Mécanismes d’investissement dans l’industrie cinématographique: Rencontre nationale à Alger

0
199

Le ministère de la Culture et des Arts a organisé, mardi à Alger, une rencontre nationale sur les mécanismes d’investissement dans le domaine du cinéma, avec la participation de l’Agence algérienne de promotion de l’investissement (AAPI) en vue de faire connaitre, parmi les professionnels du cinéma, l’accompagnement et le soutien que l’Agence offrirait aux investisseurs privés.

Cette rencontre a été rehaussée par la présence de la ministre de la Culture et des Arts, Soraya Mouloudji, du conseiller auprès du Président de la République chargé de l’éducation, de l’enseignement supérieur, de la formation professionnelle et de la culture, Mohamed Seghir Saâdaoui, du directeur général de l’AAPI, Omar Rekkache, du président du Conseil du renouveau économique algérien (CREA), Kamel Moula, des responsables et représentants d’entreprises publiques et privées, et de nombre d’investisseurs privés du domaine cinématographique.

S’exprimant à l’ouverture de cette rencontre, Mme Mouloudji a souligné que l’objectif de cette dernière était d' »explorer les mécanismes d’investissement en cinématographie dans le cadre des efforts consentis précédemment en la matière, via l’ouverture d’un débat avec les experts et les spécialistes ».  « En 2020, le secteur avait pris l’initiative d’accueillir et d’accompagner plusieurs porteurs de projets d’investissement dans le domaine de l’industrie cinématographique », a-t-elle rappelé, ajoutant que de nombreuses rencontres similaires ont été organisées avec des cadres de l’AAPI pour examiner les différents mécanismes d’octroi d’assiettes foncières destinées à la réalisation de projets d’investissement dans le domaine du cinéma, outre les avantages et incitations octroyés par l’Agence.

Par ailleurs, elle a fait savoir que son secteur s’attelait actuellement avec le ministère des Finances, à travers des Comités interministériels, à la révision des mécanismes de financement et d’appui à la production cinématographique, d’exploitation des salles de cinéma par les opérateurs privés et de garantie des facilitations fiscales et incitations bancaires pour l’investissement ».  La ministre de la Culture et des Arts, a fait savoir qu' »un accord-cadre est en phase de préparation avec l’Association professionnelle des banques et établissements financiers (ABEF) comprenant une série de propositions visant à lever les obstacles aux porteurs de projets et à accorder des prêts bancaires à taux d’intérêt bonifiés aux investisseurs et aux producteurs dans les domaines liés au secteur cinématographique et culturel en général ». La ministre a également affirmé que le projet de loi sur l’industrie cinématographique permettra de « mettre en place des bases et des mécanismes répondant aux aspirations des professionnels et conformes aux choix économiques de l’Etat ». De son côté, le DG de l’AAPI a déclaré que cette réunion était une « occasion de rencontrer les acteurs de l’industrie cinématographique », ajoutant que la participation de l’agence vise à « mettre en évidence l’accompagnement et le soutien qu’elle peut assurer aux investisseurs » dans ce domaine, tels que « les avantages fiscaux et parafiscaux offerts par la nouvelle loi sur l’investissement, ainsi que l’accès au foncier économique pour la réalisation de ces projets ». M. Rekkach est également revenu sur « la plateforme numérique de l’investisseur récemment lancée, qui permet aux investisseurs de consulté la disponibilité du foncier à l’échelle nationale », soulignant que l’Algérie « opère des réformes dans le souci de diversifier son économie, à travers, entre autres, l’industrie cinématographique considérée parmi les principales sources de diversification des revenues ». Cette réunion a vu la présentation, par deux chefs d’études relavant de l’AAPI, de deux interventions sur le système d’incitations dans le cadre de la loi sur l’investissement, ainsi que sur les conditions et modalités d’octroi du foncier économique relevant des domaines de l’Etat, destinés à la réalisation de projets d’investissement, outre une troisième intervention sur les mécanismes de financement bancaire des projets d’investissement dans le domaine du cinéma, présentée par le commissaire général de l’ABEF, M. Belaid Rachid.

A cette occasion, des projets cinématographiques réussis, ayant bénéficié d’un soutien technique, artistique et financier du ministère de la Culture et des Arts, ont été présentés, dont le complexe cinématographique « TMV » à Alger, le complexe cinématographique « Ciné Gold » à Oran, ainsi qu’un autre complexe cinématographique à Oran du groupe hôtelier « AZ ».

Hakim C

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici