Lors de l’achat en bourse d’une fraction du groupe espagnol Naturgy Energy: La « Sonatrach » peut  concurrencer le groupe énergétique Emirati, TAQA ?

0
228

Les batailles  au XXI-me siècle se déroulent sur le plan économique, une Nation n’étant écoutée et respectée dans  les relations internationales en ce monde turbulent et instable préfigurant d’importantes mutations géostratégiques et économiques que si son économie est concurrentielle, n’existant pas de sentiments dans la pratique des affaires mais que des intérêts.

1.-La négociation toujours en cours pas  d’accord définitif selon nos informations , donc ouvertes , du groupe Emirati   TAQUA porte essentiellement sur deux sociétés du groupe espagnol Naturgy Energy, à savoir  CVC Advisers Ltd 2 qui détient  une part de 20,72%  et le Holding espagnol Criteria qui est le principal prêteur de Caixabank qui détient 26,7.Naturgy Energy Group. S.A. est  une grande firme internationale qui  est spécialisée dans le traitement, le transport et la distribution de gaz naturel, et dans la production d’électricité. L’activité du groupe s’organise autour de 4 pôles :  achat, transport et distribution de gaz naturel : 386 479 GWh distribués en 2022, au travers d’un réseau de 136 272 km de gazoducs ; production et distribution d’électricité : 47 029 GWh produits et 34 033 GWh distribués au travers d’un réseau de 155 060 km de lignes électriques – transport et vente de gaz naturel liquéfié  et la    gestion et exploitation d’infrastructures de gaz et d’électricité. En 2023, -l’entreprise a réalisé des  revenus pour  22,69 milliards d’euros avec  des prévisions de 25, 54 milliards de dollars pour 2024.  Selon le site énergétique international  Zone Bourse- pour fin 2023  ( synthèse réalisée par le professeur Abderrahmane Mebtoul)   la ventilation des actionnaires est la suivante :  Fundación Bancaria Caixa d’Estalvis i Pensions de Barcelona  avec une part de 26,71%  avec  258960216 actions avec une valorisation de 5. 622 millions de dollars ( M $)    CVC Advisers Ltd 2 avec une part de 20,72% avec 200.568.658 actions et une valorisation de 4. 360 M $-    Global Infrastructure Management LLC avec une part de 20,64% , 200.137.868 actions et une valorisation de 4. 345 M $-     IFM Investors Pty Ltd. (Private Equity) avec une part  de 15,01% , 145.534.598 actions et une valorisation   3. 159 M $-   Government of Algeria 4,61% avec une part d’actions de 40. 349. 008 et une valorisation de 876 M $-    Naturgy Energy Group SA  avec une part de  0,9868%  , actions  8.. 695. 493   et la valorisation   de 189 M $-     Lyxor International Asset Management SAS   avec une part   de 0,1766% , actions 1. 712. 336 et la valorisation de 37 M $-     Azimut Capital Management SGR SpA avec une part  de  0,0930 %,  actions  902 014  et  la  valorisation 20 M $-     Universal-Investment-Gesellschaft mbH (Invt Mgmt) avec une part de 0,0762 %,    actions  738 792  et  la valorisation  16 M $-     Caixabank Asset Management SGIIC SA avec une part de  0,0748 % , actions 724 837   et la valorisation 16 millions de dollars (M $).   . Sonatrach qui détient seulement 4,61% au sein du groupe Naturgy Energy mais  qui est majoritaire dans    MEDGAZ gazoduc / Algérie -Espagne d’une capacité de 10,5 milliards de mètres cubes gazeux depuis 2023 et ce  après une opération d’acquisition de 19,10% des actions détenues par la compagnie espagnole CEPSA Holding , passant    de 42,96% à 51 %. En 2022,  MEDGAZ  a   enregistré un  chiffre d’affaires de 295,761 millions d’euros , une augmentation de plus de 19 % par rapport à l’année 2021, la cession d’actions étant une pratique normale conforme au droit du commerce international,  peut se porter acquéreur, le  prix de cession  dépendant de l’offre et de la demande de chaque repreneur potentiel . L’Algérie via Sonatrach   a les moyens financiers avec 69 milliards de dollars de réserves de change au 31/12/2023 et plus de 80 milliards de dollars en incluant les 173 tonnes d’or ,  ayant des entrées substantielles ayant réalisé   60 milliards de dollars en 2022, 50 en 2023  et des perspectives toujours à un cours moyen de 80/82 dollars le baril en 2024 de 50 milliards de dollars pourrait se porter en bourse pour l’achat d’actions au niveau de Naturgy Energy Group. . Cette société espagnole a une  capitalisation boursière le 10 mai 2024 au cours de l’action de 24,22 euros  de 23, 84505 milliards d’euros   soit  1,0888 dollars un euro 27, 0510 dollars.  Le montant de la transaction pour 40% donnerait 10,82 milliards de dollars et pour le rachat des deux sociétés principales 47,42% 12,82 milliards de dollars US. Sonatrach  comme elle l’a fait pour devenir majoritaire dans MEDGAZ courant 2020,  en ayant acheté 19,10% des actions détenues par la compagnie espagnole CEPSA,  pourrait  négocier   avec CVC Advisers Ltd 2 qui détient  une part de 20,72%  et le Holding espagnol Criteria qui est le principal prêteur de Caixabank qui détient 26,7%, soit respectivement  un montant  5,70 milliards de dollars et 7,22 milliards de dollars  ce qui lui permettrait de peser  au sein du conseil d‘administration.

2.- L’Algérie dispose de réserves De change de 69 milliards de dollars US  et plus de 80 milliards de dollars US  avec les  réserves d’or 173 tonnes qui d’ailleurs  en volume n’ont subi aucun changement ( voir Abderrahmane Mebtoul www.google.com 2007)  et des entrées en devises fonction du volume  exporté par Sonatrach et du cours international du pétrole et du gaz ( 92% d’entrée en devises et 98% avec les dérivées inclus dans la rubrique hors hydrocarbures de 5 milliards de dollars en 2023 pour plus de 67% ), les entrées de Sonatrach ayant été de 60 milliards de dollars en 2022, 50 en 2023 et des prévisions de 50 milliards de dollars pour 2024.et une  dette extérieure   faible moins de 1,6% du PIB. Selon le FMI en 2023  la liste des sept (7) plus grandes puissances économiques en Afrique – – en matière de PIB (% du PIB total) sont Égypte : 398,4 milliards USD (13,9 %) ; Nigéria : 390 milliards USD (13,6 %) ; Afrique du Sud : 380 milliards USD (13,3 %) ; Algérie : 224,1 milliards USD (7,8 %) ; Éthiopie : 155,8 milliards USD (5,5 %) ; Maroc : 147,3 milliards USD (5,2 %) ; Kenya : 112,8 milliards USD (3,9 . Avec un PIB de 267 milliards de dollars prévu en 2024, l’Algérie devrait se hisser sur le podium des trois plus grandes économies d’Afrique, derrière l’Afrique du Sud et l’Égypte, mais devant le Nigéria qui occupait cette position en 2023, et dont le PIB devrait s’établir à 253 milliards de dollars en 2024.  Pour l’instant, en ce mois de mai 2024,  Sonatrach   qui  selon le magazine britannique « The Economist »  entre 2022 et 2023  a été classée parmi les quinze plus grandes compagnies  pétrolières au monde  et  en douzième position en termes de production de pétrole et de gaz,  contribuant  à plus de 10 % du chiffre d’affaires total des 500 entreprises répertoriées  et accessoirement  Sonelgaz  sont les deux plus importantes sociétés algériennes, quelques  entreprises privées possédant un bon management stratégique existent mais étant pour des raisons historiques et du choix politiques, actuellement marginales.  Sous réserve de la levée du carcan bureaucratique et d’une gestion administrative dépassée afin  de libérer les énergies créatrices, ces deux sociétés ayant un ancrage international, peuvent créer  au niveau international des coentreprises ou joint-ventures qui  consistent en un contrat de collaboration entre deux ou plusieurs entreprises dans le but de mettre en commun une stratégie  avec la mutualisation des coûts et des risques ou des fonds souverains ( en anglais   sovereign wealth fund), ou fonds d’Etat qui est un fonds de placements financiers  détenu par l’Etat  gérant l’épargne nationale  et l’investissement dans des placements variés  (actions, obligations, immobilier) notamment à l’étranger contribuant à la diversification de l’économie nationale et à l’équilibre de la  balance des paiement et au montant des réserves de change( balance devises nette  positive  entre sorties et entrées ).  C’est que  Sonatrach et Sonelgaz ont investi dans la valeur la plus sûre la ressource humaine recelant d’importantes compétences technologiques et managériales en n’oubliant pas   les nombreux cadres de hautes valeurs retraités qui ne demandent qu’à servir le pays mais également  les compétences de la diaspora .L’Algérie devra  grâce à une formation pointue  faire émerger  les traders appelés  » market maker  » qui aideront à mettre  en place la négociation des produits financiers  et une véritable stratégie de markéting  avec des partenaires étrangers de renom contrôlant la technologie, les circuits financiers et de commercialisation au niveau mondial .D’une manière générale, il   est souhaitable que l’Algérie crée des fonds souverains  qui  sont des fonds d’investissement orientés  dans des actifs étrangers  pour diversifier l’activité économique, lui   permettant des entrées en devises appréciables , fonction du taux de profit largement supérieur souvent que le placement avec des intérêts qui sont faibles actuellement au niveau des banques internationales.  Selon Statistica de juin 2023 les plus importants fonds souverains sont par ordre : China Investment Compagny 1351 , SAFE Investment Compagny -Chine 1034 ( tous deux réunis pour la Chine 2385 milliards de dollars alors étant alors classé premier)  -les fonds souverains japonais 1425 milliards de dollars  – la Norvège 1375  milliards de dollars    -Abu Dhabi avoisine 999 milliards de dollars avant  – le Koweït 769 milliards de dollars – ,l’Arabie Saoudite 730 milliards de dollars -,la Corée du Sud   707 milliards de dollars -, le Qatar, 461 milliards de dollars d’actifs. Cependant , il  y a lieu  de ne pas  confondre le fonds souverain  et le niveau  des   réserves de change qui sont des avoirs détenus par les banques centrales  en devises étrangères y compris l’or , le stock d’or en Algérie n’ayant pas changé en volume depuis 2007 stagnant à 173 tonnes ( voir abderrahmane mebtoul google.com 2007/2008)  lui permettent de disposer de liquidités suffisantes pour conduire des opérations de change ou faire face à un déficit de sa balance des paiements. Ces réserves  sont  une condition nécessaire mais non suffisante au développement devant provenir de la création de la valeur et non d’une rente, devant transformer cette richesse virtuelle en richesses réelles : exemple les  USA première puissance économique mondiale ayant des réserves relativement fiable (source FMI novembre 2023) de 36,30 milliards de dollars . Les 15 pays ayant les  plus importantes réserves de change ne sont pas  forcément les pays les plus développés excepté la Chine et le Japon . Par ordre décroissant nous avons pour fin 2023 : la Chine 3171,87 milliards de dollars de réserve de change, , le Japon 1269,707, la Suisse 729,958 ; l’Inde 620,440, la Russie 592, 352, Taiwan 567,517, Arabie Saoudite 425,970, Hong Kong 404,600, la Corée du Sud 417,080, le Brésil 348,406, Singapour 344,072, Allemagne 319,063, Italie 244,547 et la France 243,070. Ce classement contraste avec celui du  produit intérieur brut PIB qui traduit la richesses créée en une année, mais devant le corriger par le nombre de population : ainsi USA et Europe pour moins d’un milliard d’habitants  accaparent plus de 40% du PIB mondial évalué en 2023 à plus de 101.000 milliards de dollars Nous avons les 15 plus grandes puissances économiques mondiales par ordre décroissant ( source FMI 2023) : USA  25462,70 milliards de dollars pour une population de 340 millions d’habitants, la Chine 17963,17 pour une population de 1,4 milliard , le Japon 4231,14 pour une population de 126 millions, l’Allemagne 40,7219 pour une population de 87 millions  , l’Inde 3385,09 pour une population dépassant la Chine depuis le 01 janvier 2024 plus de 1,4 milliard,  le Royaume Uni 3070,67 pour  une population de   69 millions,  la France 2782,91 pour une population 68 millions  ,la Russie 2240,42    pour une population de  145 millions  , le Canada  2139,84   pour une population de 40 millions , l’Italie 2010,43,  60 millions   le Brésil, 1920,10 pour ,une population de 204 millions  ,  l’Australie, 1675,42  pour une  population 27 millions ,  la Corée du Sud 1665,25 , pour une population  de 52 millions ,  le Mexique 14414,19,pour une population de 129 millions  l’Espagne 1397,51 milliards de dollars pour une population de 48 millions d’habitants

 En conclusion, il  faut se rendre à l’évidence  du fait des expériences internationales, dans la pratique des affaires  n’existant pas  de sentiments mais que des intérêts,  que des clauses contractuelles ne sont pas une fin en soi, la solidité de telles clauses n’étant pas évidente lorsque l’entreprise avec laquelle on contracte est cotée en Bourse. Ainsi la Sonatrach ou tout autre société , peut concurrencer   l’offre d’achat du  groupe énergétique Emirati,TAQA,  d’une fraction du groupe  espagnol   Naturgy Energy, il suffit d’’y mettre le prix, fonction de l’offre et de la demande .  Aussi  s’impose  des stratégies d’adaptation, étant dans un monde interdépendant  s’ orientant vers un monde multipolaire où  les BRICS pèsent avec les nouvelles adhésions  fin 2023 33% du PIB mondial  avec 50% de la population mondiale,  qui  sera dominé par les nouvelles technologies ( transition numérique), la transition énergétique afin de faire  face aux impacts négatifs du réchauffement climatique et   les marchés financiers à travers les transactions boursières  qui ont totalisé en 2023 100.000 milliards de dollars , niveau proche du PIB mondial.  Face à ces transformations , l’idée développée il y a de cela plusieurs années ( voir conférence à l’UNESCO 1993 du professeur Abderrahmane Mebtoul séminaire international Europe/Afrique) , d’une  bourse euro africaine  afin de dynamiser  l’investissement du continent dans le cadre d’un partenariat gagnant-gagnant  est  d‘une brûlante actualité.

A.M

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici