Calculs et promesses

0
1310

Les partis islamistes sont-ils des partis comme les autres? Et les formations démocrates qui se situent comme les premiers cités dans l’opposition ont-ils raison de fustiger les élections législatives, de mettre en garde contre la fraude très éventuelle et de participer quand même ? Ainsi, concernant les chapelles islamistes, même si elles sont affublées d’appellations portant l’empreinte du changement, de la paix ou autre, ils n’en sont pas moins profondément attachés à leur objectif, celui d’instaurer la charia et cette nation islamique tant rêvée. Ces partis qui se réclament de la religion débattent sans complexe de la corruption, du développement économique ainsi que des grandes valeurs qui régissent la société telles la justice, l’égalité des chances, l’équité…Mais dès qu’il s’agit de l’école ou de la langue, ils sortent aussitôt leurs crocs et révèlent leur véritable nature et leurs véritables desseins, à savoir maintenir des générations entières dans un apprentissage dénué de tout esprit critique, basé sur le respect et l’observation stricts des préceptes religieux. En un mot, une école qui forme des croyants et non des citoyens parés aux difficiles défis du troisième millénaire. Or, Dieu seul sait que les temps à venir vont être très durs, notamment avec la raréfaction des ressources. C’est dire qu’il faut préparer les générations à venir à innover et à être très créatifs. Et ce n’est pas cette école qui va s’en charger. De l’autre côté, il y a les démocrates qui, d’alliances suspectes en compromissions, ont toujours dénoncé le caractère antidémocratique des élections et la «mascarade» qui se prépare mais y participent quand même. Ces calculs des uns et des autres ont pour but de décrocher quelques sièges tout en restant fermes dans ces positions. Mais personne n’est dupe. Et l’électorat a appris à discerner d’entre les marchands de rêves et les autres.