La LFC 2018 principal point à l’ordre du jour Réunion aujourd’hui du conseil des ministres

0
1281

 Après avoir été reporté plusieurs fois, le conseil des ministres devrait se réunir aujourd’hui sous la présidence du président Abdelaziz Bouteflika avec pour ordre du jour, la loi de finances complémentaire (LFC) 2018. Ce projet sera enfin examinée en Conseil des ministres où plusieurs questions dont essentiellement le tarif des documents électroniques seront examinés, selon des sources concordantes.

Pour rappel,  le Premier ministère Ahmed Ouyahia avait dénoncé des «spéculations  distillées autour du projet de loi de finances complémentaire, qui laissent croire que ce texte contient une augmentation des crédits budgétaires, Ce qui est absolument faux», avait affirmé le Premier ministère. Il avait précisé que le budget de fonctionnement pour 2018 demeure inchangé avec 4.584,4 milliards DA, duquel des rattachements de crédits ont été faits à partir de la provision budgétaire groupée appelée «charge commune» au profit de certains départements ministériels. A cet égard, une taxe douanière supplémentaire provisoire sur les importations des marchandises finies a été introduite dans la loi de finances complémentaire pour renforcer les mesures de protection de la production nationale et réduire la charge des importations sur la balance commerciale, avait annoncé lundi le ministre du Commerce, Saïd Djellab. Le recours du gouvernement à l’imposition d’une taxe provisoire au lieu d’une taxe permanente est dû au fait que les taxes provisoires répondent à une conjoncture exceptionnelle et sont d’une grande efficacité, alors que le changement des taxes permanentes pourrait refléter une image instable de  l’économie du pays, avait expliqué le ministre. Concernant la liste des marchandises interdites provisoirement à l’importation, le ministre a annoncé que les intrants de la production seront bientôt radiés de cette liste qui comprend actuellement 851 produits et appliquée depuis début 2018. Au sujet de l’impact de la réduction quantitative de l’importation sur la réduction de la facture d’importation qui a baissé de 6% lors du premier trimestre 2018 par rapport à la même période de 2017, M. Djellab a estimé que l’interdiction provisoire de l’importation de 851 produits avait obtenu des « résultats probants », tout en admettant que le recul du déficit commercial durant cette période était essentiellement dû à l’augmentation des recettes des exportations des hydrocarbures, grâce à la hausse des cours de pétrole. A titre d’exemple, précise le ministre, le pays a économisé une facture de plus de 300 millions de dollars lors du premier trimestre de cette année, grâce à la suspension de l’importation des téléphones mobiles, ainsi que l’économie d’une facture d’importations estimée à 340 millions de dollars, suite à la suspension de l’importation de la céramique.