Miroir, suis-je en bonne santé ? La nouveauté du CES

0
37

L’entreprise NuraLogix vient de présenter à l’occasion du CES un miroir capable de deviner si vous êtes en bonne santé ou non. Le CES est le rendez-vous pour présenter ses nouveaux produits et toutes les entreprises technologiques le savent.

Mais entre les géants que sont Samsung, LG ou encore Google, il faut réussir à se faire une place. Les entreprises plus modestes n’hésitent alors pas à jouer la carte de la surprise pour faire la différence. C’est le cas de NuraLogix, une entreprise spécialisée dans le suivi de santé des utilisateurs. Mais plutôt que de monitorer les informations des personnes avec une montre, un brassard ou une bague (comme plusieurs entreprises le proposent) NuraLogix a décidé d’intégrer ses technologies dans un miroir. Il faut donc se regarder dans le miroir pour faire le point sur sa santé. L’appareil est capable de mesurer la pression artérielle ou encore le rythme cardiaque en observant la couleur de la peau ou encore en tentant de mesurer l’afflux sanguin dans le visage. Selon les dires de son concepteur, le miroir serait également capable de détecter le stress, les maladies de peau ou encore calculer votre âge physique.

Un miroir collecteur

Petit point noir d’un point de vue sécuritaire cependant, les données collectées par le miroir lors de l’analyse d’un visage, sont envoyées dans le cloud pour être analysées par les algorithmes de l’entreprise. Une fois les différents protocoles terminés, les mesures de bien-être sont affichées sur le miroir pour les présenter à l’utilisateur. NuraLogix a néanmoins annoncé que le miroir ne sera pas commercialisé avant plusieurs mois. Il sera destiné uniquement à des usages professionnels, et pas encore dans nos salons. On devrait donc en trouver dans les gymnases, les salles de sport, les cliniques ou les entreprises partenaires.

Un miroir magique, mais pas un médecin

Si l’invention de NuraLogix prête à sourire et peut même intéresser un grand nombre de personnes, il ne faut cependant pas croire les dires du miroir sur parole. Les concepteurs de chez NuraLogix sont les premiers à reconnaître que le miroir n’est en rien un médecin. Pour l’heure, le patron de NuraLogix, Marzio Pozzuoli, a fait les demandes auprès de la Food and Drugs Administration (FDA) pour faire reconnaître plusieurs mesures de santé comme le rythme cardiaque ou la respiration. Pour le moment, ces demandes n’ont rien donné.

Une application similaire

Si le MagicMirror de l’entreprise a des airs d’ovni, cette technologie n’est pas nouvelle pour autant. En effet, le miroir reprend la même technologie de fonctionnement que l’application Anura, mise au point par la même entreprise. Elle aussi, en prenant une vidéo de l’utilisateur, peut détecter des soucis de santé. Alors que cette nouvelle édition du CES est en grande partie tournée vers l’IA, le développement de l’intelligence artificielle devrait aider des technologies comme le MagicMirror à être de plus en plus précise.