Election présidentielle du 07 septembre 2024: Les défis du futur président de la république 2024/2029,  réformes politiques et économiques

0
160

Sans entrer dans les polémiques sur les réseaux sociaux   sur les raisons de l’avancée de l’élection présidentielle fixée le 07 septembre 2024 et qui est  conforme à la Constitution , les défis du futur président de la  république face à une situation complexe sont nombreux.

Le constat  est que  de 1970 à nos jours: l’Algérie depuis  a  une économie fondamentalement rentière, le système financier, enjeu énorme de pouvoir,  étant étroitement connecté à la production de la rente. Toute augmentation ou baisse du cours des hydrocarbures avec les dérivés (98/97% des recettes en devises) a des incidences à la fois économiques et politiques comme en témoigne les impacts politiques de la crise lors de  la baisse du cours. La gestion volontariste, les enjeux internes et  les contraintes externes de plus en plus pesantes ont abouti à des changements, menés parfois à la hussarde, qui ont révélé une réalité bien amère : l’absence dramatique d’une véritable stratégie nationale d’adaptation à ce phénomène total et inexorable que sont les nouvelles mutations tant internes que mondiales.  La conjonction de facteurs endogènes et exogènes et l’intervention massive –  parfois directe et par moment insidieuse – d’acteurs internes et externes a abouti  à une transition économique allant  vers une économie de marché productive  à finalité sociale  qui traîne en longueur depuis des décennies et non  pas seulement  pour la période actuelle.

1. Transition et  réforme du système politique

L’Économie est fondamentalement politique comme nous l’ont  enseigné ses fondateurs notamment  Adam Smith, David Ricardo, Karl Marx, Joseph Schumpeter et plus près de nous les prix Nobel de sciences économiques attribués aux institutionnalistes entre 2000/2017. Les réformes fondement de la transition socio-économique renvoient à la  refondation  de l ‘Etat  qui implique de  saisir les tendances réelles de la société algérienne face tant aux mutations internes que mondiales. Les exigences d’un Etat fort de sa droiture et de son droit, si elles constituent un outil vital pour la cohésion nationale et le destin de la nation, ne doivent pas occulter les besoins d’autonomie de pouvoirs locaux qui doivent être restructurés en fonction de leur histoire anthropologique et non en fonction des nécessités électoralistes ou clientélistes. La cohésion de ces espaces et leur implication dans la gestion de leurs intérêts et de leurs territorialités respectives déclencherait alors une dynamique de complétions positives et rendraient la maîtrise des groupes  plus faciles pour la centralité politique nationale. La refondation de l’Etat passe nécessairement par une mutation profonde de la fonction sociale de la politique, le pouvoir bienfaisant ou de bienfaisances inaugurées comme contrat politique implicite par les tenants du socialisme de la mamelle afin de légitimer l’échange d’une partie de la rente contre la dépendance et la soumission politiques et qui efface tout esprit de citoyenneté active, ce pouvoir  doit céder la place à un pouvoir  de justice. C’est la norme du droit qui reprend sa place pour légitimer le véritable statut de  la citoyenneté nationale.  Le passage de l’État de «  soutien » à l’Etat de justice   est de  mon point de vue un pari politique  majeur, car il implique tout simplement un nouveau contrat social et un nouveau contrat politique entre la Nation  et l’Etat.  L’Algérie ne peut revenir à elle-même que si les faux privilèges sont bannis et les critères de compétence,  de loyauté et d’innovation sont instaurés comme passerelles de la réussite et de promotion sociale. La compétence n’est nullement synonyme de postes dans la hiérarchie informelle, ni un positionnement dans la perception d’une rente, elle se suffit à elle-même et son efficacité et sa légitimité se vérifient surtout dans la pertinence des idées et la symbolique positive qu’elle ancre dans les corps et les acteurs sociaux  afin de réaliser les aspirations d’une Algérie arrimée à la modernité tout en préservant son authenticité.  La refondation de l’Etat ne saurait se limiter à une réorganisation technique de l’autorité et des pouvoirs, car la gouvernance est une question d’intelligence et de légitimité réelle et non fictive.  Cela implique des réaménagements dans l’organisation du pouvoir devant  poser la problématique stratégique du futur rôle de l’Etat  largement influencé  par  les effets de nouvelles mutations mondiales  dont la transition énergétique, numérique dont les effets des cyber attaques, des effets du réchauffement climatique et de la recomposition du ,nouveau pouvoir économique, politique  et militaire mondial à travers un monde multipolaire en devenir.    L’avenir appartient  au niveau international aux grands ensembles  et au niveau interne à  une réelle décentralisation. Cellule de base par excellence, la commune a été régie par des textes qui ne sont plus d’actualité, autrement dit frappés de caducité. « L’objectif central de la démarche  est de  transformer la commune   « providence  » en « commune entreprise ». Cela suppose que toutes les composantes de la société et les acteurs de la vie économique, sociale et culturelle, soient impliqués, sans exclusive, dans le processus décisionnel qui engage la configuration de l’image de l’Algérie de demain qui devra progressivement s’éloigner du spectre de l’exclusion, de la marginalisation et de toutes les attitudes négatives qui hypothèquent la cohésion sociale. L’implication du citoyen dans le processus décisionnel qui engage l’avenir des générations futures, est une manière pour l’Etat, de marquer sa volonté de justice et de réhabiliter sa crédibilité en donnant un sens positif à son rôle de régulateur et d’arbitre de la demande sociale..  L’image de la commune-manager repose sur la nécessité de faire plus et mieux avec des ressources restreintes. Il n’y aurait donc plus de place pour le gaspillage et le droit à l’erreur, ce qui exclut obligatoirement le pilotage à vue par des perspectives de long terme et les arbitrages cohérents ce qui ’mplique la rigueur de l’acte de gestion

2.  La nécessaire restructuration du système partisan et de la société civile

En raison des crises internes qui les secouent périodiquement, du discrédit qui  frappent la majorité d’entre elles, de la défiance nourrie à leur égard et à l’endroit du militantisme partisan, se pose cette question si les formations politiques- pouvoir et opposition  sont  dans la capacité aujourd’hui de  faire un travail de  mobilisation et d’encadrement efficient, évitant un affrontement direct  citoyens forces de sécurité  et donc  de contribuer significativement à la socialisation politique et donc d’apporter une contribution efficace à l’œuvre de redressement national. Il est sans doute utile, voire nécessaire, de s’intéresser à la représentativité. En tout état de cause, il nous semble plus équitable, et plus juste politiquement, de raisonner en termes de marché électoral et de laisser, dès lors, les règles du jeu politique et le nombre d’acteurs qui s’y adonnent, se fixer de manière concurrentielle. Le rôle des pouvoirs publics consistera alors à mettre en place les garde-fous indispensables et à veiller au  respect strict des lois et des règles qui régissent le fonctionnement  de ce marché. Quant à la société civile, force est de constater  qu’elle  est impotente. La confusion qui prévaut actuellement dans le mouvement associatif national rend malaisée l’élaboration d’une stratégie visant à sa prise en charge et à sa mobilisation. L’implication de la société civile dans les affaires de la cité est un acte éminemment civilisationnel, qui intègre les changements d’une société en pleine mutation, et une manière d’aboutir à un projet de progrès. Sa diversité, les courants politico-idéologiques qui la traversent et sa relation  complexe à la société et à l’Etat ajoutent à cette confusion  rendent impératif une réflexion collective. En raison de la jeunesse très grande  de la société civile, des conditions historiques qui ont présidé à sa naissance et des événements tragiques qu’a connus notre pays et auxquels elle a été directement ou indirectement associée, la question qui touche à sa mobilisation doit être traitée avec une attention et une vigilance soutenues.  Constituée dans la foulée des luttes politiques qui ont dominé les premières années de l’ouverture démocratique, elle reflète les grandes fractures survenues dans le système politique national.  Sollicitée à maintes reprises, et à l’occasion d’échéances parfois cruciales, cette dernière manifeste souvent sa présence d’une manière formelle et ostentatoire, impuissante presque toujours à agir sur le cours des choses et à formuler clairement les préoccupations et les  aspirations de la société réelle. Elle est scindée en quatre segments : une société civile vivant d al rente, principal interlocuteur de l’Etat, ; une société civile appendice des partis islamiques légaux ;une société civile dite démocratique mai, nombreuse, mais atomisée et minée par de rivalités de leadership et enfin une société civile la plus nombreuse, la plus active, collant avec la société  , dite informelle, reflet de la dominance  de la sphère informelle au niveau économique représentant  hors hydrocarbures, plus de 50% de la superficie économique et drainant et selon  les données de fin septembre 2022 de la banque d’Algérie plus de 7200 milliards de dinars approchant 50 milliards de dollars , et sans son intégration il  est utopique de parler de dynamisation de la société civile. Dans cet ordre d’idées, l’Etat doit encourager la création d’associations dans des secteurs qui    sont porteurs mais qui restent vierges et complètement ignorés du mouvement associatif ; de faire de ce cadre un instrument efficace d’encadrement de forces vives qui agissent dans la société de manière dispersée et un  levier puissant de leur mobilisation en vue de leur implication active dans l’œuvre de redressement national. Mais cette politique n’a de chance de réussir que si le mouvement associatif est assaini et que si les associations qui le composent ne soient pas au service d’ambitions personnelles inavouables et parfois douteuses

3. La transition d ‘une économie  de rente à une économie hors hydrocarbures : faire de l’Algérie un pays émergent

Comme je l’ai démontré dans un ouvrage paru à l’Office des Publications Universitaires  (OPU  Alger 1983)  « valeur, prix et croissance économique», en référence à la  théorie de la thermodynamique, le monde est en perpétuel mouvement. Même la pierre et notre univers (avec le réchauffement climatique influences géostratégiques sur la cartographie géographique mondiale)   que l’on croit inerte se décomposent lentement à travers les décennies et les siècles. La société n’échappe pas à cette règle  ou les mouvements culturels ( qui seront prépondérants entre 2030/2040),  économiques,  sociaux, politiques  avec des acteurs  n’ayant pas toujours les mêmes objectifs, engendrent des transformations soit positives ou négatives. Le temps ne se rattrape jamais en économie   que l’on peut définir comme la maîtrise  et le gain du temps.  Toute Nation qui n’avance pas  recule  forcément mes de niveau de vie comparée  aux profondes transformations mondiales C’est dans ce cadre que le défi du futur président est  une véritable stratégie d’adaptation à ce monde turbulent et instable, de profondes réformes afin de favoriser le développement durable ou  une régression de l’Algérie tant dans le domaine économique , social, politique et militaire dans la mesure  ou le  véritable  pouvoir économique mondial et l’influence diplomatique  au niveau de la diplomatie repose sur une économie forte,  où les deux  pivots du développement du XXIème siècle sont la bonne gouvernance et la maîtrise du savoir étant l’’aube de la quatrième révolution économique mondiale 20242030. Il  n’est plus permis aujourd’hui de faire l’impasse sur le rôle que des acteurs résidents, mus puissamment  par des intérêts organiquement liés à la distribution de la rente, qui ont pu à un moment où à un autre peser dans un sens franchement défavorable aux réformes politiques et économiques. De même qu’il n’est plus possible, du point de vue de l’analyse aussi, d’occulter le rôle que d’autres acteurs, externes ceux-là, ont pu jouer dans un sens tout aussi défavorable, motivés qu’ils étaient eux aussi par la défense d’intérêts  de groupes ou de personnes que la poursuite d’un commerce hautement lucratif rendait allergiques à toute velléité de changement et de réformes.  Des acteurs internes aussi bien que des acteurs externes ont agi clairement dans le sens contraire, encourageant et défendant, par des moyens divers, la mise en œuvre de réformes dont la nécessité n’échappe à personne. Comme il n’est plus permis  d’ignorer la nécessaire adaptation de l’Algérie face aux nouvelles mutations mondiales dont son devenir est dans l’espace euro-méditerranéen  et africain son espace naturel. Aussi les réformes  en profondeur du fonctionnement de la société algérienne et non des replâtrages organisationnels, nécessitent  d’analyser les relations  dialectiques réformes  et  les segments  de la production de la rente ( Sonatrach) et  celui de sa redistribution ( système financier),   bouleversent  des intérêts, les gagnants de demain  n’étant pas forcément ceux   d’aujourd’hui.. Or Tout projet étant porté par forcément des forces sociales, souvent avec des intérêts différents, en démocratie les urnes la population tranchant sur le projet de société, où  la minorité politique  se soumet à la volonté de la majorité,  tout en restant une force de propositions .Comment ne pas rappeler que par le passé,(1974/2020, j’ai eu l’honneur de coordonner plusieurs ouvrages pluridisciplinaires , d’une brûlante actualité ,ayant  abordé les  réformes politiques, sociales  et économiques, fruit d’un travail collectif à la rédaction duquel ont contribué des collègues spécialistes en anthropologie, en économie et en sciences politiques des universités d’Oran et d’Alger (Casbah Editions deux volumes 520 pages sous le titre réformes et démocratie- 2005) . A cette époque  j’avais donné plusieurs conférences suite à la création de ‘l’association nationale de développement de l’économie de marché ADEM fondée en 1992( agrément ministère intérieur 63/92)  que j’ai eu l ‘honneur de présider de 1992 à 2015,   aux universités  de Annaba, de Constantine, de  Tizi Ouzou, de Béjaïa ,  Mascara , Sidi Bel Abbès, Tlemcen, d’Oran, à l’Académie militaire Inter- Armes de Cherchell,  à  l’Ecole supérieure de Guerre, à l’IMPED Institut militaire de prospective  ainsi que  de nombreuses conférences  au niveau international USA /Europe et ce afin  pour expliquer notre démarche   fondée  sur l’alternance démocratique tenant compte de notre authenticité, afin d’arriver à une économie diversifiée hors hydrocarbures dans le cadre des valeurs internationales avec l’avènement de la quatrième révolution économique mondiale 2024/2030/2040.  Que de  perte de temps  et dommage que nous n’avons pas été écoutés. Mais devant privilégier uniquement les intérêts supérieurs de l’Algérie, il n’est jamais trop tard pour bien faire, devant éviter tant l’autosatisfaction source de névrose collective et également la sinistrose , l’Algérie  ayant  de larges marges de manoeuvres  73 milliards de dollars de réserves de change  83 avec les 173 tonnes d’or, la dette extérieure faible 1,6% du PIB, donc un cadre macro financier stabilisé, malgré des indicateurs  économiques  non proportionnels aux dépense publiques, un taux de croissance  entre 2020/2023 moyen de 2/3%, alors qu’il faut un taux de croissance de 8/9% pour absorber un flux additionnel annuel de demande  d’emplois de 350.000/400.000/an, avec un taux de chômage selon le FMI dépassant 14% , un   taux d’inflation de 9/10% entre  janvier   2023  et janvier 2024.  Et la solution se trouve dans le dialogue productif avec ces concessions réciproques privilégiant uniquement l’avenir de l’Algérie, entre le pouvoir, l’opposition et la majorité de la société civile. Il appartiendra au futur président, qui doit être élu sur la base d’un programme précis,  d’entamer rapidement les réformes politiques, sociales, culturelles et  économiques solidaires.  Car sans réformes il serait utopique tant pour le pouvoir, l’opposition  de parler d’indépendance sécuritaire, politique qu’économique avec des impacts déstabilisateurs au niveau interne et au niveau régional ce qu’aucun  algérien patriote ne souhaite (voir nos interviews  2017/2020 à /AfricaPresse Paris, l’autre  à l’American Herald Tribune « Dr. Abderrahmane Mebtoul: “Algeria Still Faces Significant Challenges).

En résumé,  l’Algérie  a besoin qu’un regard critique et juste soit posé sur sa situation sur ce qui a déjà été accompli et sur ce qu’il s’agit  d’accomplir encore au profit exclusif d’une patrie  qui a besoin de se retrouver et de réunir tous ses enfants autour d’un même projet, d’une même ambition et d’une même espérance. Aussi, les objectifs stratégiques du futur président de la république est de faire de l’Algérie un pays émergent et  elle en a les potentialités

A.M

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici