Lutte contre les feux de forêt: Une nouvelle stratégie basée sur la veille et l’anticipation

0
215

Ayant tiré les leçons de l’expérience des années précédentes, l’Etat semble avoir pris les devants dans la lutte contre les feux de forêt avec l’adoption d’une nouvelle stratégie basée sur la veille et l’anticipation et un dispositif doté de tous les moyens nécessaires.

Coprésidant avec le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Brahim Merad, la cérémonie d’installation de la Commission nationale de protection des forêts (CNPF) pour 2023, le ministre de l’Agriculture, Abdelhafid Henni, a assuré de «la mobilisation de toutes les ressources humaines et matérielles au niveau des 40 wilayas concernées par la lutte contre les feux de forêt, à travers plusieurs opérations ayant touché divers secteurs».

Ces opérations prévoient l’aménagement et l’entretien des tranchées pare-feu par la Direction générale des forêts (DGF), des tranchés sous les lignes de haute tension électrique par Sonelgaz, et des abords des lignes ferroviaires à proximité des forêts, outre l’aménagement des points d’eau qui sont un élément important dans les opérations d’extinction. Il s’agit également de l’installation de 40 comités opérationnels de wilayas, 468 de daïras, 1336 de communes et 2672 comités des populations qui jouent un rôle «important» dans l’alerte et la riposte précoce à tout départ de feu. Au plan opérationnel, M. Henni a fait état de la mobilisation de 387 tours de contrôle, de 544 brigades mobiles, de 42 camions-citernes pour l’approvisionnement en eau, et de 3523 points d’eau, en sus de 748 ateliers qui comptent 8294 agents pouvant être mobilisés en cas d’extrême nécessité. Dans le même sillage, il a fait état de la mobilisation de tous les moyens humains et matériels du Groupe génie rural (GGR), notamment les tracteurs et camions-citerne. Le ministre a également rappelé le renforcement du parc de la direction des Forêts cette année avec 80 camions anti-incendies (poids léger) portant le nombre à 324 camions. Par ailleurs,

M. Henni a mis en avant les programmes publics mis en place en faveur du secteur des forêts s’élevant à 37 opérations d’une valeur de plus de 12 mds de dinars. Ces programmes, explique le ministre, comprennent la levée du gel sur les opérations d’aménagement, d’ouverture de pistes et de tranchées pare-feu, d’installation de centres de surveillance et des points d’eau, outre l’acquisition de camions citernes et des équipements nécessaires à cet effet. M. Henni a tenu, à l’occasion, à rappeler l’importance de la sensibilisation à travers l’organisation des campagnes étudiées telle que la campagne nationale lancée sous le slogan «la protection des forêts, la responsabilité de tous» pour la sauvegarde du patrimoine forestier en collaboration avec les organisations de la société civile, les médias et des différents acteurs. Installée mardi dernier au siège du ministère de l’Agriculture, la CNPF est composée des représentants de 13 ministères et 11 entreprises nationales concernées par la protection des forêts. La Commission est chargée d’arrêter et d’actualiser le plan de lutte préventive et efficace contre les feux de forêt, les agents pathogènes et maladies des forêts, de mettre en place le programme des commissions de wilayas pour la préservation des forêts à partir de chaque campagne, d’étudier et d’exploiter l’évaluation finale sur la base des rapports qui lui sont transmis par ces commissions à la fin de chaque campagne. De son côté, le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Brahim Merad, a annoncé, jeudi dernier, l’acquisition d’un avion bombardier d’eau et l’affrètement de six autres dans les prochains jours, et ce, pour se préparer à faire face aux éventuels incendies durant la saison estivale. Il a précisé que le ministère de la Défense nationale a entamé les démarches nécessaires pour l’acquisition de quatre avions de fabrication russe, dont la réception a été retardée en raison des répercussions de la crise en Ukraine, ajoutant qu’un avion sera réceptionné dans les prochaines semaines, en plus de l’affrètement de six autres avec une équipe technique dans les prochains jours et du lancement d’un appel d’offres pour l’acquisition de six moyens porteurs de lutte contre les incendies, en application des directives du président de la République. Le ministre a affirmé que ses services veillent au renforcement des capacités matérielles et humaines de la Protection civile, en la dotant de l’élément humain spécialisé et des moyens nécessaires à l’accomplissement de ses missions, tout en assurant la répartition de ses unités à travers les différentes wilayas du pays.

Installée mardi dernier au siège du ministère de l’Agriculture,  la CNPF est composée des représentants de 13 ministères et 11 entreprises nationales concernées par la protection des forêts.

Dans ce contexte, il a évoqué la création de 50 équipes de première intervention spécialisées dans le sauvetage sous les décombres, comprenant plus de 5000 éléments d’intervention, et d’autres équipes de recherche et de sauvetage en milieu urbain (86 éléments par équipe). Il a été procédé, selon le ministre, au renforcement de ce dispositif par les groupes spécialisés dont la cynotechnique, répartis sur 26 wilayas, les groupes de reconnaissance et d’intervention en milieu périlleux (GRIMP) à travers 24 wilayas, et la création de 20 autres cellules d’intervention dans les accidents radiologiques, chimiques et biologiques, sans omettre le groupement aérien composé de plus de 20 pilotes et 87 techniciens pilotes. Concernant la lutte anti-incendie, plus de 765 unités d’intervention de la Protection civile sont mobilisées annuellement dans les zones forestières ainsi que 65 colonnes mobiles comportant 3770 éléments équipés de 650 camions anti-incendie de tous types, en sus de 6 hélicoptères relevant du groupement aérien de la Protection civile. Quant à l’évaluation de la disposition des services forestiers, le ministre a rappelé l’organisation annuelle d’une campagne de prévention à travers la création de retenues d’eau pour éteindre les feux, ainsi que l’ouverture des pistes et de tranchées forestières.

La Direction générale des forêts a recensé 387 tours de contrôle, 544 brigades mobiles, 748 ateliers de travail comptant 8294 agents mobilisables en cas de nécessité impérieuse, dotés des moyens nécessaires, dont 3523 points d’eau et 324 camions anti-incendie et 42 camions-citernes d’eau. Par ailleurs, le ministre de l’Intérieur a fait savoir que le Haut commandement de la Gendarmerie nationale a fait part de sa disposition à participer cette année aux côtés de la Protection civile et des services de forêts à travers la mobilisation de 22 hélicoptères dans les opérations de contrôle et de secours. Ainsi, pour renforcer l’intervention aérienne, il a été procédé à l’aménagement d’aires d’atterrissage des hélicoptères au niveau de 10 wilayas, en sus de la mobilisation de drones de fabrication locale pour les utiliser dans les opérations de surveillance et de prévention. Pour sa part, le ministère de l’Economie de la cConnaissance, des Start-up et des Micro-entreprises a lancé un recensement général des porteurs de projets et innovateurs dans le domaine des drones compte tenu de leur importance dans la lutte contre les feux de forêt, a annoncé la directrice des incubateurs au ministère, Nassima Arhab. Elle a indiqué que la Commission nationale chargée de l’octroi du label start-up, projet novateur et incubateur, avait enregistré depuis sa création, il y a deux ans et demi, plus de 5000 demandes de labélisation. Cette Commission a octroyé depuis 1400 labels, «un chiffre appelé à augmenter», a-t-elle ajouté. Sur les 1400 entreprises labélisées, plus de 150 ont bénéficié d’un financement, selon Mme Arhab, faisant observer que ce chiffre était une preuve que «la sélection est minutieuse», et soumise à des critères en lien avec l’innovation et l’approche économique de chaque entreprise.  Les entreprises ne bénéficiant pas de financement, sont, elles, «orientées vers les incubateurs, dont le nombre est passé de 14, avant la création du ministère, à 94 incubateurs publics et privés labellisés». La stratégie nationale de l’innovation a permis de «fournir des solutions innovantes dans de nombreux secteurs notamment les finances, l’assurance et l’énergie», a-t-elle ajouté. L’innovation ouverte est basée sur l’idée de financer un service dans le domaine économique et public en sous-traitant la recherche et le développement interne à des startup, ou encore recourir aux porteurs de projets innovants ou une recherche scientifique proposée dans l’un des laboratoires universitaires. «On compte des expériences réussies de start-up qui œuvrent actuellement à présenter des solutions innovantes en matière d’énergie, ainsi que des opérateurs économiques en la matière qui, petit à petit, renoncent à l’importation de certaines technologies», a fait savoir la même responsable. Pour rappel, le président de la République avait ordonné lors de la dernière réunion du Conseil des ministres le lancement d’un appel d’offre à destination des start-up pour la modernisation des outils et équipements dédiés à la surveillance du couvert végétal à travers des drones, et l’utilisation des technologies de pointe, conçues localement, pour la surveillance des espaces forestiers durant la saison estivale, et ce dans le cadres des mesures préventives adoptées pour lutter contre les feux de forêt.

T. Benslimane