Nouvel an amazigh: Le président de la République soucieux de préserver les composantes de l’identité nationale

0
8

Le Secrétaire général (SG) du Haut commissariat à l’amazighité (HCA), M. Si El-Hachemi Assad, a mis en exergue, hier  à Alger, le souci du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, de « préserver et consolider les composantes de l’identité nationale », rappelant que c’était « l’un de ses 54 engagements».

Donnant, au Cercle national de l’Armée de Béni Messous, le coup d’envoi du programme officiel des festivités du nouvel an amazigh (Yennayer 2974/2024), célébré le 12 janvier, M. Assad a adressé ses remerciements au « président de la République pour son parrainage des festivités nationales de Yennayer, parallèlement à la 4e édition du Prix de la littérature et de la langue amazighes, prévue jeudi au Centre international de conférences (CIC) Abdelatif-Rahal, preuve s’il en est, a-t-il dit, du souci du président de la République de préserver et de consolider les composantes de l’identité nationale, un de ses 54 engagements ». Lors de cette rencontre, qui s’est déroulée en présence du conseiller du président de la République chargé des organisations non gouvernementales et des droits de l’Homme. M. Hamid Lounaouci, du président du Conseil supérieur de la jeunesse (CSJ), M. Mustapha Hidaoui, et de représentants de différentes instances, le SG du HCA a souligné que « la wilaya d’Alger a été choisie pour abriter ce grand événement, placé sous le slogan +Yennayer, trésor culturel authentique et creuset du développement durable+, en ce qu’elle incarne clairement cette référence séculaire dont nous devons être fiers en tant qu’Algériens et ce legs commun que nous devons mettre au service de la consolidation de la cohésion nationale ».Le programme des festivités du nouvel an amazigh se décline en plusieurs volets, dont « Souk Yennayer » à Alger, qui met à l’honneur le patrimoine culturel national à travers des stands d’artisans et de start-up s’intéressant à la valorisation du patrimoine national et à la promotion de la langue et de la culture nationale dans le but d’encourager les jeunes universitaires à s’intéresser davantage à ce domaine fertile, a fait savoir M. Assad. « Des ateliers thématiques scientifiques et de formation dans les domaines de la traduction et de la recherche onomastique sont également prévus au profit des chercheurs et des personnes intéressées par la langue et la culture amazighes », a-t-il ajouté, citant « l’ouverture de nouvelles spécialités de recherches sur les dimensions historique et culturelle de l’identité algérienne, à travers le legs culturel national Yennayer, en insistant sur l’importance de débattre de la pluralité culturelle et du multilinguisme dans le cadre de l’avant-projet d’Atlas linguistique algérien ».M. Assad est revenu, en outre, sur « les différents acquis réalisés par l’Algérie dans les domaines culturel, cognitif et éducatif, et ce, dans le cadre de l’intérêt porté par l’Etat et ses institutions concernées aux  symboles de notre identité nationale et de notre référence historique, et dans l’esprit du préambule de la Constitution de novembre 2020, où il est mentionné que « le peuple algérien est un peuple libre, décidé à le demeurer » et « son histoire, plusieurs fois millénaire, est une longue chaîne de luttes qui ont fait toujours de l’Algérie une terre de liberté, de fierté et de dignité ».M. Assad a souligné « la continuité de la mobilisation institutionnelle pour inculquer aux jeunes ces nobles valeurs d’amour de la patrie et de préservation de l’héritage culturel national, afin de renforcer le sentiment d’appartenance à une nation séculaire garantissant la sécurité identitaire linguistique, conformément à la religion qui a toujours prôné la coexistence et banni les facteurs de division ». »Suivant cette orientation institutionnelle, nous œuvrons sereinement et sans précipitation ni improvisation, mais résolument et avec responsabilité en faveur de la consécration des dispositions de la Constitution, car l’amazighité restera un élément de cohésion sociale et un héritage commun à tous les Algériens », a soutenu le SG du HCA. Pour sa part, le wali d’Alger, M. Mohamed Abdenour Rabehi, a estimé que l’organisation des festivités du nouvel an amazigh 2974 dans la capitale « embellira davantage Alger la bien gardée et permettra à ses habitants et ses visiteurs de découvrir le riche patrimoine culturel matériel et immatériel de toutes les régions du pays ».