Palais de la culture « Moufdi Zakaria » à Alger: 21 artistes plasticiennes participent à une exposition collective

0
457

La galerie Baya du palais de la culture a accueilli une collection artistique comprenant plus de 80 tableaux réalisés par 21 artistes plasticiennes participant à cette exposition collective.

Les toiles exposées reflètent la vision de la femme algérienne de la vie ainsi que sa place dans le tissu créatif et social. Présente à cette exposition, l’artiste Bounkab Hafida a exprimé, dans un premier tableau, son amour pour la ville d’Alger en tant que ville méditerranéenne, avec ses lumières uniques qui laissent en elle une impression particulière qu’elle traduit dans ses œuvres au style post-impressionniste, avec un dégradé paisible de couleurs pour dessiner le ciel d’Alger la Blanche. Dans un autre tableau apparaît une belle femme jouant de l’oud, vêtue d’une tenue traditionnelle algérienne authentique et portant «khit er’rouh», un bijou typiquement algérien, sur son front. De son côté, l’artiste Zahia Dahal a exprimé son amour pour les chevaux et l’équitation, ainsi que leur beauté liée au patrimoine algérien, à travers de grandes peintures abstraites où des chevaux colorés ou en noir galopent vers l’horizon. De même, l’artiste Aït Salah Houda a opté pour le style abstrait pour saisir la lumière et comprendre le langage du corps, ainsi que pour interpréter les traits des visages. Très présents étaient les effets de l’art naïf dans l’œuvre de la plasticienne, Selma Bara Hafsa, qui a participé à l’exposition aux côtés de Yousfi Hassina, laquelle a rendu hommage au «Hayek», «Fakhardjiya» et autres symboles du patrimoine algérien, à travers des tableaux peints en acrylique. Les travaux exposés se sont intéressés également aux thèmes liés à la Révolution algérienne, comme la toile de Kaci Nada qui a reproduit une scène cinématographique du film La Bataille d’Alger, montrant une foule d’hommes, de femmes, d’enfants algériens au moment de l’explosion de la cache des martyrs à La Casbah. Dans une palette de couleurs vives, la plasticienne Djahida Houadef a choisi de célébrer la femme, à travers des tableaux dépeignant le quotidien de la femme en ville ou célébrant l’arrivée du printemps. Avec une touche contemporaine, Nourmene Nesrine Toualbi a peint des portraits riches en couleurs, accessoires et costumes africains. La miniature était également au rendez-vous, à travers les tableaux de l’artiste autodidacte, Malika Hanna Djilali, qui a exprimé sa passion pour les détails de l’ancienne architecture en Algérie, les costumes traditionnels et les paysages naturels.

Samia A

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici