Tournée du secrétaire d’Etat américain au Moyen-Orient: Nouvelles frappes meurtrières israéliennes à Ghaza, Blinken attendu dans la région

0
57

Antony Blinken, dont le pays est le principal soutien d’Israël, devrait quitter, dimanche, Washington, pour le Moyen-Orient pour soutenir ces tractations.

Il doit se rendre au Qatar, en Egypte, en Israël, en Cisjordanie occupée et en Arabie saoudite. Son homologue français Stéphane Séjourné s’est entretenu, dimanche au Caire, avec le Président Abel Fattah al Sissi, dans le cadre d’une tournée régionale axée sur les mêmes tractations. Le Hamas qui a pris le pouvoir à Ghaza en 2007, exige un cessez-le-feu définitif. Ce que refuse le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu malgré la pression croissante des proches d’otages qui ont à nouveau manifesté, samedi soir à Tel Aviv, pour réclamer le retour des otages et la démission du gouvernement. Sur d’autres fronts dans la région, les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont mené de nouvelles frappes, samedi soir, contre des dizaines de cibles des rebelles Houthis au Yémen, en réponse aux attaques répétées de ces insurgés contre des navires en mer Rouge. Les Houthis disent mener ces attaques «en solidarité» avec les Palestiniens à Ghaza. «Washington et l’occupation sioniste (israélienne, ndlr) portent la pleine responsabilité des répercussions» des frappes au Yémen, a dit le Hamas.

Des enfants palestiniens au milieu des décombres d’un bâtiment détruit par des bombardements israéliens, le 4 février 2024

Plus de 120 Palestiniens ont été tués dans des frappes israéliennes dans la bande de Ghaza ces dernières 24 heures, a indiqué, dimanche, le Hamas, avant une nouvelle mission du secrétaire d’Etat Antony Blinken au Moyen-Orient axée sur les tractations en vue d’une trêve. Alors que la guerre entre dans son cinquième mois le 7 février, l’armée israélienne a poursuivi ses bombardements sur Khan Younès, la grande ville du sud où selon Israël se cachent des responsables du mouvement islamiste palestinien Hamas. À La Croix, ce sont plus de 100 journalistes qui travaillent à fournir une information de qualité précise et vérifiée. Selon un journaliste de l’AFP, des frappes aériennes ont également visé Rafah, à quelques kilomètres plus au sud où s’entassent, selon l’ONU plus de 1,3 million de personnes ayant fui les combats et les bombardements qui ont dévasté la bande de Ghaza assiégée. Selon l’UNICEF, les conditions de vie des enfants sur place sont catastrophiques, les rendant plus vulnérables aux maladies. Par ailleurs, 90% d’entre eux souffrent de malnutrition, selon l’organisation. Une frappe a touché un jardin d’enfants où ont trouvé refuge des déplacés dans la ville surpeuplée de Rafah, située à la frontière fermée avec l’Egypte, a affirmé le bureau de presse du gouvernement Hamas. Les craintes s’amplifient face à une possible offensive militaire contre cette ville qui comptait 200 000 habitants avant la guerre et où les déplacés installés dans des abris et des campements de fortune sont menacés par les pénuries et les épidémies. A travers le petit territoire de quelque 2,4 millions d’habitants, au moins 127 personnes ont été tuées ces dernières 24 heures, a indiqué le ministère de la Santé du Hamas. Ce dernier fait état quasi-quotidiennement de la mort d’une centaine de Palestiniens dans les bombardements israéliens et dans les combats entre l’armée israélienne et le Hamas, considéré comme une organisation terroriste par les Etats-Unis et l’Union européenne.

Ghaza : plus d’un million de Palestiniens sans abris, constate la Banque mondiale

La Banque mondiale a affirmé que près de 45% des bâtiments résidentiels ont été complètement détruits et près d’un million de personnes ont perdu leurs maisons dans la bande de Ghaza. Dans un rapport repris, samedi, par l’agence de presse Wafa, la Banque mondiale a précisé que «34 000 maisons sur 55 000 ont été complètement détruites suite à l’agression en cours contre la bande de Ghaza, depuis le 7 octobre, avec un taux de destruction d’environ 60%». Elle a fait observer, dans le même registre, que «les forces d’occupation sionistes ont délibérément détruit tous les aspects de la vie, y compris les quartiers, les zones résidentielles, les écoles, les hôpitaux, les banques, les marchés, les boulangeries et autres», mentionnant qu’elle détenait des images satellitaires qui montrent clairement l’ampleur de destruction totale des bâtiments dans plusieurs endroits de la bande de Ghaza. Vendredi, le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA) a alerté sur l’exode massif des milliers d’habitants de la bande de Ghaza vers la ville de Rafah, en raison de l’interruption des bombardements sionistes. «Ces derniers jours, des milliers de Palestiniens ont fui vers le sud, à Rafah, qui accueille déjà plus de la moitié de la population de Ghaza, soit quelque 2,3 millions de personnes», a déclaré, vendredi, Jens Laerke, porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA). Le bilan de l’agression sioniste contre la bande de Ghaza et la Cisjordanie occupée est passé, vendredi, à 27 131 martyrs et 66 287 blessés, selon les autorités sanitaires palestiniennes.

Ahsene Saaid / Ags