Ligue 1: MCA, un beau champion !

0
131

Le MCA ne pouvait rêver d’un meilleur scenario: remporter le titre face au frère ennemi, l’USMA, dans une ambiance de folie au stade du 5-Juillet.

En effet, les planètes se sont alignées pour le sacre des Mouloudéens, ce vendredi, puisqu’en plus de la victoire face au voisin, il fallait que le CSC et le CRB se neutralisent, dans l’autre choc de la journée, pour que le vieux club algérois soit déclaré champion, alors qu’il reste encore quatre journées à disputer. Un beau champion au demeurant ayant dominé le championnat depuis l’entame, qui met fin à la suprématie du CRB, vainqueurs des quatre dernières éditions. Ces deux formations s’expliqueront bientôt lors de la finale de la Coupe d’Algérie qui s’annonce grandiose. En attendant, les Mouloudéens savourent, eux qui attendaient cette consécration depuis 14 longues années. « L’objectif était de gagner des titres, aujourd’hui c’est chose faite. Le travail a été colossal. En une saison, ces enfants sont devenus de vrais hommes, c’est le fruit du travail de tout un staff. L’objectif a été atteint, il fallait rééquilibrer l’effectif, ça a donné une saison magnifique. Il reste quatre matchs de championnat à disputer et un match de Coupe. Mais pour le moment, on savoure notre titre », a déclaré le coach mouloudéen, Patrice Beaumelle, juste après la victoire (1 – 0), contre l’USMA, synonyme de titre. Il faut dire que le travail a commencé à l’intersaison avec un recrutement XXL. Les dirigeants mouloudéens, à leur tête le président Hadj Redjem, soutenus par la manne financière de Sonatrach, ont frappé fort lors du mercato estival mettant la main sur des joueurs convoités et des valeurs sûres du football national, à l’image de Naïdji, Belamri, Mouali, Benkhemessa et surtout Belaili, l’enfant terrible du football algérien dont on craignait le comportement tout au long de la saison. Il aurait pu prendre la poudre d’escampette, comme il l’a fait avec ces dernières années avec ses clubs employeurs. Finalement, malgré quelques incartades, notamment des accrochages condamnables avec les arbitres, Belaili a tenu la route, en étant une valeur ajoutée pour l’équipe et l’un des cadres du groupe mouloudéen. Ce succès est aussi le sien. Certes le Mouloudia a réussi à réunir une belle brochette de joueurs durant l’intersaison, mais il fallait encore que la mayonnaise prenne. Ce n’était pas une mince affaire, d’autant que la concurrence s’annonçait rude avec le CRB, l’USMA et l’ESS. C’est là qui est intervenu le rôle du coach Beaumelle qui a réussi en un laps de temps très court, à former une équipe homogène et conquérante qui a pratiquement écrasé la concurrence. Le début de saison tonitruant réalisé par les Mouloudéens les a rapidement mis sur orbite, il fallait juste garder le cap. C’est ce qu’ils ont réussi à faire grâce aussi à un public fidèle qui a battu tous les records d’affluence cette saison, notamment au stade du 5-Juillet. On n’attendait pas moins du club le plus populaire du pays. Des supporters qui attendaient ce moment avec avidité et impatience, les voilà récompensés à leur tour. Ils rêvent désormais du doublé, comme en 1976, avant d’aller conquérir l’Afrique, mais ça c’est une autre histoire…

Ali Nezlioui

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici