Palestine: Abbas discute avec l’émir du Qatar des efforts visant à arrêter la guerre sioniste

0
72

Le président de l’Etat de Palestine, Mahmoud Abbas a discuté lundi à Doha avec l’émir du Qatar, Tamim ben Hamad Al Thani, de l’évolution de la situation en Palestine et des efforts visant à mettre fin à la guerre génocidaire sioniste dans la bande de Ghaza, rapporte l’agence de presse palestinienne (WAFA).

L’agence a ajouté qu’Abbas a discuté lors d’une réunion bilatérale dans la capitale qatarie avec l’émir du Qatar «des derniers développements de la situation dans les territoires palestiniens et des efforts déployés pour mettre fin à l’agression (sioniste) continue contre le peuple palestinien, en particulier dans la bande de Ghaza, qui est soumise à une guerre d’extermination par la machine à tuer sioniste».Abbas a mis en garde contre les graves dangers résultant d’une attaque sioniste contre la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Ghaza, qui abrite plus de 1,5 million de déplacés palestiniens. Il a appelé à l’intervention de la communauté internationale pour obliger l’entité sioniste à arrêter sa guerre et à cesser son attaque contre la ville de Rafah. «L’attaque contre Rafah entraînera une catastrophe humanitaire et d’horribles massacres visant à déplacer le peuple palestinien de sa terre et de sa patrie, dans le cadre d’une répétition de la Nakba de 1948 et 1967», a-t-il déclaré. Et de poursuivre : «Notre peuple palestinien en Cisjordanie occupée, y compris à El Qods-Est, est soumis aux meurtres, au nettoyage ethnique et à la discrimination raciale perpétrés par l’armée d’occupation et les colons terroristes, auxquels il faut mettre fin immédiatement». Abbas est arrivé au Qatar dimanche pour une visite officielle coïncidant avec la poursuite des efforts pour conclure un accord pour mettre fin à la guerre menée par l’armée sioniste dans l’enclave palestinienne assiégée.

Un niveau «sans précédent» de conditions proches de la famine à Ghaza

La population de Ghaza souffre d’un niveau «sans précédent» de conditions proches de la famine en raison de l’agression sioniste contre l’enclave, a indiqué lundi le Programme alimentaire mondial (PAM).Quelque 550.000 personnes se retrouvent face à une insécurité alimentaire catastrophique, alors que toute la population est affectée par la situation, a déploré de son côté l’agence de l’ONU pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), dont le siège est à Rome.»On assiste à des niveaux sans précédent d’insécurité alimentaire aiguë, de faim et de conditions proches de la famine à Ghaza», a déclaré la directrice générale adjointe de la FAO, Beth Bechdol, citée dans un communiqué de la FAO.La totalité des 2,2 millions d’habitants à Ghaza figurent dans les trois niveaux plus élevés d’urgence alimentaire, du niveau 3 d’urgence au niveau 5 de catastrophe. La classification de sécurité alimentaires (IPC) compte en tout 5 niveaux.»A ce stade, environ 25% de ces 2,2 millions figurent dans les niveaux plus élevés de la classification IPC», a souligné Beth Bechdol.Rafah, une ville au sud de Ghaza à la frontière avec l’Egypte, est devenue le dernier refuge pour des civils en fuite. Nombre d’entre eux dorment dehors dans des tentes ou des abris de fortune, en manque d’eau, de nourriture et de services sanitaires. «En ce moment, la priorité absolue est d’assurer que la nourriture, l’eau et les fourniture médicales soient les livraisons prioritaires entrant dans Ghaza», a indiqué Beth Bechdol.Ghaza assurait sa «propre production de fruits et légumes, et disposait d’un secteur solide de production de bétail à petite échelle», mais «selon nos évaluations des dégâts, la plupart de ces élevages mais aussi l’infrastructure nécessaire pour la production agricole ont été virtuellement détruits», a-t-elle déploré.

Agression sioniste à Rafah : Plus de cent martyrs et des dizaines de blessés

Plus d’une centaine de Palestiniens sont tombés en martyrs et des dizaines d’autres ont été blessés lundi lors d’une agression sioniste à Rafah, rapporte l’agence palestinienne Wafa.Des centaines de citoyens Palestiniens sont tombés en martyrs et d’autres blessés, tôt ce lundi matin, dont la plupart des femmes et des enfants, dans le bombardement de plusieurs parties de la ville de Rafah, au 129eme jour de l’agression sioniste contre les Palestiniens.Selon des sources médicales à Rafah, plus de 100 Palestiniens dont des enfants et des femmes, sont tombés en martyrs et des centaines d’autres ont été blessés et transportés aux hôpitaux de Rafah après de violents raids sionistes sur la ville de Rafah, au sud de la bande de Ghaza. Le Croissant-Rouge palestinien a déclaré que la ville de Rafah a été la cible de violents raids sionistes qui ont été concentrés dans le centre-ville, avec des maisons habitées devant le siège de l’association du Croissant.Le directeur de l’hôpital du Koweït, Suhaib Al-Humus, a déclaré : «L’hôpital est rempli de blessés dans une situation très grave et il n’y a pas assez de médicaments et de sérums’’.Des sources locales citées par Wafa ont ajouté que l’aviation sioniste avait lancé une série de raids aériens, estimés à 40, ciblant en particulier de nombreuses maisons et mosquées abritant des personnes déplacées, en plus de tirs d’artillerie intenses sur la ville de Rafah.Des véhicules civils transportant des martyrs et des blessés sont arrivés à l’hôpital koweïtien de Rafah, au milieu du déplacement de centaines de personnes vers l’hôpital pour échapper aux bombardements de la ville, ajoute Wafa.

Les crimes sionistes à Rafah visent à «pousser la population à émigrer»

Le ministère palestinien des Affaires étrangères a dénoncé lundi les crimes commis par l’armée sioniste à Ghaza, dont le plus récent à Rafah, dans le sud de la bande, soulignant qu’ils visent à pousser la population à émigrer sous les bombardements», et ce, malgré les avertissements internationaux concernant un génocide qui pourrait résulter du ciblage de la ville peuplée de personnes déplacées.Le ministère a déclaré dans un communiqué que les crimes sionistes dans la bande de Ghaza, dont les plus récents ont eu lieu à Rafah, sont le résultat de «la persistance» de l’entité sioniste à «cibler des civils et à transférer la guerre à Rafah, la zone densément peuplée de Ghaza, ?pour les pousser à émigrer et à se déplacer sous les bombardements».La diplomatie palestinienne a souligné que «ces massacres et le grand nombre de martyrs et de victimes parmi les civils sont une preuve supplémentaire de la véracité des avertissements internationaux et des craintes quant aux conséquences catastrophiques de l’expansion et de l’approfondissement de la guerre d’occupation à Rafah».Rafah a été témoin d’une nuit sanglante au cours de laquelle des dizaines de personnes sont tombées en martyrs à la suite de violents raids sionistes au mépris évident des avertissements internationaux concernant les conséquences du ciblage de la ville. Depuis 129 jours, l’entité sioniste mène une guerre dévastatrice dans la bande de Ghaza, faisant 28 176 martyrs et 67 784 blessés, pour la plupart des enfants et des femmes, en plus de milliers de disparus sous les décombres, selon les données palestiniennes et onusiennes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici