Cour internationale de Justice à la Haye: La CIJ ordonne à l’entité sionis à la Haye te de cesser de cibler les civils et de garantir l’aide humanitaire à Ghaza

0
61

La Cour internationale de justice (CIJ) a ordonné à l’entité sioniste, vendredi, de garantir en urgence, l’acheminement des aides humanitaires sans obstacles aux profit des habitants de Ghaza, de sanctionner les responsables sionistes incitant à des actes de génocide et de cesser de cibler des civils et des infrastructures de base. 

Le 29 décembre dernier, l’Afrique du Sud a intenté auprès de la CIJ un procès contre l’entité sioniste pour crimes génocidaires à Ghaza. L’examen de la plainte par la CIJ a eu lieu en deux sciences les  11 et 12 janvie 2024.L’Afrique du Sud a, dans une affaire judiciaire historique, accusé jeudi Israël de violer la Convention des Nations unies sur le génocide, affirmant que même l’attaque du Hamas du 7 octobre ne pouvait justifier les événements à Gaza.Pretoria a saisi en urgence la plus haute juridiction de l’ONU pour qu’elle enjoigne à Israël de « suspendre immédiatement ses opérations militaires » dans la bande de Gaza.Israël, qui s’exprimera vendredi devant les magistrats de la Cour internationale de Justice (CIJ), qui siège à La Haye, a qualifié l’affaire d’« absurde » et « atroce » et a accusé jeudi Pretoria de se comporter comme « le bras juridique de l’organisation terroriste Hamas ».« L’Afrique du Sud cherche à permettre au Hamas de commettre de nouveau les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité, les crimes sexuels qu’ils ont perpétrés de façon répétée le 7 octobre », selon un communiqué du ministère israélien des Affaires étrangères.La guerre entre Israël et le Hamas a été déclenchée par une attaque inédite le 7 octobre 2023 du mouvement islamiste palestinien Hamas sur le sol israélien qui a fait environ 1140 morts, majoritairement des civils, selon un décompte de l’AFP à partir du bilan israélien.La plus haute juridiction de l’ONU a appelé vendredi Israël à faire tout son possible pour empêcher tout acte de « génocide » dans la bande de Gaza et à laisser entrer l’aide humanitaire, en rendant une décision très attendue.La cour a appelé Israël à s’abstenir de tout éventuel acte génocidaire alors qu’il poursuit son opération militaire dans la bande de Gaza, mais n’a pas évoqué de cessez-le-feu.Israël doit prendre « des mesures immédiates et efficaces pour permettre la fourniture des services de base et de l’aide humanitaire dont les Palestiniens ont un besoin urgent pour faire face aux conditions de vie défavorables auxquelles sont confrontés les Palestiniens », a statué la cour.À ce stade, la CIJ ne se prononce pas sur la question de savoir si Israël commet un génocide à Gaza. Ce volet de la procédure peut prendre des années.Mais la cour a appelé Israël à « prendre toutes les mesures en son pouvoir pour empêcher » les actes qui pourraient relever de la Convention des Nations Unies sur le génocide, établie en 1948 après l’Holocauste.Elle a également déclaré qu’Israël devrait « prévenir et punir » toute incitation au génocide.La procédure a été intentée par l’Afrique du Sud, qui affirme qu’Israël viole la Convention des Nations unies sur le génocide de 1948, établie au lendemain de la Seconde guerre mondiale et de l’Holocauste.Pretoria a salué vendredi une « victoire décisive pour l’État de droit international et une étape importante dans la quête de justice pour le peuple palestinien », à l’issue de l’audience de la CIJ à La Haye.Le ministère des Affaires étrangères, dans son communiqué, estime que la Cour « a déterminé que les actions d’Israël à Gaza sont plausiblement génocidaires et a indiqué des mesures provisoires sur cette base », la remerciant « pour sa décision rapide ».

La décision de la CIJ, «une étape importante pour le peuple palestinien», souligne Pretoria

L’Afrique du Sud a salué vendredi une «victoire décisive pour l’Etat de droit international et une étape importante dans la quête de justice pour le peuple palestinien», à l’issue de l’audience de la Cour internationale de justice (CIJ) à La Haye, consacrée à la plainte déposée par Pretoria contre l’entité sioniste l’accusant de génocide dans la bande de Ghaza.Le ministère sud-africain des Affaires étrangères, dans son communiqué, estime que la Cour a déterminé que les actions de l’entité sioniste à Ghaza «sont plausiblement génocidaires» et «a indiqué des mesures provisoires sur cette base», la remerciant «pour sa décision rapide».La CIJ a ordonné à l’entité sioniste, vendredi, de garantir en urgence, l’acheminement des aides humanitaires sans obstacles au profit des habitants de Ghaza, de sanctionner les responsables sionistes incitant à des actes de génocide et de cesser de cibler des civils et des infrastructures de base. Le 29 décembre dernier, l’Afrique du Sud a intenté auprès de la CIJ un procès contre l’entité sioniste pour crimes génocidaires à Ghaza. Le nombre de Palestiniens tombés en martyrs dans les attaques sionistes dans la bande de Ghaza a atteint 25.900 depuis le début de l’agression sioniste le 7 octobre, selon un dernier bilan provisoire donné jeudi par l’agence de presse palestinienne (Wafa). 

La situation est « Au bord de la famine »

A propos de la situation des palestiniens en territoires occupés , Pretoria, affirme qu’Israël rompt ses engagements pris en vertu de la Convention des Nations unies sur le génocide, signée en 1948 à la suite de l’Holocauste.La campagne de bombardements menée par Israël vise « la destruction de la vie des Palestiniens » et pousse les Palestiniens « au bord de la famine », a affirmé Adila Hassim, avocate de l’Afrique du Sud.« Les génocides ne sont jamais déclarés à l’avance, mais cette cour bénéficie des 13 dernières semaines de preuves qui montrent de manière incontestable un modèle de comportement et d’intention qui justifie une allégation plausible d’actes génocidaires », a-t-elle déclaré devant les juges.En tant que cosignataire de la Convention, Pretoria peut poursuivre Israël devant la CIJ, qui statue sur les différends entre États.Le Congrès national africain (ANC), au pouvoir en Afrique du Sud, soutient depuis longtemps la cause palestinienne. L’ancien président sud-africain et héros de la lutte antiapartheid Nelson Mandela avait ainsi affirmé que la liberté de l’Afrique du Sud serait « incomplète » sans celle des Palestiniens.Pretoria a aussi indiqué être « pleinement consciente » du « poids particulier de la responsabilité » que représente le fait d’accuser Israël de violer la Convention sur le génocide et a condamné « sans équivoque » l’attaque du Hamas.

Le MAE palestinien salue la décision de la CIJ concernant l’agression sioniste contre Ghaza

Le ministre palestinien des Affaires étrangères, Riyad Al-Maliki, a salué les mesures ordonnées vendredi par la Cour internationale de Justice (CIJ) concernant l’agression sioniste contre la bande de Ghaza estimant que la décision de cette instance juridique «rappelle au monde qu’aucun Etat n’est au-dessus des lois».Dans un communiqué du ministère, Al-Maliki a appelé tous les pays à «garantir la mise en œuvre de toutes les mesures temporaires ordonnées par la CIJ y compris l’entité sioniste, puissance occupante, en tant qu’obligation juridique contraignante». «Tous les pays ont désormais des obligations juridiques claires pour mettre fin à la guerre génocidaire menée par l’occupation sioniste contre le peuple palestinien dans la bande de Ghaza et pour garantir qu’ils n’en soient pas complices», a souligné le texte.Et de poursuivre: la décision de la CIJ constitue «un rappel important qu’aucun Etat n’est au-dessus des lois et devrait servir de signal d‘alarme à la puissance occupante et aux acteurs qui lui ont permis d’échapper aux sanctions». «La Palestine réaffirme sa gratitude éternelle envers le peuple et le gouvernement d’Afrique du Sud pour avoir pris cette mesure audacieuse de solidarité active et continuera à travailler en étroite collaboration avec l’Afrique du Sud et d’autres pays pour garantir que justice soit rendue», a ajouté la même source.La CIJ a ordonné à l’entité sioniste, vendredi, de garantir en urgence, l’acheminement des aides humanitaires sans obstacles au profit des habitants de Ghaza, de sanctionner les responsables sionistes incitant à des actes de génocide et de cesser de cibler des civils et des infrastructures de base.  

Ahsene Saaid/Ags