Mobility Report d’Ericsson: Essor de la 5G et montée en puissance de l’IoT cellulaire

0
1392

La dernière étude menée par Ericsson sur la mobilité s’est concentrée sur le déploiement commercial de la 5G d’une part et celui, plus vaste que prévu de l’IoT cellulaire d’autre part.

Lors d’une conférence-débat consacrée ce mercredi à la présentation du rapport d’Ericsson sur la 5G et la mobilité dans le monde, les experts d’Ericsson ont précisé selon le rapport, que les prévisions concernant le nombre de connexions IoT cellulaires ont quasiment doublé depuis novembre 2017 et devraient atteindre la barre des 3,5 milliards d’ici 2023, sous l’impulsion notamment des déploiements à grande échelle actuellement menés en Chine. Les technologies NB-IoT et Cat-M1, destinées au déploiement massif de l’IoT cellulaire, constituent le moteur de cette croissance et permettent aux fournisseurs de services d’améliorer leur efficacité et d’apporter de la valeur ajoutée aux clients. A ce jour, on recense dans le monde plus de 60 réseaux IoT cellulaires bâtis par les opérateurs mobiles sur la base de ces technologies et desservant un large éventail d’usages, principalement axés autour de la logistique et la gestion de flottes aux Etats-Unis, ou encore de l’agriculture et des villes intelligentes en Chine.

Premiers lancements commerciaux de la 5G dès cette année

L’Amérique du Nord devrait jouer un rôle moteur dans l’essor de la 5G, les principaux opérateurs américains ayant prévu un déploiement de la 5G entre fin 2018 et mi-2019. D’ici la fin 2023, plus de 20 % du trafic mondial de données mobiles devraient transiter par des réseaux 5G, soit 1,5 fois plus que le trafic 4G/3G/2G total actuel de même que les premiers grands déploiements de la 5G devraient avoir lieu à partir de 2020. Ericsson prévoit plus d’1 milliard d’abonnements 5G d’ici fin 2023, soit 12 % environ du nombre total d’abonnements mobiles, une évolution stimulée par le besoin d’un haut débit mobile aux capacités améliorées. A l’instar des précédentes technologies mobiles, la 5G devrait être déployée en priorité dans les zones urbaines de forte densité, avec pour premiers cas d’usage commerciaux le haut débit mobile amélioré et l’accès fixe sans fil. Côté industrie, les cas d’usage toucheront notamment les secteurs de l’automobile, de la fabrication, de l’énergie ou encore de la santé.

Les opérateurs appelés à fournir de nouveaux services pour booster le secteur

Les opérateurs de la téléphonie mobile en Algérie doivent offrir de nouveaux services et contenus afin de relancer la croissance de ce marché qui « stagne » depuis 2016, ont également estimé les experts. « Le nombre d’abonnés au réseau mobile en Algérie a connu une stagnation en  2016 et 2017 soit une augmentation de 0,06% seulement. L’enjeu, aujourd’hui, pour les opérateurs de la téléphonie mobile est de relancer la croissance par la création de nouveaux services dans le digital et le contenu », a indiqué M. Lamine Ouerdi, expert Ericsson en TIC. Pour lui, « Il est nécessaire pour les opérateurs de la téléphonie mobile de procéder également au renforcement de la performance de leurs réseaux à même d’assurer une qualité sur ces nouveaux services, ce qui permettra, a-t-il dit, une relance effective du secteur ». De son côté, M. Said Cherfi, a indiqué au cours de cette conférence que les nouveaux services doivent avoir pour objectif la reconstruction par les opérateurs mobiles de leurs positions sur le marché. Il s’agit pour ces opérateurs de repenser leur système d’affaires, de créer des offres novatrices, flexibles et modulables pour leurs clients ainsi qu’une meilleure prise en charge de leurs requêtes, a-t-il ajouté.  D’autres intervenants ont mis en avant la nécessité pour les opérateurs mobiles de mener une transformation digitale à travers le lancement de services basés sur les nouvelles technologies numériques, relevant que la stagnation du secteur est due entre autres aux « nouveaux canaux de communication », qu’ouvrent les réseaux sociaux comme Skype,  Viber, Facebook et Twitter, grignotant ainsi des parts de marchés de la voix, de la messagerie et de messagerie vocale. La migration vers la prise en charge en ligne, par les opérateurs mobile,  des doléances des clients, par exemple, peut contribuer à répondre aux  attentes des abonnés, qui attendent aussi une interface web de l’opérateur facile à utiliser et un service rapide 24h/24, a-t-on suggéré. Les opérateurs mobiles doivent aussi investir dans de nouveaux systèmes de  gestion des relations clients efficaces basés notamment sur les empreintes digitales des clients et la réduction des coûts afin d’accroître la satisfaction des abonnées, a-t-on ajouté. Lors de la présentation du rapport intitulé Mobility Report d’Ericsson, il a été relevé que le taux de pénétration de la téléphonie mobile en Algérie  était de 109% en 2017, alors que celui en Afrique était de 83% et dans le  monde 104%. « Le taux de 109% est élevé pour un pays qui a introduit la 3G il y a 4 ans et la 4G depuis deux ans seulement », a-t-on souligné.