Frappes sionistes à Damas: Bendjama appelle le Conseil de sécurité à «réagir avec fermeté»

0
1103

Le représentant permanent de l’Algérie auprès des Nations unies l’ambassadeur, Amar Bendjama, a appelé le Conseil de sécurité à «réagir avec fermeté» et de «manière décisive» à la suite de l’attaque aérienne sanglante menée lundi par l’entité sioniste contre les locaux diplomatiques de l’Iran en Syrie.

«Nos plus sincères condoléances vont au peuple et au gouvernement iraniens suite à la tragique frappe aérienne contre leurs locaux diplomatiques à Damas», a dit M. Bendjama lors d’une réunion mardi à New York du Conseil de sécurité onusien suite à l’attaque sioniste contre les locaux diplomatiques de l’Iran en Syrie ayant fait 13 morts dont sept militaires iraniens. «Cette attaque constitue une violation flagrante du droit international (qui garantit) l’inviolabilité des locaux diplomatiques et consulaires comme indiqué dans la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques et la Convention de Vienne sur les relations consulaires», a poursuivi l’ambassadeur. Et de souligner : «Une violation aussi grave des obligations internationales de la part de la puissance occupante israélienne ne peut être ni justifiée ni tolérée. Nous devons élever la voix contre les dangereuses implications de cette provocation qui pourrait conduire à une escalade des tensions dans la région, voire dans le monde.» «Le Conseil de sécurité de l’ONU doit réagir avec fermeté et de manière décisive à cette remise en question des principes fondamentaux de la souveraineté de l’Etat», a plaidé le diplomate. Pour M. Bendjama, le timing de cette attaque, survenue dans la foulée des pressions internationales pour un cessez-le-feu à Ghaza, réclamé par la résolution 2728 du Conseil de sécurité des Nations unies, «constitue un mépris délibéré pour les appels à la cessation des hostilités venant de l’ensemble de la communauté internationale». «Le but d’un tel acte est évident: répondre aux pressions internationales en intensifiant le conflit, qui prolonge le massacre des Palestiniens pour des calculs de politique interne», a-t-il enchaîné. L’ambassadeur a ajouté que «cet acte dangereux, de nature à entraîner toute la région dans un conflit, est évident et reflète la croyance en l’impunité de la puissance occupante israélienne, qui se considère au-dessus du droit international». «Ce double standard, où la puissance occupante israélienne ne tient pas compte des lois que les autres doivent respecter, sape les fondements mêmes de notre ordre international», a-t-il poursuivi avant de déplorer : «Ce comportement n’est pas à la hauteur de ce que nous attendons d’un membre responsable de notre organisation. Nous avons déjà souligné la nécessité de mettre un terme aux violations commises par les autorités d’occupation. Il est clair qu’elles méprisent le droit international.» «Vous devez abandonner votre illusion sur leur conduite. Certains ont même été troublés par le terme ‘attaques aveugles’. Que vont-ils dire sur le meurtre du personnel de World Central Kitchen?», s’est-il demandé en référence à l’assassinat lundi dernier de sept collaborateurs de cette ONG basée aux Etats-Unis, lors d’une frappe menée par les forces de l’occupation sioniste dans la bande de Ghaza. Il s’agit, selon M. Bendjama, d’un autre crime odieux commis par les forces d’occupation. «L’intégrité de notre ordre international est en jeu», a-t-il mis en garde avant de conclure: «Le choix est difficile: soit respecter les principes de la Charte des Nations unies et du droit international ou risquer de plonger dans le chaos et l’insécurité en raison d’un débordement régional. Le moment est venu d’agir résolument.»

Yasmine D. / Ag.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici