Examen du BEM: Des mesures de sécurité en prélude du bac

0
1313

Les épreuves du brevet d’enseignement moyen (BEM) débutent ce matin pour se poursuivre jusqu’à mardi. Mais d’orés et déjà un dispositif sécuritaire est mis en place devant les établissements qui serviront de centres d’examen pour les 566 221 candidats au total, dont 51,58% de filles.

A cet effet, le ministère de l’Education nationale s’est engagé à assurer un bon déroulement des examens, à travers des mesures strictes consistant à permettre aux élèves de passer l’épreuve dans la sérénité et le respect de l’éthique. La ministre avait affirmé que «toutes les mesures étaient prises pour garantir la crédibilité des examens scolaires nationaux, avec la contribution des secteurs concernés et les responsables locaux», précisant que ces mesures prévoient, notamment la sécurisation des examens dans le but d’assurer leur crédibilité et de garantir l’égalité des chances entre les élèves.

Parmi ces mesures, figurent, notamment l’interdiction de l’usage de téléphones mobiles et autres moyens de communication électroniques dans les salles d’examen. Mais malgré les assurances de Benghebrit, l’opinion en général et les parents en particulier retiennent leur souffle devant le risque de voir à nouveau se reproduire le scénario de la fraude. Pour l’examen de fin de cycle primaire, ex sixième, qui s’est déroulé la semaine dernière, un quart d’heure après le début de l’examen, les épreuves se baladaient déjà sur les réseaux sociaux. Heureusement qu’il n’y a pas eu d’impact, mais force est de voir que le dispositif de sécurisation était pris en défaut. Au plan pédagogique, il faut rappeler que les élèves qui auront obtenu une moyenne égale ou supérieure à 10/20 accèderont automatiquement en classe de première année secondaire sur la base de la moyenne décrochée à l’examen national et celle de l’évaluation continue de l’année.

Pour les candidats dont la moyenne est inférieure à 10/20, il sera fait appel aux notes du contrôle continu durant l’année scolaire pour décider de leur passage au secondaire, de leur redoublement, voire de leur exclusion. Quelque 7 680 détenus concerné par à l’examen Quelque 7680 détenus se présentent à l’examen du Brevet d’enseignement moyen (BEM) dont les épreuves débutent ce matin au niveau de 42 établissements pénitentiaires agréés par le ministère de l’Education nationale comme des centres d’examens officiels, a annoncé le ministère de la Justice dans un communiqué. Le nombre global des détenus candidats au BEM dont le coup d’envoi sera donné ce jour à partir de l’établissement de rééducation et de réinsertion d’El Harrach, englobe 7604 hommes et 76 femmes. L’année précédente, ce dernier était de 7066 candidats. Selon la même source, les inscrits qui passent leur examen en dehors des établissements pénitentiaires sont estimés à 125 alors que l’on dénombre et 520 autres inscrits remis en liberté.

L’examen du brevet d’enseignement moyen (BEM) se déroule sous la supervision de l’Office national des examens et concours (ONEC) et l’encadrement des personnels du secteur de l’éducation nationale conformé- ment aux dispositions de la Convention conclue entre les ministères de la Justice et de l’Education nationale. D’autre part, le ministère de la Justice a rappelé que les candidats au baccalauréat et au BEM avaient bénéficié de séances de préparation psychologique, de conseils et orientations pendant les révisions sous la supervision de psychologues relevant du secteur des prisons outre des cours de soutien dispensés par 717 enseignants. Durant l’année scolaire 2016/2017, quelque 42 433 inscrits ont été recensés pour ce qui est de l’enseignement général dont 34 037 inscrits pour suivre des cours à distance, 1150 pour poursuivre des études universitaires, 7246 inscrits dans les classes d’alphabétisation et enfin, 3710 candidats à l’examen du bac. Par ailleurs, le nombre d’inscrits dans les filières de formation professionnelle et libre s’élève à 39 380 y compris ceux inscrits pour la session de février 2017 pour la même saison.