Réforme du Conseil de sécurité: L’Afrique veut une réforme qui lève l’injustice historique à son égard

0
108

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, M. Ahmed Attaf a affirmé, lundi à Alger, que l’Afrique veut une réforme du Conseil de sécurité qui lève l’injustice historique qui lui est imposée et place cet organe onusien à l’abri des tiraillements et des divisions qui ont occulté son rôle, soulignant que c’est tout le système international qui est lésé à travers la marginalisation de l’Afrique au sein de ce conseil.

Dans son allocution d’ouverture des travaux de la 11e Réunion ministérielle du Comité des dix chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union africaine (C10) sur la réforme du Conseil de sécurité des Nations unies, au Centre international de conférences (CIC) Abdelatif-Rahal (Alger), M. Attaf a indiqué que cette rencontre « se tient, aujourd’hui, dans un contexte international d’une gravité et d’une complexité extrêmes, un contexte qui a remis au premier plan des priorités impérieuses, le dossier de la réforme de l’organe central de notre organisation onusienne, à savoir le Conseil de sécurité. » Le ministre a également indiqué que la réforme du Conseil de sécurité international « est souhaitée et revendiquée par tous, mais pas avec la même mesure ni avec les mêmes objectifs nobles et constructifs sur lesquels repose la position africaine commune », soulignant que « l’Afrique veut une réforme qui élimine l’injustice historique qui lui est imposée, étant le seul absent aux sièges permanents du Conseil, et le moins représenté aux sièges non permanents au sein du même Conseil ». Et d’ajouter: « L’Afrique veut une réforme qui redonne au Conseil son rôle et son efficacité dans le sillage des crises et des conflits successifs qui s’accumulent, aux niveaux régional et international et face à la stérilité des initiatives diplomatiques pour l’élaboration des solutions et règlements escomptés ». « l’Afrique, a-t-il insisté, veut une réforme qui place le Conseil à l’abri des tiraillements, des divisions et des polarisations qui ont occulté son rôle à un moment où l’on peut dire que le monde entier a besoin, plus que jamais, de ce mécanisme onusien central, en tant que garant de la légitimité internationale et des principes du droit international et en sa qualité de premier responsable de la sécurité du monde. M. Attaf a rappelé qu’il y a de nombreux exemples qui témoignent de la situation grave et exceptionnelle que traversent les relations internationales à l’heure actuelle, soulignant que « Ghaza, résistante et résiliente, fait face à une guerre génocidaire depuis plus de huit mois, sans que le Conseil de sécurité puisse mettre fin à l’agression israélienne féroce qui lui est infligée, ou tout au moins lui fournir les moyens de secours et de survie ». « Notre continent connaît une recrudescence inquiétante des foyers de tension et de conflit qui affectent ses cinq régions, sans exception, au milieu des risques croissants d’ingérence étrangère devenue désormais un élément clé pour attiser les conflits et nourrir les divisions entre les enfants d’une même nation et d’une même organisation », a-t-il dit, soulignant que « le monde dans sa globalité connaît un déséquilibre des forces, un recul des valeurs et un recours croissant et préoccupant à la force au détriment des intérêts communs et du respect mutuel selon les principes de +l’intérêt général international+ ».

« Si une telle situation, avec tout ce qu’elle peut entrainer comme risques et conséquences, ne nécessite pas une réforme du Conseil de sécurité, alors quand et pour quelles autres raisons devrait-elle avoir lieu? », s’est interrogé le ministre, précisant que l’Algérie « croit fermement qu’une réforme du Conseil de sécurité s’impose aujourd’hui et pas demain, et que cette réforme n’aura de sens que si elle place au cœur de ses objectifs la satisfaction des revendications de l’Afrique, en distinguant le prioritaire de l’accessoire ».

M. Attaf a précisé que « ce que l’Afrique revendique travers le consensus d’Ezulwini et la Déclaration de Syrte revêt un caractère prioritaire clair et indiscutable », estimant que « les revendications africaines ne doivent pas rester otages de l’impasse actuelle dans les négociations gouvernementales sur la réforme du Conseil de sécurité en raison des positions divergentes des autres blocs, qu’il est difficile voire impossible de concilier ». « Avec autant de confiance et d’assurance, poursuit le ministre, nous estimons, en Algérie, que ce n’est pas seulement le continent qui est lésé à travers la marginalisation de l’Afrique au sein du Conseil de sécurité mais c’est tout le système international, soulignant que la voix de l’Afrique est connue pour ses positions équilibrées et judicieuses, pour son engagement total en conformité avec les règles régissant les relations internationales, et pour sa pleine adhésion à l’action internationale multilatérale dans tous ses volets, dimensions et objectifs ». Et de rappeler que « les précédentes expériences avaient prouvé que la force de notre continent n’est pas seulement dans ses richesses naturelles considérables et ses ressources humaines extraordinaires, mais elle réside particulièrement dans l’unité de ses positions et de ses rangs, et le ralliement de ses membres autour des valeurs, des principes et des objectifs communs ». Les derniers développements ont, selon le ministre, démontré « un élan international renouvelé qui atteste de la justesse et de la légitimité des revendications africaines relatives à sa représentation au Conseil de sécurité », un élan, a-t-il dit, que « nous devons renforcer pour consolider la position africaine commune ». »Ainsi, tout comme il a décroché récemment la représentation permanente au sein du G20, notre continent parviendra, sans nul doute, grâce aux efforts conjoints de l’ensemble de ses enfants, à réparer l’injustice qui lui est imposée depuis longtemps », a encore souligné M. Attaf ajoutant qu' »il est grand temps de mettre un terme à cette injustice de sorte à permettre à l’Afrique de se positionner comme acteur influent qui contribue en toute responsabilité à la préservation de la paix et de la sécurité internationales ».

Le Commissaire à la paix et à la sécurité de l’UA insiste sur l’impérative réforme du Conseil de sécurité

Le Commissaire aux affaires politiques, à la paix et à la sécurité de l’Union africaine (UA), Bankole Adeoye, a insisté, hier à Alger, sur l’impérative réforme du Conseil de sécurité des Nations unies, saluant le rôle de l’Algérie qui porte la voix de l’Afrique au niveau international. Dans une allocution prononcée à l’ouverture de la 11e Réunion ministérielle du Comité des dix chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union africaine (C10) sur la réforme du Conseil de sécurité des Nations unies, au Centre international de conférences (CIC) Abdelatif-Rahal, M. Bankole a mis l’accent sur les exigences de la réforme du Conseil de sécurité et les moyens de parvenir à une Afrique « forte et unifiée », saluant le rôle de l’Algérie, qui porte la voix de l’Afrique au niveau international et plaide pour la réforme du Conseil de sécurité. Il a en outre dénoncé la politique de deux poids deux mesures à laquelle se livrent certains pays à l’égard de plusieurs questions, notamment s’agissant de la Palestine, d’où la nécessité, a-t-il dit, d’une réforme du Conseil de sécurité.Aussi, a-t-il appelé à accélérer les négociations entre les pays africains concernant cette impérative réforme, insistant, à ce propos, sur l’application du Consensus d’Ezulwini, la Déclaration de Syrte et la feuille de route d’Oyala.Evoquant l’Agenda 2063, à la conception duquel l’Algérie a activement participé, le Commissaire à la paix et à la sécurité de l’UA a affirmé que ce plan directeur « droit être inclusif, efficace et en faveur du continent » pour parvenir à « une Afrique forte, unifiée et résiliente ».L’Agenda 2063 englobe les aspirations de l’Afrique pour l’avenir, notamment la paix et la sécurité, a-t-il précisé, citant, entre autres domaines prioritaires, « faire taire les armes en Afrique, la lutte antiterroriste, l’intégration continentale, la gouvernance et une meilleure représentation de l’Afrique à l’échelle internationale ».

Syntheses Zineb Outenkhi / Ag

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici