Equipe nationale: Une victoire et beaucoup d’enseignements pour Petkovic

0
115

Il est toujours encourageant d’entamer une mission par une victoire surtout au vu du scénario renversant du match qui a vu les Verts remonter un but de retard pour ensuite l’emporter in extremis contre la Bolivie sur le score de 3 à 2.

L’équipe nationale a ouvert le score grâce à Gouiri juste avant la pause. Les Boliviens ont pu ensuite remettre les pendules à l’heure par l’intermédiaire de Carmelo Arganaez, dès la reprise, avant que son coéquipier José Sagredo ne donne l’avantage aux Sud-Américains à la 70’. Les coéquipiers de Amoura ont eu une belle réaction en parvenant à égaliser par l’entremise du revenant Benzia avant que Mandi ne redonne un avantage définitif aux Verts dans le temps additionnel.   

Comme il fallait s’y attendre, tout n’a pas été parfait, loin s’en faut, mais le nouveau sélectionneur national a certainement pris beaucoup de notes et tiré des enseignements à l’issue de la rencontre. Cela dit, le coach ne peut pas être amplement satisfait du rendement de ses poulains, surtout que c’est sa première sortie à la tête de l’équipe avec un groupe largement modifié. Il peut néanmoins tirer quelques satisfactions de ce succès.  « Gagner le premier match c’est important. On est bien rentrés dans le match, mais nous avons manqué d’efficacité. On a toutefois réalisé une première mi-temps solide », relève-t-il tout en déplorant la fragilité de son groupe après avoir encaissé le but égalisateur. « Quand la Bolivie est revenue au score, on a eu du mal à nous en remettre mentalement. Ce qui nous a valu un deuxième but. Nous devons apprendre à rester concentrés durant 90 minutes et ne pas donner l’occasion à l’adversaire de revenir dans le match et de nous mettre en danger », analyse-t-il.

Ce fut au demeurant un match test avec l’incorporation des nouveaux joueurs, mais aussi des revenants qui à l’image de Yacine Brahimi ont donné énormément de satisfaction. Le staff technique ne s’est pas trompé en lui confiant le brassard de capitaine. Brahimi a été un véritable patron sur le terrain. Le coach a été également content du rendement de la paire Gouiri-Chaïbi, notamment pour leur implication dans le travail défensif. « J’ai aimé les matchs de Gouiri et Chaïbi, ils étaient très mobiles. C’est ce que j’attends d’eux. Etre bon offensivement ne suffit pas. Il faut des joueurs qui font de bons retours défensifs. Pour l’organisation c’est essentiel », précise-t-il.

Il faut dire que les changements opérés pendant le match ont été efficaces. Ils ont permis à l’équipe de reprendre le dessus, même si Petkovic déplore les carences défensives constatées durant la seconde période.  « On a connu beaucoup de situations défensives en infériorité numérique. C’est un chantier ouvert, on doit éviter les erreurs. Nous devons gagner également nos duels sur les balles arrêtés et être plus méchants. Nous devons être vigilants sur les deuxièmes ballons », note-t-il. Un autre chantier l’attend, celui-là ne concerne pas le volet technico-tactique, mais plutôt psychologique. « Il faut être capable de s’adapter dans toutes les situations. Le mental est quelque chose de très important, c’est notre deuxième chantier. On ne doit pas laisser nos adversaires prendre l’ascendant psychologique sur nous », dira le coach qui relèvera néanmoins la bonne réaction de ses joueurs qui ont pu remonter le score, alors qu’on pouvait penser qu’ils allaient s’effondrer après avoir encaissé le deuxième but adverse. C’est un signe que l’équipe a des ressources insoupçonnées, même si le travail vient juste d’être entamé. Il reste beaucoup de travail à accomplir pour remettre l’équipe sur les bons rails. En attendant, rendez-vous ce mardi au même stade et la même heure, mais cette fois face à l’Afrique du Sud.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici