ONU: Le Conseil de sécurité discutera aujourd’hui de l’adhésion à part entière de l’Etat de Palestine

0
124

Le Conseil de sécurité de l’ONU discutera, lundi, de la demande de l’Etat de Palestine pour devenir membre à part entière de l’Organisation des Nations unies. La Mission permanente de Malte auprès des Nations unies, en sa qualité de présidente du Conseil de sécurité de l’ONU pendant le mois d’avril, a annoncé que «le Conseil de sécurité tiendra une séance à huis clos le lundi 8 avril, pour discuter de la demande de la Palestine de reprendre l’examen de l’admission du pays en tant que membre permanent des Nations unies».

La session débutera à 10 heures, heure de New York par une consultation à huis clos, suivie d’un débat public, rapportent des médias. L’Etat de Palestine a officiellement relancé début avril la procédure pour devenir Etat membre à part entière. En septembre 2011, le président palestinien, Mahmoud Abbas, avait lancé la procédure demandant «l’adhésion de l’Etat de Palestine à l’ONU». Cette procédure n’est jamais allée à son terme et les Palestiniens ont finalement obtenu, par le vote d’une résolution de l’Assemblée générale en novembre 2012, le statut d’observateur. Selon la Charte des Nations unies, l’admission d’un Etat se fait sur décision de l’Assemblée générale, à une majorité des deux-tiers, mais uniquement après une recommandation positive en ce sens du Conseil de sécurité.

Plusieurs martyrs et blessés dans des raids de l’aviation sioniste contre Rafah et Khan Younès

Plusieurs Palestiniens sont tombés en martyrs, dimanche matin, dans une série de raids aériens de l’aviation sioniste et des tirs d’artillerie, au 184e jour de l’agression sioniste en cours contre la bande de Ghaza, qui s’est concentrée sur les villes de Khan Younès et Rafah, au sud de la Bande. Des citoyens ont également été blessés à proximité d’une maison proche de la Mosquée Al-Istiqama, qui a été bombardée par l’occupation dans le quartier d’Al-Geneina, à l’est de Rafah. Les avions de combat de l’occupation ont mené de nombreux raids sur différentes zones à l’ouest de la ville de Khan Younès, au sud de la Bande de Gaza, samedi soir, et ont ciblé un groupe d’habitants, ce qui a entraîné la mort et des blessures de plusieurs personnes, parallèlement aux bombardements menés par l’artillerie d’occupation sur de vastes zones au sud et à l’ouest de la ville. L’occupant sioniste a poursuivi son agression contre la Bande de Ghaza depuis le 7 octobre dernier, par voie terrestre, maritime et aérienne, qui a entraîné le martyre de 33 137 citoyens, dont une majorité d’enfants et de femmes, et la blessure de plus de 75 815 personnes d’autres, dans un bilan infini.

Un responsable de l’ONU qualifie la situation humanitaire à Ghaza de «catastrophique»

Le coordonnateur humanitaire des Nations unies pour les territoires palestiniens occupés, Jamie McGoldrick, a qualifié les conditions humanitaires à Ghaza de «catastrophiques», alors que six mois se sont écoulés depuis que l’entité sioniste a lancé sa guerre génocidaire contre l’enclave palestinienne. Dans un communiqué publié, dimanche, le responsable de l’ONU a averti que «la moitié de la population de Ghaza est menacée de famine» et que la malnutrition parmi les enfants de Ghaza a atteint «des niveaux sans précédent». «En un mot, la situation est catastrophique», a déclaré McGoldrick. Il a ajouté que la communauté internationale est prête à augmenter son aide à la bande de Ghaza, qui souffre d’une «douleur inimaginable» depuis le 7 octobre 2023, appelant l’entité sioniste à permettre à l’aide humanitaire d’arriver «sans entrave et en toute sécurité». Le 3 avril, le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré que 27 enfants étaient morts dans la bande de Ghaza depuis le 7 octobre, à cause de la malnutrition. L’entité sioniste restreint l’entrée de l’aide par voie terrestre à Ghaza, ce qui a entraîné une pénurie de nourriture, de médicaments et de carburant et créé une famine qui a fait des victimes parmi les enfants dans la Bande, où résident environ 2,3 millions de Palestiniens.

Agressions contre Ghaza : 13 000 enfants tombés en martyrs, selon L’Unicef

Plus de 13 000 enfants palestiniens sont tombés en martyrs suite aux agressions génocidaires menées par les forces d’occupation sionistes contre la Bande de Ghaza depuis octobre dernier, a déclaré, dimanche, la directrice exécutive du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), Catherine Russell. Qualifiant de «choquant», le rythme et l’ampleur de la destruction dans l’enclave palestinienne, Mme Russell a indiqué sur la plateforme «X», que l’agression sioniste contre Ghaza a fait 13 000 enfants martyrs, et d’innombrables blessés. A cet effet, la responsable onusienne a appelé à un cessez-le-feu «dès maintenant», à Ghaza. Déplorant la destruction de maisons, d’écoles et des hôpitaux, Mme Russel a avertis aussi que «la famine à Ghaza est imminente». Depuis le 7 octobre 2023, l’armée sioniste mène une agression sauvage contre l’enclave palestinienne qui a entraîné des destructions massives d’infrastructures en plus d’une catastrophe humanitaire sans précédent.

Trois Palestiniens tombent en martyrs dans un nouveau bombardement de l’entité sioniste

Au moins trois Palestiniens sont tombés en martyrs et d’autres ont été blessés, dimanche, dans un nouveau bombardement de l’entité sioniste contre la bande de Ghaza, a indiqué l’agence de presse Wafa. Les avions de combat de l’entité sioniste ont ciblé un groupe de citoyens dans la ville d’Al-Zahraa au centre de la bande de Ghaza, faisant trois martyrs et des dizaines de blessés, précise Wafa qui cite des sources locales. Le bilan de l’agression sioniste contre la Bande de Ghaza, en cours depuis six mois, s’est alourdi, samedi, à 33 137 martyrs et 75 815 blessés, a fait savoir le ministère palestinien de la Santé. Depuis le 7 octobre 2023, l’armée sioniste mène une agression sauvage contre l’enclave palestinienne qui a entraîné des destructions massives d’infrastructures en plus d’une catastrophe humanitaire sans précédent.

8100 Palestiniens arrêtés par les forces d’occupation sionistes en Cisjordanie occupée

La Commission des affaires des prisonniers et ex-prisonniers et le Club du prisonnier palestinien ont annoncé, dimanche, que le bilan des Palestiniens arrêtés par les forces d’occupation sionistes, depuis le début des agressions sionistes contre la bande de Ghaza, s’est élevé à 8100, après l’arrestation de 15 Palestiniens en Cisjordanie occupée. Dans un communiqué de presse, ces mêmes sources ont précisé que «les forces d’occupation sionistes ont arrêté au moins 15 citoyens de Cisjordanie occupée dans la nuit de samedi à dimanche, portant le nombre total des arrestations après le 7 octobre, à plus de 8100». Les arrestations de 15 Palestiniens, dont un enfant, deux femmes et d’anciens prisonniers, ont été réparties sur les gouvernorats de Ramallah, El Khalil, Al Qods, Jénine et Beït Lahm, selon le communiqué. Le communiqué précise que le nombre d’interpellations inclut «les Palestiniens maintenus en détention par les forces d’occupation sionistes et ceux qui ont été remis en liberté après leur détention». L’entité sioniste mène une agression génocidaire dans la Bande de Ghaza qui a fait des dizaines de milliers de martyrs, pour la plupart des enfants et des femmes, en plus d’une catastrophe humanitaire sans précédent et d’une destruction massive des infrastructures, qui ont conduit l’occupant sioniste à comparaitre devant la Cour internationale de justice pour «génocide».

Griffiths qualifie l’agression sioniste de «trahison de l’humanité»

Le secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence, Martin Griffiths, a demandé, samedi, que «des comptes soient rendus pour cette trahison de l’humanité» représentée, selon lui, par l’agression sioniste contre Ghaza qui se poursuit depuis six mois. Ce haut responsable des Nations unies, qui a annoncé fin mars sa démission pour des raisons de santé, dénonce aussi le fait que, malgré «l’indignation mondiale», «si peu a été fait pour y mettre fin, laissant la place à une si grande impunité». «Pour les habitants de Ghaza, les six derniers mois de guerre n’ont apporté que mort, dévastation et désormais la perspective imminente d’une famine honteuse, crée par l’homme», écrit-il dans un communiqué écrit de Nork, à la veille des six mois de l’agression sioniste. Sur place, rappelle Grittiths samedi, «personne n’est en sécurité, il n’y a nul part où aller pour se protéger». Mais, dit-il, «ces six mois de guerre ne doivent pas seulement être un moment de souvenir et de deuil, cela doit aussi provoquer une réaction collective afin que des comptes soient rendus pour cette trahison de l’humanité». Le bilan de l’agression sioniste contre la bande de Ghaza, en cours depuis le 7 octobre 2023, s’est alourdi, samedi, à 33 137 martyrs et 75 815 blessés, a fait savoir le ministère palestinien de la Santé.

Le nouveau PM irlandais juge «répréhensibles» les actions de l’entité sioniste à Ghaza

Le nouveau Premier ministre irlandais, Simon Harris, a qualifié, dimanche, de «répréhensibles» et de «grotesques» les actions de l’entité sioniste dans la Bande de Ghaza et appelé à un cessez-le-feu immédiat dans l’enclave palestinienne, théâtre d’une agression génocidaire depuis six mois. Interrogé sur la chaine britannique Sky News sur l’agression sioniste contre Ghaza, Simon Harris a qualifié les actions de la puissance occupante de «répréhensibles». «C’est épouvantable et grotesque. Nous voyons des enfants mutilés et des enfants innocents tués. C’est ignoble. Et cela doit cesser», a-t-il affirmé. «Il faut un cessez-le-feu immédiat», a dit Simon Harris, expliquant que l’Irlande était «prête à jouer un rôle dans le processus politique dans le cadre d’une solution à deux Etats». Elu le 24 mars à la tête du parti irlandais de centre-droit Fine Gael, Simon Harris devient, à 37 ans, le plus jeune dirigeant de l’histoire du pays. Il succède à Leo Varadkar, qui a démissionné le 20 mars à la surprise générale, à un an de la date prévue d’élections législatives. Simon Harris doit être confirmé, mardi, Premier ministre par le Parlement irlandais.

Un navire de la Royal Navy pour acheminer de l’aide à Ghaza

Le Royaume-Uni va déployer un navire de la Royal Navy via le couloir humanitaire depuis Chypre, pour acheminer de l’aide aux Palestiniens à Ghaza, en proie à une agression sioniste génocidaire depuis six mois, a annoncé, dimanche, le gouvernement britannique. Le navire «est en route pour la Méditerranée orientale afin de soutenir les efforts internationaux visant à acheminer une aide vitale à Ghaza», a précisé le ministre de la Défense Grant Shapps dans un communiqué, relayé par des médias. Il permettra de «soutenir la mise en place du couloir maritime humanitaire international de Chypre à Ghaza, soutenu par plusieurs de nos partenaires et par les Nations unies», a ajouté pour sa part le ministre des Affaires étrangères David Cameron, cité par des médias. Il a en outre, évoqué la mise en place, avec les Etats-Unis, Chypre et d’autres partenaires, d’«un nouveau quai temporaire sur la côte de Ghaza afin d’acheminer l’aide aussi rapidement et sûrement que possible». Le ministère des Affaires étrangères «s’engage à verser jusqu’à 9,7 millions de livres sterling (11,30 millions d’euros) pour l’acheminement de l’aide, pour de l’expertise logistique et pour équiper le couloir humanitaire avec des chariots élévateurs et des unités de stockage». L’objectif est de «maximiser la quantité d’aide atteignant les personnes qui en ont désespérément besoin». Depuis le 7 octobre 2023, l’entité sioniste mène une agression dévastatrice contre Ghaza qui a fait des dizaines de milliers de martyrs, pour la plupart des enfants et des femmes, ainsi que des destructions massives et une famine persistante qui a coûté la vie à des dizaines d’enfants, selon les autorités palestiniennes et l’ONU.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici