Renforcement du système juridique national: «Orienter la société sur la voie de l’édification de l’Algérie nouvelle», affirme le président de l’APN

0
113

Le président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Brahim Boughali a affirmé, mardi à Alger, que le renforcement du système législatif national par une série de lois, visait à protéger la société et à l’orienter sur la voie de l’édification de l’Algérie nouvelle.

S’exprimant à l’issue du vote de trois projets de loi, M. Boughali a déclaré que «notre pays œuvre à travers l’élaboration de ces lois, à protéger les forces vives de la société et les orienter sur la voie de l’édification de l’Algérie nouvelle qui honore ses rendez-vous importants et assume pleinement les rôles qui lui incombent en tant que force dont le poids et l’importance sont connus de tous». Il a tenu à souligner «le contexte général» dans lequel l’APN a examiné le projet de loi relatif à la prévention contre la drogue, précisant que l’Algérie «n’a eu de cesse de faire face à des tentatives visant à l’inonder de différents types de stupéfiants, notamment dans les milieux juvéniles». Quant au projet de loi relatif à la prévention contre la traite des personnes, le président de l’APN a indiqué qu’il a apporté «une valeur ajoutée» en matière d’adaptation du système juridique aux exigences de lutte contre ce phénomène qui s’est «amplifié et constitue aujourd’hui un défi juridique et humanitaire pour toutes les communautés». S’agissant du projet de loi organique relatif à l’information qui a été adopté par les députés de l’APN, M. Boughali a relevé que son élaboration témoigne de «l’attachement» du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, «à faire du texte un guide pour les travailleurs du secteur en vue d’avoir davantage de professionnalisme et d’assurer leurs droits». Le président de l’APN a affirmé que l’adoption de ce projet de loi permettra «aux hommes de ce pouvoir de jouer pleinement leur rôle de transmettre les informations et donner une image honorable de l’Algérie pour défendre son approche et ses positions», surtout que «nous vivons un essor technologique extraordinaire ayant fait de cette profession l’une des armes les plus dangereuses pour mener des guerres en cette ère moderne».