Les six axes directeurs de la déclaration finale du Forum des pays exportateurs de gaz à Alger: Consensus sur importance du gaz dans la transition énergétique et un juste prix conciliant les intérêts des pays producteurs et des pays consommateurs

0
282

Créé en 2001, le Sommet des pays exportateurs de pétrole et de gaz, le FPEG, est constitué de 12 membres permanents (Algérie, Bolivie, Égypte, Guinée Équatoriale, Iran, Libye, Nigeria, Qatar, Russie, Trinité-et-Tobago, Émirats arabes unis, Venezuela) et 7 membres observateurs (Angola, Azerbaïdjan, Irak, Malaisie, Mauritanie, Mozambique, Pérou), le Sénégal venant d’obtenir le 01 février 2024  le  statut de membre permanent et au cours de cette rencontre  ayant assisté à la présence  de grandes compagnies.

Bien que  le plus grand producteur de gaz en 2023, les USA ne faisant  pas partie de ce forum , cela a été un succès montrant la cohésion des pays membres,  où la déclaration finale a mis en relief l’importance du gaz dans le  cadre de la  transition énergétique, son importance pour la croissance économique mondiale, l’énergie  étant au cœur de la  sécurité des Etats  et donc un juste prix conciliant les intérêts des pays producteurs et des pays consommateurs afin de dynamiser  l‘investissement  du Biogaz

1.La place du gaz au sein de l’économie énergétique mondiale

Le Centre international d’information sur le gaz naturel, Cedigaz, évalue les réserves prouvées mondiales de gaz naturel à 205 507 milliards de mètres cubes au 31 décembre 2022, donnant une durée de plus de 50 ans en référence au rythme de la consommation de 2022. La   structuration du Mix  énergétique mondiale  au 01 janvier 2023 est composée du pétrole 32 , du gaz naturel 24%, du charbon 27% ,du nucléaire 3% , du renouvelable Y compris l’énergie hydraulique 14% est appelée à évoluer entre 2030/2040/2050   avec une croissance du gaz qui représenterait plus de 30%, le pétrole 25% , le  nucléaire 10% ,  l’hydraulique et, les énergies renouvelables dans toute leur composante y compris l’hydrogène vert et bleu 35% Selon les données internationales donc ,  entre 2035/2040/2050 environ  60 à 65% de la consommation mondiale d’énergie  sera constituée de la  combinaison du gaz naturel,  des énergies renouvelables  l’Énergie hydraulique., l’’Énergie éolienne, l’Énergie solaire, la Biomasse ,  la Géothermie et  le développement de  l’hydrogène vert et bleu.  Sefe Energy.fr donne par ordre pour les réserves commerciales de gaz : Russie 32 740 milliards de mètres cubes gazeux, l’Iran 32 100, le Qatar 24 700, le Turkménistan 13 600, les USA 12 300, la Chine 8400, le Venezuela 6300, l’Arabie Saoudite 6000, les Emirats 5900, le Nigeria 5500, l’Irak 3500, l’Algérie 2500 et le Canada 2400.  Au 31 décembre 2022, le ratio mondial des réserves sur la production commercialisée représente  environ 50 années, au rythme de la production de l’année 2022. La demande mondiale de gaz devrait augmenter de façon constante dans les 20 prochaines années, dans un contexte de réserves abondantes et d’une utilisation accrue du gaz pour produire de l’énergie, une hausse d’au moins 2% par an, pendant plusieurs décennies, ce qui devrait porter cette demande à 4500 milliards de mètres cubes de gaz par an d’ici à 2030 contre 3861 en 2020 et 4036 en 2021 et 4050 entre 2022 et 2023.   Pour la production de gaz qui est composée de la part  des exportations,, de la consommation intérieure variable selon les pays ( en Algérie presque équivalente aux exportations) ,  et 15/20% de réinjection du gaz dans les  puits pour éviter leur  dessèchement, au niveau mondial en 2022, nous avons par ordre décroissant : USA 21 027 milliards de mètres cubes gazeux, la Russie 699, l’Iran 244, la Chine 219, le Canada 205, le Qatar 170, l’Australie 162, la Norvège 128, l’Arabie Saoudite 105, l’Algérie 102 milliards de mètres cubes gazeux  À fin 2023, nous avons la structure suivante de l’approvisionnement du marché européen par canalisation : Norvège 54%, Algérie 19% Russie   à 17% contre 45% avant les évènements de l’Ukraine, ).   Au niveau mondial, pour  le GNL, nous avons la structure suivante au 01 janvier 2023 :USA 40,2% ; Russie 13,2% ; Qatar 13,1% ; Algérie 6,7% ; Norvège 6,6%.  Entre fin 2022 et fin 2023, nous avons la structure suivante de l’approvisionnement du marché européen par canalisation : Norvège 2022, 46,1% et fin 2023 54%- Russie 2022 17,4% et en 2023 à 17%- Algérie 2022 13,4% et en 2023 à 19%, deuxième exportateur  en direction de l’Europe par  canalisation , couvrant près de 40% de la consommation italienne et étant devenu pour l’Espagne fin 2023 le premier fournisseur avant les USA et la Russie.

2.-La résolution d’Alger : les perspectives

2.-. La résolution finale tourne autour de six axes directeurs  fondamentaux   Premièrement, la place du gaz qui devrait favoriser la transition énergétique  et lutter contre les  effets néfastes du réchauffement  climatique,  le bois, le charbon et le pétrole , et devrait être encore plus propre  avec les nouvelles techniques en cours  pour le  développement des gaz renouvelables ou bas carbone (biométhane, gazéification des déchets, e-méthane et hydrogène).Parallèlement à la sobriété énergétique( efficacité énergétique , évitant les gaspillages, existant de nouvelles technologies permettant  d’économiser l’énergie à plus de 30/40%, des énergies renouvelables dont le solaire, l’hydrogène vert et bleu qui sont appelés à cohabiter avec le gaz  la  contribution du gaz naturel, énergie propre avec le développement des nouvelles technologies axées sur le Biogaz peut contribuer à la  transition énergétique justes, équitables, ordonnées, inclusives et durables, tout en tenant compte des circonstances, capacités et priorités nationales et de la croissance de l’économie mondiale. Cela renvoie aux besoins impérieux de sécuriser la demande et les approvisionnements et la nécessité d’une coopération internationale ouverte et transparente pour protéger les infrastructures sensibles de gaz naturel et renforcer leur résilience aux catastrophes naturelles, aux incidents techniques et aux menaces d’origine anthropique, y compris l’utilisation malveillante des technologies de l’information et de la communication. Deuxièmement,   la stabilisation des   prix  très volatils, fluctuant de 2023 et février 2024, entre 30 et 50 dollars le mégawattheure, après avoir atteint plus de 200 dollars au début du conflit Russie/Ukraine, afin de relancer les investissements hautement capitalistiques  et dont la rentabilité est à moyen et long terme, d’où la référence de nombreux producteurs de contrat à moyen et long terme.  Troisièmement, pour assurer l’approvisionnement en énergie au niveau mondial,  il a été décidé une entente entre les pays de l’OPEP+ et le forum des pays exportateurs de gaz  encore que n’existe pas  depuis quelques années une corrélation entre l’évolution du prix du pétrole et celui du gaz  (l’indexation posant problème). Pour la commercialisation du gaz , ’il faut   distinguer la production  commercialisée par  canalisation  où actuellement contrairement au marché du pétrole qui est un marché mondial côté heure par heure, journée par journée à la bourse selon la loi de l’offre et de la demande , , la prédominance  sont les  canalisations  environ 65%,étant pour l’instant un marché segmenté géographiquement, étant prévu 50% horizon 2030. En cas où la part du GNL quoi connaît une forte croissance depuis la crise de l’Ukraine/Russie , représenterait 80/85% du marché , on pourrait alors parler , sous réserve de certaines conditions, d’un marché équivalent à celui du pétrole. Quatrièmement, la résolution tout en rejetant   toute intervention artificielle sur les marchés du gaz naturel, y compris les tentatives de modifier la détermination des prix et la gestion des risques des marchés, ainsi que l’imposition de plafonnements de prix motivée par des raisons politiques, qui ne peuvent qu’aggraver la situation du marché et décourager les investissements nécessaires pour satisfaire la demande énergétique mondiale, préconise  la nécessité d’un rapport de confiance entre les producteurs et les consommateur du fait que l’énergie est au  cœur de la  croissance de l’économie mondiale et de la  sécurité des Etats et donc   d’assurer la stabilité sur le marché qui renvoie pas  seulement aux fondamentaux  économiques mais également  aux tensions géostratégiques qui peuvent perturber le marché exemple récent  les sanctions européennes  contre la Russie  et les  tensions en Mer rouge ou à des facteurs exogènes imprévisibles comme l’impact du coronavirus. Cinquièmement, développer le  gaz naturel dans la chaîne des valeurs du secteur pétrochimique et l’industrie chimique en général, pour atteindre les objectifs de développement durable des Nations Unies, y compris la production d’engrais pour assurer le développement notamment de l’Afrique et la sécurité alimentaire mondiale et éradiquer la faim. Sixièmement, le développement du XXIème siècle reposant sur la bonne gouvernance et la valorisation du savoir, la résolution stipule la  détermination du GECF  à promouvoir des technologies innovantes pour le gaz naturel et les industries connexes, à travers l’Institut de recherche sur le gaz dont le siège est à Alger.

En conclusion, le modèle de consommation énergétique mondial lui-même fonction de la nouvelle structure future  de la croissance de l’économie mondiale essentiellement fondée sur la transition énergétique et numérique  est amené donc  à évoluer. Le gaz naturel, comme les autres énergies  «historiques», sera amené à cohabiter avec d’autres sources d’énergie dont essentiellement  les énergies renouvelables, l’hydrogène vert, bleu et blanc  devant donc assister à Mix énergétique

Source:

Toutes les données ont été recueillies auprès des organisations internationales; Voir interviews du professeur Abderrahmane Mebtoul sur le forum du gaz qui se tient à Alger  données, entre le 27 et le 01 mars 2024 aux radios publiques chaîne 1 , chaîne 3, Radio Algérie Internationale RAI,    aux télévisions Ennahar, Echourouk, Al Hayat El Watania  , la télévision publique Alg 24  et au niveau international , des l’Interviews au quotidien El Pais et   à  l’Agence internationale  espagnole EFE, la quatrième en importance au niveau mondial sur le forum des producteurs  de gaz).Voir dernière interview en langue arabe  invité du matin à Radio Algérie internationale 8h30-9h le 03 mars 2024 sur les axes directeurs de la  résolutions d’ Alger.

A.M.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici