Biskra: La diversité offerte par le tourisme saharien, un autre facteur d’attractivité

0
22

La wilaya de Biskra se singularise, en matière de tourisme saharien, par la grande diversité de l’offre et des activités proposées, faisant de cette région une destination touristique privilégiée, comme observé chaque année en hiver.

La capitale de Ziban connaît, en effet, un afflux remarquable de touristes nationaux et étrangers pour lesquels elle organise des circuits de découverte et des itinéraires touristiques à la hauteur des atouts de la région de Biskra, considérée comme la porte du désert, a indiqué le directeur du tourisme, Abdelaziz Boubidi. Ce responsable a souligné que Biskra, qui devient, entre octobre et avril, une destination touristique par excellence, reçoit des dizaines de délégations de touristes de l’intérieur du pays, ainsi que de l’étranger. Il a estimé que la diversité des itinéraires touristiques dans cette wilaya, classé dans le plan national du tourisme comme une zone touristique par excellence, répond aux différentes attentes des visiteurs de par ses sentiers touristiques naturels, ses stations thermales, ses sites de montagne et ses oasis verdoyantes, en plus du tourisme rural, culturel et religieux.Les itinéraires proposés permettent des escales particulièrement appréciées, notamment par ceux qui les découvrent pour la première fois, à l’image du pont Romain et de la Dechra rouge, dans la commune d’El Kantara, à l’est de la wilaya. Les visiteurs aiment également à se promener, à camper et à se divertir dans les zones montagneuses des communes d’Ain Zaâtout et de Mchouneche, ainsi qu’à profiter des paysages naturels et des dunes de sable dans les communes d’El Hadjeb et d’Oumache, ou encore des oasis de palmiers dattiers à Tolga et au village de Fateh Okba boun Nafi’ El Fihri dans la commune de Sidi Okba.Plusieurs sites historiques ne sont pas en reste, à l’exemple du musée régional Colonel Mohamed-Chabani de la Wilaya VI historique, témoin des sacrifices et de l’héroïsme des combattants de la liberté, lors de la Révolution.S’agissant des sites naturels et des « curiosités » urbaines, les touristes et les visiteurs de la ville de Biskra prennent souvent quelques instants de repos dans le jardin Landon, un parc créé par le comte Albert Landon de Longeville, vers 1872, pour y acclimater différentes espèces végétales méditerranéennes et tropicales. L’on dit que le comte de Longeville a été impressionné par l’atmosphère des lieux, mais surtout par le climat qui l’aurait aidé à faire face à un asthme sévère.Bien d’autres lieux confirment la grande diversité des atouts touristiques des Ziban. Le plaisir de déambuler aux alentours du jet d’eau stylisé de Djenane El Baylek, un havre de beauté et de sérénité, ainsi que l’agrément que peut procurer une promenade dans les sites naturels et archéologiques en sont un parfait exemple.Les amoureux du beau, surtout lorsqu’ils penchent vers le « shopping utile », profitent de l’occasion de leur visite pour explorer des espaces d’activités commerciales, comme ces expositions parmi lesquelles le salon national de l’artisanat et des métiers régulièrement organisé par la chambre locale de l’artisanat.Le directeur de wilaya du tourisme a fait part de « nombreux indices de reprise du secteur », palpables depuis la fin de la pandémie de Covid-19, d’autant que Biskra dispose à l’heure actuelle de structures hôtelières, publiques et privées, offrant près de 3.000 lits, appuyées par une large disponibilité de moyens de transport et des dizaines d’agences de tourisme qui organisent des randonnées pédestres et des virées, en groupes, vers différents sites touristiques pour faire découvrir certaines richesses cachées, aussi bien à Biskra-ville que dans les autres agglomérations de la wilaya.

Les stations thermales, l’autre destination favorite pour des milliers de touristes

Les stations thermales disséminées sur le territoire de la wilaya de Biskra, en particulier Hammam Essalihine, sont également devenues une destination favorite pour des milliers de visiteurs qui s’y rendent pendant la période hivernale, individuellement, en famille et en groupes, tout au long de la semaine, histoire de profiter d’eaux chaudes indiquées pour le traitement naturel d’un certain nombre de maladies telles que l’arthrite, les rhumatismes, les maladies de la peau et les allergies, selon le directeur de wilaya du tourisme.Selon ce responsable, la wilaya de Biskra, où les structures d’accueil vouées au tourisme thermal se sont notablement développées, dispose de deux complexes touristiques thermaux, au chef-lieu de wilaya et dans la commune d’El Hadjeb. Des structures qui seront prochainement renforcées par l’ouverture de deux nouveaux complexes thermaux et d’un hôtel dédié au tourisme thermal, en cours de réalisation, pour porter la capacité d’accueil pour cette branche du tourisme à plus de 700 lits.Il convient de noter que l’augmentation de la demande en matière de tourisme, dans les régions des Ziban, devenues une destination touristique par excellence, coïncide avec l’expansion des investissements dans le domaine hôtelier, neuf (9) projets étant en cours de réalisation dans la wilaya pour s’ajouter aux quatre (4) structures récemment réceptionnées et aux deux (2) hôtels de statut privé devant être mis en service très prochainement, selon M. Boubidi.Une visite touristique dans la wilaya de Biskra ne serait pas, toutefois, tout-à-fait complète sans une escapade au marché aux dattes, ou sans une halte, même très courte, devant les marchands de dattes qui foisonnent au bord des routes, pour s’offrir une grappe de « Deglet Nour ». Si cette dernière variété, la « Deglet Nour » en l’occurrence, reste la reine incontestée de ce fruit et de nombreuses autres espèces, pas toujours aussi connues (mais non moins délicieuses), regorgent dans la région.

Djamel T / Ag