgé est tombé en martyr des suites de ses blessures après que les forces d’occupation sionistes ont bombardé sa maison près de WadiGhaza. Par ailleurs, l’artillerie de l’occupation a ciblé des maisons à l’ouest de la ville de Ghaza, et les forces d’occupation sionistes ont également tiré des fumigènes à proximité du rond-point du Koweït, au sud du quartier d’Al-Zaytoun, à l’est de Ghaza. Depuis le 7 octobre 2023, l’armée sioniste mène une agression sauvage contre l’enclave palestinienne qui a entraîné des destructions massives d’infrastructures en plus d’une catastrophe humanitaire sans précédent. Le bilan de l’agression génocidaire sioniste contre la bande de Ghaza s’est alourdi, samedi, à 32 705 martyrs et 75 190 blessés depuis le 7 octobre dernier, a indiqué le ministère palestinien de la Santé. Des milliers de Palestiniens sont portés disparus.

25 Palestiniens arrêtés par les forces d’occupation sionistes en Cisjordanie

Les forces d’occupation sionistes ont arrêté, dans la nuit de samedi à dimanche, 25 Palestiniens, dont six femmes, dans différents gouvernorats relevant de la Cisjordanie occupée, a indiqué l’agence de presse Wafa. La majorité des Palestiniens arrêtés ont été appréhendés dans les gouvernorats d’Al Qods et El Khalil, tandis que le reste des arrestations ont été signalées dans les gouvernorats de Jénine, Tubas, Qalqilya et BeïtLahm, souligne Wafa, qui cite un communiqué commun de la Commission palestinienne des affaires des prisonniers et ex-prisonniers et le Club des prisonniers. L’armée sioniste a procédé, samedi, à l’arrestation de 16 Palestiniens dans les territoires de 1948, alors qu’ils quittaient la Mosquée sainte d’Al Aqsa, ajoute le communiqué. Le nombre total d’arrestations depuis le 7 octobre s’est élevé à environ 7895, souligne la même source, relevant que ce total comprend ceux qui ont été arrêtés à leur domicile, aux postes de contrôle militaires ainsi que ceux qui ont été contraints de se rendre sous la pression et ceux qui ont été retenus en otages. Les forces d’occupation sionistes continuent de procéder à de vastes opérations policières et de commettre des abus, des passages à tabac ainsi que de proférer des menaces contre les détenus et leurs familles, sans compter la destruction des maisons des Palestiniens et le sabotage des infrastructures.

Des dizaines de personnes sont bloquées à l’hôpital al Chifa dans des conditions inhumaines

Des dizaines de patients et de membres du personnel médical sont piégés dans le complexe médical al Chifa à l’ouest de la ville de Ghaza en raison d’une opération militaire de l’occupant sioniste, a annoncé, samedi, l’autorité sanitaire à Ghaza. Dans un communiqué de presse, l’autorité a indiqué que les patients, dont «30 patients en fauteuil roulant et 60 membres du personnel médical», souffrent de «conditions inhumaines, sans eau, sans électricité et sans médicaments». L’armée d’occupation sioniste «a empêché toutes les tentatives d’évacuation de ces patients par l’intermédiaire d’institutions internationales», précise le communiqué, avertissant que «la vie de ces patients est en danger imminent», et appelant «tout le monde à agir de toute urgence pour sauver leur vie». Depuis le 18 mars, l’armée sioniste mène une vaste opération à al Chifa. C’est la deuxième fois que le complexe médical fait l’objet d’un raid depuis le 7 octobre 2023. Le premier raid a commencé le 16 novembre de l’année dernière et a duré environ huit jours, au cours desquels des parties des bâtiments et des cours du complexe ont été détruites.

Le président cubain appelle à la fin du «génocide» à Ghaza

Le président cubain, Miguel Diaz-Canel, a appelé, samedi soir, la communauté internationale à prendre des mesures pour mettre fin au «génocide» à Ghaza. Partageant une photo du drapeau palestinien projeté sur le mémorial José Marti à La Havane, Miguel Diaz-Canel a déclaré : «Cuba exige que le génocide cesse maintenant». «Tant que la terre palestinienne continuera d’être martyrisée, saignée, détruite jusqu’à ses fondations par la haine de l’occupant (sioniste), nous ne nous lasserons pas de dénoncer le crime et d’en appeler à la communauté internationale», a écrit Diaz-Canel sur X. Depuis le 7 octobre 2023, l’entité sioniste mène une agression dévastatrice dans la bande de Ghaza qui a fait des dizaines de milliers de martyrs parmi les civils, pour la plupart des enfants et des femmes, en plus d’une catastrophe humanitaire sans précédent et d’une destruction massive des infrastructures, qui ont conduit l’entité sioniste à comparaitre devant la Cour internationale de justice (CIJ) pour «génocide». L’entité sioniste a également imposé un blocus total sur la bande de Ghaza, laissant sa population, en particulier les habitants du nord de l’enclave palestinienne, au bord de la famine. L’agression génocidaire sioniste a, en outre, provoqué le déplacement interne de 85% de la population de Ghaza, en raison de graves pénuries de nourriture, d’eau potable et de médicaments, tandis que 60% des infrastructures de l’enclave ont été endommagées ou détruites, selon l’ONU.

Belgique : le gouvernement doit rappeler l’ambassadeur auprès de l’entité sioniste

L’ancien ministre belge de la Défense, André Flahaut, a appelé le gouvernement de son pays à rappeler l’ambassadeur auprès de l’entité sioniste qui «bafoue délibérément le droit international» à Ghaza. «J’appelle le gouvernement belge à prendre des mesures d’urgence concernant le non-respect du droit international» par l’entité sioniste, qui, en dépit d’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU exigeant un cessez-le-feu immédiat à Ghaza, «poursuit ses attaques contre l’enclave palestinienne», a-t-il indiqué samedi dans une déclaration aux médias. Il a ajouté que les responsables sionistes «font délibérément fi de la résolution de l’ONU», notant qu’«une prise de position du gouvernement belge serait un acte fort visant à mettre un terme au génocide commis contre le peuple palestinien». André Flahaut, également ancien président de la Chambre des représentants du peuple (juillet 2010-juin 2014) a, en outre, «exhorté le gouvernement d’Alexander De Croo à imposer des sanctions économiques et politiques» à l’encontre de l’entité sioniste, voire «suspendre ses relations avec cette dernière». Personne «n’est au-dessus des lois (…) Nous ne devons être ni complices ni otages des dérives extrémistes» du dénommé Netanyahu et de son administration, a-t-il affirmé. En cours depuis le 7 octobre 2023, l’agression sioniste contre la bande de Ghaza a fait, selon le dernier bilan communiqué par les autorités palestiniennes, 32 782 martyrs et 75 298 blessés. L’agression sioniste a poussé également 85% de la population de Ghaza à se déplacer à l’intérieur du territoire, tandis que 60% des infrastructures de l’enclave ont été endommagées ou détruites.

Etats-Unis : des dizaines de milliers de personnes manifestent contre la poursuite de l’agression sioniste à Ghaza

Des dizaines de milliers de manifestants ont investi la rue, samedi dans plusieurs villes américaines en signe de protestation contre l’agression sioniste en cours contre la bande de Ghaza, a rapporté l’agence de presse Wafa. A New York, plus de 30 000 personnes ont manifesté contre les atrocités perpétrées par les forces d’occupation sionistes contre des civils innocents dans l’enclave palestinienne, souligne Wafa. Des marches massives ont également eu lieu dans plusieurs autres villes américaines dans le cadre de la commémoration de la Journée de la Terre et de la condamnation de l’agression génocidaire sioniste contre le peuple palestinien. Ainsi, des manifestations ont été organisées à Baltimore, dans le Maryland, ainsi qu’à Boston, Los Angeles, Philadelphie, Chicago et Burlington, dans le Vermont. Ces marches ont été organisées en réponse aux appels lancés la semaine dernière pour une participation massive afin de rappeler au monde le sort difficile du peuple palestinien au cours des sept dernières décennies. Les manifestants ont appelé l’administration américaine à mette fin à son soutien financier et militaire à l’entité occupante, l’exhortant à mettre un terme à l’agression sioniste le plus rapidement possible. et se trouvent encore sous les décombres et sur les routes, tandis que les forces de l’occupation sionistes empêchent les ambulances et les équipes de la Protection civile de leur porter secours.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici