Plan d’action du gouvernement Ouyahia: rassure et s’engage

0
1361
Photo L'Echo d'Algérie@

Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a apporté, hier, à partir de 14h les réponses et les éclaircissements nécessaires aux questions et interrogations suscitées par les membres de la chambre haute du Parlement lors du débat général autour du plan d’action du gouvernement.

Ouyahia a, à cette occasion fait valoir les arguments qu’il a avancé pour une sortie de la crise socio-économique qui secoue le pays. Les membres du Conseil de la nation n’ont pas manqué de saluer les mesures contenues dans le plan d’action du gouvernement, présenté, lundi, par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, particulièrement les réformes devant être appliquées dans le secteur des finances et les nouvelles mesures prises pour soutenir la croissance, demandant par ailleurs des éclaircissement sur le mécanisme de financement interne non conventionnel, le premier ministre y a accordé une part importante de ses réponses.

Une feuille de route consignée dans un Décret présidentiel

Les réformes structurelles économiques et financières, qui accompagneront le financement non conventionnel, seront adossées à une «feuille de route consignée dans un Décret présidentiel», a indiqué, ce mercredi, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, en réponse aux préoccupations des membres du Conseil de la nation soulevées lors des débats sur le programme d’action du gouvernement. Abordant le financement non conventionnel, qui fait l’objet de l’amendement de la loi sur la monnaie et le crédit en vigueur, Ouyahia a affirmé qu’il n’avait pas de montant à indiquer à ce stade quant au niveau du montant des emprunts que le Trésor public contractera auprès de la Banque d’Algérie. Mais ces emprunts, a-t-il avancé, serviront à rembourser les dettes du Trésor public et à financer les dépenses d’équipements. Il a également tenu à préciser «qu’aucun dinar ne sera emprunté pour financer le Budget de fonctionnement». De plus, a-t-il poursuivi, les emprunts du Trésor public à la Banque d’Algérie seront accompagnés de réformes structurelles économiques et financières pour lesquelles une «feuille de route» sera consignée dans un Décret présidentiel, et un mécanisme indépendant de surveillance sera mis en place. Selon Ouyahia, «tout le monde pourra savoir et suivre, et le Parlement pourra contrôler le gouvernement sur le respect de ces réformes».

Le gouvernement tendra toujours la main aux partis de l’opposition

Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a affirmé, hier, à Alger, que le gouvernement «tendra toujours la main» aux partis de l’opposition, soulignant que les portes du Premier ministère «demeurent ouvertes» devant ces partis qui souhaitent un dialogue et un échange. «Je voudrai dire aux partis de l’opposition que le gouvernement leur tendra toujours la main. Bien sûr, nous avons et nous aurons une relation privilégiée avec la majorité présidentielle qui est notre base politique, comme cela se passe dans tous les pays démocratiques», a déclaré Ouyahia dans ses réponses aux interrogations soulevées par les membres du Conseil de la nation lors du débat sur le plan d’action du gouvernement. Il a ajouté que «ceci n’empêche pas la porte du Premier ministère de demeurer ouverte devant tous les partis de l’opposition qui souhaitent un dialogue et un échange, pour peu que cela se fasse dans le cadre d’un respect mutuel, et dans le respect des positions des uns et des autres». Par ailleurs, Ouyahia a assuré que le gouvernement «veillera à renforcer» sa relation «de complémentarité» avec les membres du Parlement. A ce titre, il a fait savoir que le cabinet de l’Assemblée populaire nationale et celui du Conseil de la nation «recevront sous peu, la liste des conseillers de chacun des ministres et du Premier ministre qui seront responsables du suivi des relations avec les membres du Parlement». Il a également indiqué que le ministre de l’Intérieur avait déjà instruit les walis et les walis-délégués de recevoir les membres du Parlement, mais aussi de les tenir informés des programmes et des initiatives locales. «En effet, nous avons besoin de travailler ensemble, gouvernement, parlementaires et autres forces disposées à le faire, à sensibiliser et à mobiliser notre peuple pour dépasser la crise financière actuelle et pour transformer cette situation passagère en sursaut pour plus d’efforts dans la construction économique et pour plus d’esprit civique dans la gestion de la cité», a conclu Ouyahia.

Grâce aux nouvelles raffineries, aucune importation de carburant dans quelques années

L’entrée en activité prochaine des projets de raffineries permettra de cesser les importations des carburants dans quelques années, a affirmé mercredi le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, en réponse aux préoccupations des membres du Conseil de la nation soulevées lors des débats sur le programme d’action du gouvernement. A ce propos, il a indiqué que 11,5 millions tonnes de carburants sont raffinés en Algérie. Mais la consommation, qui a explosé ces dernières années, a atteint 15 millions de tonnes de carburants annuellement. Pour combler ce déficit, un volume de 3,5 millions de tonnes de carburants/an est importé actuellement, selon ses chiffres. Mais «cela cessera dans quelques années» grâce à l’entrée en activité prochaine de plusieurs raffineries, a-t-il avancé. Ainsi, a détaillé le Premier ministre, la raffinerie d’Alger sera livrée en décembre 2018 tandis que les travaux de réalisation de la raffinerie de Hassi Messaoud seront entamés en janvier 2018. En outre, l’appel d’offres pour la raffinerie de Tiaret sera lancé «très bientôt». «Une fois toutes ces réalisations finies, le pays deviendra exportateur de carburants», a soutenu le Premier ministre. Pour rappel, l’Algérie importe pour plus d’un milliard de dollars de carburants.

Le gouvernement n’envisage pas de taxe pour les Algériens qui se rendent à l’étranger

Le gouvernement n’envisage pas d’imposer une taxe pour les Algériens qui se rendent à l’étranger, a affirmé, hier, à Alger, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia dans ses réponses aux interrogations soulevées par les membres du Conseil de la nation lors du débat sur le plan d’action du gouvernement. «Je profite de l’occasion pour préciser que le gouvernement n’envisage pas de taxe sur les Algériens qui se rendent à l’étranger», a déclaré Ouyahia lors d’une séance plénière présidée par Abdelkader Bensalah, président du Conseil de la nation en présence des membres du gouvernement. Dans le même sillage, le Premier ministre a rappelé que l’Etat avait accordé d’importants avantages au secteur du tourisme depuis 2009, citant, entre autres, l’exonération sur une durée de 10 ans de l’IBS (impôt sur le bénéfice des sociétés) ou sur la TAP (taxe sur l’activité professionnelle). Concernant les réalisations enregistrées dans le secteur, il a précisé qu’entre 2011 à juin de l’année en cours, 374 nouveaux hôtels ont été inaugurés avec plus de 32 000 chambres, ajoutant que 582 nouveaux hôtels avec 75 000 lits sont en chantier. Citant d’autres réalisations, il a rappelé l’ouverture d’une Grande école internationale d’hôtellerie et la remise à niveau des hôtels publics.

Les pensions de retraites «seront toujours payées»

Les pensions de retraites «seront toujours payées» malgré les «graves difficultés» financières du système de retraite, a assuré, ce mercredi, à Alger, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia. «Je tiens à rassurer les retraités que leurs pensions seront toujours payées», a affirmé Ouyahia dans ses réponses aux interrogations et remarques soulevées par les membres du Conseil de la nation lors du débat sur le plan d’action du gouvernement, précisant que «face aux graves difficultés financières du système retraite, le gouvernement a arrêté des mesures qu’il soumettra dans l’avant-projet de Loi de finances 2018». Parmi ces mesures, il a expliqué que «le gouvernement inscrira 500 milliards de dinars à verser à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNAS) pour lui rembourser une partie des montants qu’elle a prêtés à la Caisse nationale de retraite (CNR)».

302 000 logements livrés en 2017 et 341 000 pour 2018

La livraison de logements pour toute l’année 2017 doit être de 302 000 unités dont 169 000 jusqu’à fin août 2017, a indiqué, hier, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, en réponse aux préoccupations des membres du Conseil de la nation soulevées lors des débats sur le programme d’action du gouvernement. Selon ses prévisions, le nombre de logements qui seront livrés sur les deux prochaines années sera de 341 000 unités en 2018 et de 353 000 en 2019. Ainsi, entre 2017 et 2019, Plus d’un million de logements auront été livrés, s’ajoutant aux 3,7 millions déjà distribués, a-t-il précisé. Concernant l’habitat rural, 100 000 logements sont livrés en 2017 dont 92 000 unités jusqu’à fin août 2017. Quant aux prochaines années, il est prévu la livraison de 114 000 logements ruraux en 2018 et de 120 000 autres en 2019.

Modernisation de la gouvernance sous la conduite du Président Abdelaziz Bouteflika

Tout en exprimant la détermination de l’Exécutif à poursuivre le développement socio-économique du pays dans le cadre de la mise en œuvre du programme du président de la République, Ahmed Ouyahia avait affirmé que le gouvernement allait convaincre le peuple et l’opposition par «le travail et avec des preuves», assurant que l’Algérie poursuivra son développement économique et social, préserver la sécurité, la stabilité et l’unité du pays ainsi que la modernisation de la gouvernance sous la conduite du Président Abdelaziz Bouteflika «malgré les critiques de l’opposition».