Culture: De grands noms du cinéma et de la télévision algérienne de retour sur le petit écran

0
117

Ils seront nombreux, figures du cinéma et de la télévision algérienne, à renouer avec leur public à travers le petit écran, à la faveur d’un programme de production prolifique annoncé par les différentes chaînes de télévision pour le mois de Ramadhan.

Comme chaque année depuis le lancement des «sketchs chorba» les chaînes de télévision algériennes, publiques et privées, rivalisent d’ingéniosité pour proposer séries, sitcom, et autres programmes comiques aux téléspectateurs. Cette année de nombreuses figures du cinéma et de la télévision, et parfois même du théâtre, algérienne vont renouer avec les téléspectateurs pendant le mois de Ramadan. Des acteurs comme Beyouna, qui signe son retour dans plusieurs productions, Bahia Rachedi, Rym Takoucht, Samia Meziane, Fatma Hlilou,  Hassan Benzerari, Boualem Bennani, Mustapha Laribi, ou encore  Nabil Asli, occuperont le petit écran durant ce mois.

Des noms plus connus dans le 4e art comme Sabrina koreichi, Tarek Bouarara, Mohamed Frimehdi, Benabdallah Djellab ou encore Fodhil Assoul seront également au rendez-vous. Le duo Sarah Bertima, au scénario, et Yahia Mouzahem à la réalisation, qui avaient connu un grand succès avec la sitcom «Timoucha» reviennent également avec une production des plus prometteuses intitulées «Dama», au même titre que le réalisateur le plus attendu, Djafar Gacem qui signe une nouvelle production.

De nombreuses productions distribuent également de jeunes talents, certains plus connus que d’autres, et ouvrent les portes de la télévision à de nouveaux talents et créateurs de contenus. Dans les fiches techniques des productions annoncées pour le mois de piété, quelques réalisateurs et producteurs de cinéma proposent leurs travaux à la télévision dont Yahia Mouzahem, cinéaste habitué des produits télé, Mehdi Tsabbast qui avait signé le film historique Dzair, ou encore le jeune Mohamed Benabdallah, réalisateur de plusieurs courts métrage et de la fiction Halim Erraad. Pour sa part la télévision nationale propose à travers les chaînes du groupe un riche programme de séries, sitcom et émissions, avec les très attendu  Dama de Yahia Mouzahem, qui explore le quartier mythique de Bab El Oued,  Harat Echouhada de Mehdi Tsabbast, qui distribue le grand comédien Benabdallah Djellab, le drame social Acif Ntzizoua de Idris Ben Chernine, et la mini-série Izouran de Boubkeur Slimane. L’Etablissement public de télévision propose également huit sitcom, dont Mayna de Walid Bouchebah», servis par un casting comptant, entre autres, Sabrina koreichi, Malika Belbey, Hakim Dekkar, et Lamri Kaouane. Cependant, cette production prolifique soulève depuis de nombreuses années la problématique de la «production télévisuelle occasionnelle», professionnels et observateurs s’accordent à relever «l’engouement des chaînes de télévision pour la production à diffuser pendant le mois béni alors que cette dernière diminue très significativement le reste de l’année». Ramadhan oblige, les télévisions rivalisent aussi de créativité pour élaborer des émissions culinaires intéressantes et originales impliquant parfois des célébrités ou proposant un contenu à la croisée des chemin entre la promotion de la destination Algérie et du patrimoine culinaire.