Equipe nationale: Les Verts au complet peaufinent leur préparation

0
92

Place à présent au travail technico-tactique en prévision des deux matchs comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2026 contre respectivement la Guinée et l’Ouganda.

Le groupe des Verts s’est complété, hier, avec l’arrivée des deux derniers retardataires Amine Tougaï et Kevin Guitoun, le malheureux défenseur du FC Metz qui vient de rétrograder avec son club en Ligue 2 française. Houssam Aouar est arrivé, quant à lui, la veille en provenance de Rome. Du coup, le coach peut désormais compter sur l’ensemble de son effectif. Un effectif avec un gros point d’interrogation sur la forme des uns et des autres. Il va sans dire que les joueurs n’arrivent pas au rassemblement avec le même état de forme. Certains ont disputé énormément de matchs à l’image de Amoura, Bentaleb ou encore Aît Nouri, d’autres ont passé la majeure partie de leur temps sur le banc des remplaçants. On pense notamment à Aouar, Mandi. Enfin, il y a ceux, comme Bennacer et Atal, qui se relèvent de blessure. Il va falloir mettre tout ce beau monde à niveau en un laps de temps très court. C’est le challenge que doit relever le staff technique cette semaine.

Par ailleurs, le coach est appelé à trouver les bons éléments pour composer une équipe homogène et complémentaire. Ce n’est pas évident, car il faut le dire, Petkovic ne connaît pas encore assez bien son groupe. Les deux matchs amicaux contre la Bolivie et l’Afrique du Sud, disputés au mois de mars dernier, lui ont certes permis de faire connaissance avec les joueurs, mais il lui faut plus de temps pour approfondir ses connaissances et prétendre maîtriser tout ce qui entoure la sélection.

D’autant que le technicien suisse ne compte pas s’appuyer sur le lègue de son prédécesseur. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les Mahrez, Slimani, Belaili et autre Feghouli ont été laissés à la maison. Petkovic doit en outre composer sans l’une de ses pièces-maîtresses en défense, à savoir Ramy Bensebaïni, pas encore de sa méchante blessure et dont la saison est bel et bien terminée.

Justement, s’il y a un chantier que le sélectionneur doit travailler c’est sans doute le secteur défensif notamment l’axe central qui n’est vraiment rassurant. La défection du sociétaire de Dortmund complique davantage la tâche de Petkovic. Faut-il toujours compter sur le vieillissant Mandi ou donner leur chance aux nouveaux venus Madani, Keddad et Belaïd ? Certes, le trio des locaux ont fait leurs preuves au niveau de leur club respectif, mais ils n’ont jamais joué en tant que titulaires au sein de la sélection. Du moins pas lors des matchs officiels. Mais, il y a un début à tout. Belaïd, si on prend l’exemple du défenseur usmiste, jouit d’une grande expérience africaine acquise avec son club, ces deux dernières années. Suffisant pour le lancer dans le bain avec l’équipe nationale ? De toutes les manières, le coach doit prendre quelques risques en défense. Un secteur toujours à la recherche de la stabilité et qui constitue pour le moment le maillon faible de l’équipe. C’est dans ce registre qu’on attend la touche du coach.

Ali Nezlioui 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici