Le directeur du Bureau régional du PNUD souligne : «L’Algérie, premier pays arabe à avoir dépassé le seuil de 30 % de la représentation féminine

0
1269

Le directeur du Bureau régional pour les Etats arabes du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), Mourad Wahba a affirmé, ce samedi, à Alger, que l’Algérie «était pionnière en tant que premier pays arabe à avoir dépassé le seuil de 30% de la représentation féminine dans les assemblées élues».

Dans son allocution lors des travaux de la 1e journée de la Conférence internationale sur la promotion de la participation politique de la femme, organisée au Palais des nations au Club des Pins, Wahba a fait savoir que «l’Algérie était le 1er pays arabe à avoir dépassé le seuil de 30% de la participation féminine dans les assemblées élues», ce qui est considéré comme une participation «effective» de la femme à la prise de décision. Le responsable a également salué «l’expé- rience algérienne en matière de soutien à la lutte de la femme, par le renforcement de sa participation effective à la vie publique, notamment dans le processus politique en tant qu’électrice et élue».

«Le thème de la conférence revêt une grande importance dans le PNUD, car nous aspirons à ce que l’Algérie ait une contribution pionnière dans la consolidation de la participation politique de la femme, au niveau de la zone arabe et au delà de ses frontières, a indiqué le responsable onusien. Il a, en outre, salué «les révisions constitutionnelles éclairées» adoptées par l’Algérie, dans le but de réaffirmer l’engagement de l’Etat à prendre des mesures nécessaires à la consolidation de la participation féminine dans les assemblées élues et les législations «audacieuses qui ont concrétisé, par la suite, cet engagement sur le terrain, à travers l’application du système des quotas consacrés aux femmes sur les listes électorales». Le PNUD, poursuit le même responsable «coopère étroitement avec le gouvernement algérien pour soutenir ses politiques de progrès, visant le renforcement de l’égalité des sexes à la lumière des résultats obtenus lors des phases précédentes de la coopération en la matière».

«Il est important pour les Nations unies que la conférence soit organisée sous le haut patronage du président de la République, Abdelaziz Bouteflika», a encore affirmé le responsable onusien qui a souligné que «la conférence met l’accent sur la promotion des droits politiques de la femme, considérée comme l’une des grandes priorités de la réforme et du développement durable». Wahba a précisé que «le progrès réalisé dans le processus de l’égalité des sexes impacte positivement la concrétisation des objectifs du développement durable». Il a, par ailleurs, fait savoir que son institution «avait entamé une recherche élargie dans la région arabe, y compris l’Algérie, à l’effet de mieux comprendre les handicaps qui empêchent la participation effective de la femme à la prise de décision.