Palestine: Une autre phase d’une catastrophe humanitaire «est à nos portes», selon l’ONU

0
131

Le président de l’Assemblée générale des Nations Unies, Dennis Francis, a exprimé sa profonde préoccupation face à l’attaque sioniste contre la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Ghaza, affirmant qu’une autre catastrophe humanitaire «était à nos portes».

«Je suis profondément bouleversé par l’escalade militaire à Rafah, où plus d’un million de civils se réfugient déjà dans des conditions des plus désastreuses», a déclaré lundi Dennis Francis sur la plateforme «X».»Une autre phase de cette catastrophe humanitaire est à nos portes», a-t-il ajouté. Au nom de l’humanité, il a promis de continuer d’»appeler tous ceux qui ont de l’influence à faire tout leur possible pour aider à mettre fin à l’effusion de sang et à initier un dialogue significatif pour une paix durable».Depuis le 7 octobre dernier, l’armée sioniste mène une guerre dévastatrice dans la bande de Ghaza, faisant, selon un décompte arrêté mardi, 28 473 martyrs et 68 146 blessés, pour la plupart des enfants et des femme, en plus de milliers de disparus sous les décombres, selon les autorités palestiniennes et l’ONU.La guerre génocidaire en cours a provoqué également le déplacement de 85 % de la population de Ghaza, en raison de graves pénuries de nourriture, d’eau potable et de médicaments, tandis que 60 % des infrastructures de l’enclave ont été endommagées ou détruites, selon l’ONU.

La paix et la stabilité dans la région passe par la création d’un Etat palestinien a réitéré Erdogan

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a réitéré mardi que la paix et la stabilité dans la région ne peuvent être assurés que par la création d’un «Etat palestinien indépendant, souverain et unifié», a rapporté l’agence de presse turque Anadolu.Dans une allocution devant les participants au Sommet Mondial des Gouvernements, Erdogan a indiqué que «si l’entité sioniste veut une paix durable, elle doit cesser de poursuivre ses ambitions expansionnistes et accepter l’existence d’un Etat palestinien indépendant basé sur les frontières de 1967».Il a ajouté, dans le même sillage, que «le chemin pour la paix, la prospérité et le développement économique dans notre région passe par la création d’un Etat palestinien».Il a fustigé, à cet égard, la fuite en avant de l’entité sioniste, en transgressant le droit international, notamment les dernières décisions de la Cour Internationale de Justice (CIJ).»L’entité sioniste qui se croit au-dessus du droit international, n’a pas abandonné sa politique de vol, confiscation, destruction et massacre qu’elle mène depuis des décennies», a-t-il, en outre, dénoncé, soulignant qu’»une véritable solution dans la région ne peut être trouvée sans un plan qui intègre la création d’un Etat palestinien».»Toute initiative qui ne trouve pas ses fondations dans la création d’un Etat palestinien indépendant, souverain, avec El Qods-Est comme capitale, sera incomplète», a-t-il défendu.Il a appelé, par ailleurs, les Etats ayant suspendu leur soutien au profit de l’Agence des Nations-unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) à revenir sur leur décision.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici