Palestine: La résolution de l’ONU sur Ghaza doit « s’accompagner de pression politique et d’embargo sur les armes »

0
105

La secrétaire générale d’Amnesty International, Agnès Callamard, a indiqué que la résolution de l’ONU adoptée par le Conseil de sécurité sur Ghaza, devait s’accompagner d’un « changement au niveau de la pression politique », soulignant la nécessité d’imposer un embargo immédiat et complet sur les armes au profit de l’entité sioniste.

« Cette résolution n’a que trop tardé, mais il est essentiel qu’elle soit mise en œuvre immédiatement et qu’elle conduise à un cessez-le-feu durable », a déclaré la SG dans un communiqué publié à l’issue de l’adoption de la résolution exigeant un cessez-le-feu immédiat pendant le mois du Ramadhan.Dans ce sens, Agnès Callamard a estimé que cette résolution devrait « s’accompagner d’un changement au niveau de la pression politique, notamment par le biais d’un embargo immédiat et complet sur les armes, afin de mener à un arrêt permanent des combats et de changer à plus long terme la difficile situation sur le terrain à Ghaza ». »La communauté internationale doit maintenant mettre de côté le jeu politique et faire en sorte que sauver des vies soit la priorité, en veillant à ce que cette résolution ouvre la voie à un cessez-le-feu durable », a-t-elle préconisé.Pour leur part, les Etats-Unis, doivent suspendre les transferts d’armes vers l’entité sioniste et faire en sorte que cette dernière accepte un cessez-le-feu durable et permette un accès sans entraves à l’aide humanitaire à Ghaza, a soutenu la défenseuse des droits humains.Concernant la situation humanitaire à Ghaza, Mme Callamard a alerté que des enfants « meurent déjà de faim et qu’une famine orchestrée par l’occupant est imminente » et « de vastes pans de la bande de Ghaza sont devenus inhabitables en raison de la campagne brutale de bombardements » sionistes.  « Il n’y a pas une minute à perdre. Les autorités (d’occupation sionistes) doivent immédiatement mettre fin à leur campagne brutale de bombardements à Ghaza et faciliter l’acheminement de l’aide humanitaire (…) Tous les Palestiniens et Palestiniennes détenus arbitrairement, y compris les civils de Ghaza, doivent également être libérés », a exhorté Mme Callamard.        Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté lundi une résolution exigeant un « cessez-le-feu immédiat pour le mois du Ramadhan » à Ghaza.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici