Palestine: La solution à deux Etats sera applicable après l’adhésion entière de la Palestine à l’ONU

0
191

Le président palestinien, Mahmoud Abbas, a réitéré l’importance de soutenir l’adhésion de la Palestine aux Nations unies en tant que membre à part entière, affirmant que «ce statut permettra davantage la mise en œuvre de la solution à deux Etats, consacrée par les résolutions onusiennes».

Au cours d’un entretien, lundi soir, avec le ministre français des Affaires étrangères, Stéphane Ségournet, à Ramallah, le président palestinien a appelé également son interlocuteur à «œuvrer dans le sens d’organiser une Conférence internationale de paix, pour mettre en place un plan de paix global avec des garanties internationales et un calendrier précis». Le président de l’Etat de Palestine a, en outre, «réitéré le rejet catégorique des autorités palestiniennes du déplacement de tout palestinien, que ce soit dans la bande de Ghaza, en Cisjordanie ou à Al Qods-Est», affirmant que «Ghaza fait partie intégrante de l’Etat palestinien et qu’il n’est pas possible d’accepter ou s’occuper des plans des autorités d’occupation visant à séparer la bande de Ghaza de la terre palestinienne». Mahmoud Abbas a, en outre, insisté  sur «l’urgence de contraindre l’entité sioniste à mettre un terme à son agression génocidaire contre le peuple palestinien, ainsi qu’aux crimes commis par ses colons». De son côté, le ministre palestinien des Affaires étrangères, Riyadh Al Maliki a saisi l’occasion de son entretien avec homologue français, pour appeler la communauté internationale a «exiger de l’entité sioniste de cesser son agression contre les habitants de Rafah», faisant observer que «les répercussions de cette agression seront catastrophiques». Le chef de la diplomatie palestinienne a appelé également à acheminer davantage d’aides humanitaires au profit des Ghazaouis «en manque de tout». Le bilan de l’agression sioniste contre la bande de Ghaza et la Cisjordanie occupée s’est alourdi, lundi, à 27 478 martyrs et 66 835 blessés, selon le ministère palestinien de la Santé.

Abu Rudeina : «Il est temps de reconnaître l’Etat de Palestine»

Le porte-parole de la présidence palestinienne, Nabil Abu Rudeina, a déclaré, lundi, qu’il était temps de reconnaître l’Etat palestinien, étant «le seul moyen d’atteindre sécurité et stabilité pour tous», a rapporté l’agence de presse Wafa. «Il est nécessaire d’établir un mécanisme clair et de s’engager à prendre des mesures spécifiques et des garanties internationales dans un délai précis pour reconnaître l’Etat palestinien, car les déclarations positives seules ne suffisent plus, et le moment approprié et décisif est venu pour épargner à la région le fléau des guerres sans fin», a déclaré Abu Rudeina, en référence à l’agression sioniste en cours contre la bande de Ghaza (depuis le 7 octobre dernier). Il a poursuivi que la partie américaine «doit forcer» l’entité sioniste à «mettre fin à son agression et à sa guerre contre le peuple palestinien». Le porte-parole de la présidence a souligné aussi que les pays du monde devaient prendre des «mesures pratiques et rapides» pour sortir de la crise actuelle qui ravage le Moyen-Orient et le monde, «à condition que ces mesures soient prises, conformément aux résolutions de la légalité internationale pour mettre fin à l’occupation et établir l’Etat de Palestine avec Al Qods-Est comme capitale sur les frontières de 1967». Dimanche, le président de l’Etat de Palestine, Mahmoud Abbas avait appelé les Nations unies à «intensifier» leurs efforts pour mettre fin à l’agression sioniste contre la bande de Ghaza, au cours d’un message verbal envoyé au secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, par le biais de l’envoyé de l’ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient, Tor Wennesland, selon Wafa. Dans son message, le Président Abbas a souligné, notamment «l’importance de se concentrer sur l’obtention par l’Etat de Palestine d’une adhésion à part entière aux Nations unies par décision du Conseil de sécurité de l’ONU, et de la tenue d’une conférence de paix internationale, pour garantir la fin de l’occupation du territoire palestinien, conformément aux résolutions de la légalité internationale».

Les deux-tiers de Ghaza concernés par des ordres d’évacuation d’Israël

Les ordres d’évacuation d’Israël à Ghaza concernent désormais les deux-tiers du territoire, soit 246 kilomètres carrés, ont indiqué les observateurs humanitaires de l’ONU. Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, poursuit sa tournée au Moyen-Orient et est attendu en fin de journée au Qatar, après un passage par l’Égypte. Suivez notre direct sur la guerre au Proche-Orient. Plus de la moitié des 2,3 millions d’habitants de Ghaza sont désormais entassés dans la ville de Rafah, à la frontière avec l’Égypte, et dans les zones environnantes, a indiqué le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies. Antony Blinken, qui a entamé en Arabie saoudite une cinquième tournée régionale depuis le début de la guerre, fait route vers l’Égypte. Il gagnera en fin de journée le Qatar, avant de se rendre en Israël et en Cisjordanie occupée. Les raids se poursuivent à Ghaza, où le ministère de la Santé du Hamas a fait état d’un total de 107 morts au cours des dernières 24 heures. La même source a annoncé, mardi, un bilan de 27 585 personnes tuées et de 66 978 personnes blessées à Ghaza depuis le 7 octobre dernier. L’armée israélienne a indiqué être engagée dans des «combats rapprochés» à Khan Younès, la grande ville du territoire.​​​

L’entité sioniste continue d’empêcher l’aide humanitaire d’atteindre le nord

Le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, a déclaré que l’entité sioniste continue de faire obstacle à l’arrivée de la plupart de l’aide au nord de la bande de Ghaza. Lors de son point de presse quotidien, Dujarric a souligné, mardi, que seules 10 opérations humanitaires ont atteint le nord de Ghaza sur 61 opérations en janvier. La majeure partie de l’aide arrivée dans le Nord de Ghaza, selon Dujarric, contient des vivres. Dujarric a souligné que les missions d’aide aux hôpitaux et aux établissements de santé sont souvent empêchées, signalant que ces «missions transportent de l’eau et des produits d’hygiène». Selon des médias, les habitants du nord de Ghaza meurent de faim et tentent de nourrir leurs enfants en utilisant le reste de fourrage animal dont ils disposent. Depuis le 22 janvier, l’armée sioniste a lancé une série d’intenses bombardements aériens et d’artillerie sur Khan Younès et à proximité des hôpitaux qui s’y trouvent, menant également des incursions dans les zones sud et ouest de la ville, poussant des milliers de Palestiniens à fuir. Le nombre de Palestiniens tombés en martyrs, blessés ou disparus en raison des agressions sionistes qui se poursuivent depuis le 7 octobre, correspondait à environ 5% de la population de Ghaza, soit quelque 100 000 personnes, selon les Nations unies.

L’agression sioniste fait 4895 martyrs parmi les étudiants

Le ministère de l’Education palestinien a déclaré, mardi, que 4895 étudiants sont morts en martyrs et 8514 autres ont été blessés depuis le début des agressions génocidaires sionistes, le 7 octobre dernier, contre la bande de Ghaza. Le ministère a affirmé, dans un communiqué, que les agressions de l’entité sioniste contre Ghaza ont coûté la vie à «plus de 4851 étudiants palestiniens et fait 8227 blessés, tandis qu’en Cisjordanie occupée, 44 étudiants sont morts en martyrs et 283 autres ont été blessés, en plus de 89 personnes arrêtées». Le département a ajouté que 239 membres du corps enseignant ont été tués et 836 autres blessés dans la bande de Ghaza. En outre, le ministère a souligné que 620 000 élèves sont toujours privés d’inscription dans leurs écoles depuis le 7 octobre. Aussi, selon la même source, 286 écoles publiques et 65 autres centres éducatifs affiliés à l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés (UNRWA) ont été bombardés et vandalisés dans la bande de Ghaza. Le ministère de l’Education a affirmé également que les attaques sionistes à Ghaza, ont touché 90% des établissements scolaires publics, soumis à des dommages directs et indirects, en plus de 29% des bâtiments scolaires qui sont devenus inexploitables, car complètement démolis ou gravement endommagés et les 133 écoles publiques utilisées comme centres d’hébergement.

1236 Palestiniens arrêtés par l’armée sioniste en janvier

Les institutions des affaires des prisonniers et ex-prisonniers palestiniens ont fait savoir, mardi, que les forces d’occupation sionistes avaient arrêté 1236 Palestiniens, dont 30 femmes et 73 enfants, en janvier dernier, dans différentes régions de la Cisjordanie occupée. Dans un communiqué repris par l’agence de presse Wafa, la Commission des affaires des prisonniers et ex-prisonniers, le Club du prisonnier et les institutions d’Addameer pour le prisonnier, ont précisé que parmi les Palestiniens arrêtés, 309 l’ont été dans la ville d’Al Qods, 220 à El Khalil et 150 dans la ville de Tulkarem. Les mêmes sources ont affirmé, dans le même sillage, que le nombre de personnes arrêtées en Cisjordanie occupée depuis le 7 octobre dernier s’élevait désormais à 6870, dont plus de 200 femmes et 400 enfants.

Le chef de l’ONU nomme un comité indépendant pour évaluer l’Unrwa

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a annoncé, lundi, la création d’un comité indépendant chargé d’évaluer la «neutralité» de l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) et son fonctionnement. Ce groupe d’évaluation sera mené par l’ancienne ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna, en collaboration avec trois centres de recherche (Institut Raoul Wallenberg en Suède, Institut Chr. Michelsen en Norvège, et l’Institut danois pour les droits humains), a précisé un communiqué. L’objectif du groupe d’évaluation nommé, lundi, est de «déterminer si l’Agence fait tout ce qui est en son pouvoir pour assurer sa neutralité et répondre aux accusations de graves abus, le cas échéant». Il devra remettre à Antonio Guterres d’ici fin mars un rapport intermédiaire puis d’ici fin avril un rapport final qui devra, notamment, si nécessaire, faire des recommandations pour «améliorer et renforcer» les mécanismes en place.Le secrétaire général «note que ces accusations interviennent à un moment où l’Unrwa, la plus importante organisation de l’ONU dans la région, travaille dans des conditions très difficiles pour aider les deux millions d’habitants de la bande de Ghaza qui dépendent d’elle pour survivre au milieu de l’une des pires et plus complexes crises humanitaires du monde». Cette évaluation indépendante aura lieu en parallèle à une enquête interne de l’ONU lancée en janvier.

Plusieurs martyrs dans des raids de l’aviation sioniste, lundi soir

Plusieurs Palestiniens sont tombés en martyrs et d’autres blessés, lundi soir, dans le centre et le sud de la bande de Ghaza à la suite de plusieurs bombardements de l’occupant sioniste, indique l’agence palestinienne Wafa, selon laquelle il y a eu 13 massacres faisant 113 martyrs et 205 blessés au cours des dernières 24 heures. L’armée d’occupation sioniste a fait exploser une zone résidentielle dans le quartier de Jourat Al-Aqqad et détruit une maison à l’ouest de l’hôpital Nasser à Khan Younès, dans le Sud de la bande de Ghaza, faisant plusieurs martyrs et des blessés, ajoute Wafa. Les environs du carrefour Al-Tayaran, à l’ouest de la ville de Ghaza, ont été soumis à d’intenses bombardements par les chars d’occupation, tandis que des avions de l’entité sioniste ont bombardé la ville résidentielle de Hamad, au nord-ouest de Khan Younès, selon Wafa. Par ailleurs, selon des sources médicales citées par Wafa, quatre Palestiniens sont tombés en martyrs et d’autres ont été blessés dans un bombardement de l’aviation sioniste qui a visé une maison dans le quartier d’Al-Salam, à l’est de Rafah. En outre, deux Palestiniens sont tombés en martyrs et d’autres ont été blessés dans un bombardement ayant ciblé la région de Tal al-Zaatar, dans le Nord de la bande de Ghaza, tandis que les avions de l’occupation sioniste avaient lancé des raids sur les zones orientales du camp de Nuseirat, dans la bande centrale. D’autre part, huit Palestiniens sont tombés en martyrs dans la journée, dans un attentat à la bombe visant une maison dans le quartier d’Al-Zawaida, au centre de la bande de Ghaza. Le bilan de l’agression sioniste contre la bande de Ghaza, qui a pris les contours d’un génocide depuis le 7 octobre dernier, s’est aggravé à 27 478 martyrs et 66 835 blessés et plusieurs milliers de disparus, selon le ministère palestinien de la Santé.

Madrid débloque une aide d’urgence pour l’Unrwa

L’Espagne a annoncé, lundi, le déblocage d’une aide d’urgence de 3,5 millions d’euros pour l’Unrwa, l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens, dont le fonctionnement est menacé par la suspension du financement de nombreux pays. «L’Espagne va débloquer une enveloppe urgente de 3,5 millions d’euros pour que l’Unrwa puisse maintenir ses activités à court terme», a indiqué le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Luis Albares, lors d’une comparution devant une commission parlementaire. «La situation de l’Unrwa est désespérée et il existe un risque important que ses activités humanitaires à Ghaza soient paralysées dans les prochaines semaines», a-t-il ajouté. «Si les financements restent suspendus, nous devrons très probablement cesser nos opérations d’ici fin février, non seulement (dans la bande de) Ghaza, mais aussi dans toute la région», avait averti, jeudi, le chef de l’Unrwa, Philippe Lazzarini. Selon le chef de la diplomatie européenne, l’Espagnol Josep Borrell, les fonds suspendus s’élèvent actuellement à «plus de 440 millions de dollars (409 M EUR), soit près de la moitié des revenus attendus de l’agence en 2024».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici